Magazine Beaux Arts

Exposition «L’Abîme et l’Anhydre» Justine Nicolas – Aussillon

Publié le 24 septembre 2021 par Philippe Cadu @ContempodeLArt

Justine Nicolas investit les salles du château de la Falgalarié à Aussillon autour de la thématique de la Terre et de l'Eau. Il s'agit de la première exposition personnelle de l'artiste dans le Tarn, depuis sa participation à l'exposition collective " Rencontres perméables ", présentée en octobre 2020 au Château de la Falgalarié.

En regard, les élèves des ateliers de pratiques amateurs du PAC (dessin, peinture, sculpture et patchwork) présentent leurs dernières créations à l'étage.

Dans cette exposition intitulée " L'Abîme et l'Anhydre * ", l'intention est de faire ressentir l'eau dans son absence. L'assèchement mets en avant ce qu'il " reste ", en associant les 3 autres fondamentaux (terre, air et feu) que l'on retrouve dans la pratique de la céramique.

Plastiquement, elle retient de cette figure ce qu'elle garde de traces : de la présence puis de la disparition de l'eau, mais aussi du vestige subsistant à une vie humaine, dont les conditions de vie auraient poussé au déplacement.

Explorer un territoire ou un lieu est le point de départ de son travail.

" Je m'imprègne et j'extrais par la photographie, le dessin, l'écriture ; je m'aide du médium

approprié pour ramener du contenu à l'atelier. Il s'agit de prendre du recul sur les réactions du corps et sur les intuitions dégagées en réponse à l'expérience in situ.

Je cherche à capter une identité, en considérant que le corps possède les capacités sensibles qu'on attribue aux instruments de captation. Lors de balades, je prête attention aux reliefs, aux sons, à ce qui vit et se développe dans le milieu, à l'influence des phénomènes naturels, à l'aspect mental et physique développés par la marche, à l'évolution des lieux parcourus. Je mets souvent en place des dispositifs générateurs de formes ou d'images à activer directement dans le lieu.

C'est ainsi que les matières, le paysage, le dispositif et ses productions résultantes se trouvent imbriqués, où tout est à montrer et où tous les éléments produits se trouvent dépendants les uns des autres.

Je me questionne à la fois sur le partage de l'expérience et d'une sensibilité, et sur l'ouverture permettant à chacun de se projeter ".

Justine Nicolas

* Une matière devient anhydre lorsqu'elle subit une transformation visant à retirer l'eau de sa consistance pour être remplacée par un autre élément.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog