Magazine Culture

Anthologie permanente : Georg Trakl

Par Florence Trocmé

Chant du soir


Le soir, quand nous allons par les sentiers obscurs,
Se lèvent devant nous nos formes blêmes.
Quand la soif nous saisit,
Nous buvons les eaux pâles de l’étang,
La douceur de notre triste enfance.
Las à mourir, nous reposons sous l’arche d’un sureau,
Les yeux au vol des mouettes grises.
Des nuages de printemps montent sur la sombre ville
Qui tait les temps plus illustres des moines.
Quand j’ai pris tes mains étroites dans les miennes,
Tu ouvris doucement tes yeux immenses.
Tout est passé depuis longtemps.
Mais quand l’âme est visitée d’une harmonie obscure
Tu apparais à l’ami, toute blanche dans son paysage automnal.

Georg Trakl, Vingt-quatre poèmes, préface et traduction de Gustave Roud, avant-propos de Philippe Jaccottet, La Délirante, 1978, p. 20.

contribution de Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18569 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines