Magazine Culture

Anthologie permanente : Henri Droguet

Par Florence Trocmé

Camera oscura

Un soir j’étais au pied d’une colline jaune
trempée d’ombres et glus    cendre à tout prendre
à merveilles    clouée de cistes
barbelée de lavandes roseaux
dans le foutoir sempervirens
le déchant fourbu d’une averse
la haie flambant – quel ennui ! – neuve
et le charivarime à quoi des bourrasques
le vent jeté grand ouvert par mottes
sur les toits pansés de zinc ou d’alu

on s’endormait (bis)
là-bas les vacarmes là-bas le
discipliné désordre des océans rodomonts
fumants aveugles éboulis où vont grondant
bossues jubartes et mégaptères
qui ravalent décrachent l’inaperçu Jonas
lointains lointains chantiers    ruisseaux
chevelus  collines mes précieux coffrets
mes greniers perdus et rouges
                                             là-bas
les eaux maisonnées    rives et fondements
les escaliers en cage   raffuts et mauvais songes
où des faquins s’échinent et les soudards
gueule ouverte   trogne à casque
comme des sourds cognent tranchent
s’épongent fendent le fruit fessu
béni de vos entrailles    tuent
tuent   tuent
(prossima fermata dit la voix suavement : la Morte
next stop : Death)
                      alors on s’éveillait (bis)

l’à la fin dérobée lumière
des nuits 1000 et 2
3 ou 4 rouges vin coulé ou noires
crépite à sa guise
dans le viandis incinéré des cieux
délestés la limpide opacité des nuages
c’est l’ouest    une aube tuméfiée   les foudres
zézaient s’abattent
aux givres et l’oiseau vole dans le bois vert
un temple est jeté bas dans l’herbe
à neige pelure   et sent le cheveu    c’est la hutte
d’or où dort quelquefois Galatée
qui s’enfuira – ainsi va la vie –
sous les saules

il fut midi     l’arbre rajustait ses tignasses
je quittai mon retrait
j’ai chanté    oui
je chantais qu’on part
                                 et la suite

                                                      24 avril 2001

Henri Droguet, 48°39’N–2°01’W (et autres lieux), Gallimard, 2003, p. 41.

Henri Droguet dans Poezibao :
Bio-bibliographie d'Henri Droguet
extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4 (Avis de passage),
fiche de lecture de Avis de Passage

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Cesare Pavese

    Paysage VII Un peu de jour suffit dans ses yeux transparents comme le fond d’une eau, et la colère la prend, aspérité du fond que ride le soleil. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Claude Esteban

    Ne garderai-je du jour que cette longue lassitude et la poussière des chemins au fond des yeux ? Je m'assiérai n'importe où, je tenterai seulement de reprendre... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Philippe Jaccottet

    Lettre du Vingt-Six Juin Que les oiseaux vous parlent désormais de notre vie. Un homme en ferait trop d'histoires et vous ne verriez plus à travers ses paroles... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henry Bauchau

    Les promeneuses du soir Éloge Éloge des sommeils d’amies Éloge d’épouses de doges Et de stratèges villes grèges Ocrées de ceinturons de briques Éloge à pas de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Guy Viarre

    Comme – Non pas comme Comme non pas – créature se halant se cherchant par halage Guy Viarre, Pire, Fissile, 2005, sans pagination *** cela qui cogne dans la têt... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Pour une fois, une petite note personnelle ! J’ai choisi ce poème pour plusieurs raisons en plus bien sûr de sa qualité littéraire. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Wislawa Szymborska

    Dans le fleuve d’Héraclite Dans le fleuve d’Héraclite poisson pêche poissons, poisson équarrit poisson avec poisson tranchant, poisson construit poisson, poisso... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines