Magazine Beaux Arts

“Soleil tournant” Christophe Clottes et Lúcia Leistner – Orthez

Publié le 10 septembre 2021 par Philippe Cadu @ContempodeLArt

Soleil tournant est un programme de découvertes proposées en septembre comme un écho au changement de lumière qui accompagne la transition de l'été vers l'automne. Pour cette édition, nous accueillons deux duos à présenter leur projet pour la première fois. Bien que très différents, leurs univers trouveront des correspondances, notamment dans leur manière de convoquer des figures marquantes du territoire, mais aussi de nous associer à une expérience collective et singulière qui vient renouveler la nature et l'usage de l'espace d'exposition.

D'une proposition à l'autre nous vous proposons de suivre ce glissement progressif et de venir partager avec nous ces différents rendez-vous. l'exposition Sourcière présentée du 18 au 25 septembre est un projet expérimental qui réunit des savoir-faire séculaires tels que l'artisanat, la musique et les pratiques de magie.

Cette restitution fait suite à l'expérience que le duo -Y- a menée en résidence à COOP (Uhart-Cize), du Pays Basque au Béarn, à partir des traces émotionnelles liées à la chasse aux sorcières de 1609 et qui ont imprégné le territoire. Cette expérience s'est appuyée sur la pratique de la rhabdomancie, un mode de divination à l'aide de baguettes, utilisée notamment dans la recherche des sources, des trésors ou des mines.

Le duo -Y- souhaite ici partager avec les visiteurs une approche spirituelle rappelant cette forme culturelle active bien que tenue d'une grande discrétion.

évolution révolution présenté du 25 septembre au 1er octobre, est un diptyque vidéo réalisé par Christophe Clottes et Lúcia Leistner entre mars et mai 2020. Avec les moyens qu'ils avaient à leur disposition et restreints à leur espace domestique, ils choisissent de poursuivre un projet, alors en suspens, qui avait pour intention première la traduction en portugais du texte d'Élysée Reclus

L'évolution, la révolution et l'idéal anarchique en vue d'une édition bilingue. Ils captent alors au téléphone portable des gestes de leur vie quotidienne et lisent en voix off, chacun dans leur langue natale, le premier chapitre du texte anarchiste et poétique de l'auteur.

Le montage qui en résulte produit une quasi-fiction faisant se frotter images et voix. Tantôt audible, tantôt susurré, le texte apparaît et disparaît, les langues parfois se superposent dans un mouvement circulaire qui, paradoxalement, rend à l'écrit toute sa clairvoyance et sa portée politique.

Une édition du premier chapitre du livre sera proposée au centre d'art (contribution libre) et complétera la projection du film.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog