Magazine Culture

[REVUE DE PRESSE] Ringo Starr: Changer le monde, une note à la fois

Publié le 25 septembre 2021 par Ludovic Danteny @yellowsubnet

Dans Change The World, mini-album que Ringo Starr a fait paraître ce vendredi, l'ex-Beatles s'amuse à explorer le spectre musical, de la pop au country, en passant par le reggae et le rock and roll, cherchant à déjouer la morosité du confinement pandémique.

Les quatre nouvelles chansons qu'il contient ont été enregistrées à son studio, le Roccabella West, où le batteur avait enregistré son précédent EP, Zoom In, paru en mars dernier durant la pandémie.

"Je l'ai dit et répété, je ne veux plus faire paraître que des mini-albums, désormais, et voici le prochain. Et quelle chance ç'a été que d'avoir un studio maison cette année et d'avoir pu collaborer avec tant de musiciens talentueux - certains avec qui j'avais déjà travaillé, et quelques nouveaux amis", a souligné Ringo Starr, qui a rencontré virtuellement les représentants des médias, via Zoom, cette semaine.
S'il a choisi Let's Change The World en guise de premier extrait, c'est qu'il voulait avant tout "inoculer une dose" de l'éternel optimisme qui le caractérise, explique-t-il. La chanson a été composée par Joseph Williams et Steve Lukather, lesquels apparaissent tous deux sur cette chanson où on peut aussi entendre, aux chœurs, les voix d'Amy Keys, Zelma Davis, Billy Valentine and Darryl Phinnessee.
"La joie" et l'envie de favoriser une énergie positive susceptibles de donner "envie de léguer un monde meilleur aux enfants", explique Ringo Starr de l'autre côté de l'écran, c'est d'ailleurs bien ce qu'il espère avoir réussi à communiquer à travers l'ensemble de ce nouveau disque.
Zen et tout sourire, il n'a rien perdu de son indéboulonnable esprit (et mantra) Peace and Love, qu'il dégage sans même avoir besoin de lever ses deux doigts en V - geste pacificateur qu'il continue de faire en guise d'au revoir.
L'octogénaire paraît 20 ans de moins que son âge, comme pour convaincre que la bonne humeur, ça conserve son homme.
Ringo, lui, a coécrit Just That Way à quatre mains avec son vieux complice ingénieur du son, Bruce Sugar. On y retrouve les saveurs reggae et la guitare de Tony Chin, qui teintaient déjà Waiting for the Tide to Turn, qui figurait sur Zoom In. La chanson est interprétée par le trio Starr, Sugar, Chin, auquel viennent se greffer Fully Fullwood à la basse et Ed Roth à l'orgue Hammond B3, épaulés par deux choristes, Zelma et Zho Davis.

On cite ici tous ses collaborateurs sans exception, car le batteur, en conférence de presse, prend soin de mentionner chacun de ses complices, de les louanger systématiquement et de rendre à ces César tout ce qui leur appartient, au plan créatif.

Son travail à lui, partage-t-il, hilare, se résumait à réceptionner les fichiers audio que les artistes lui envoyaient, enregistrer ses parties et leur renvoyer les enregistrements tout en se demandant, non sans quelque inquiétude, "si c'était vraiment ça qu'ils avaient en tête".

Tout cela, comme pour rendre plus tangible le fait que le batteur - même s'il chante parfois - n'est, comme eux, qu'un musicien parmi d'autres.

Mais des musiciens tous aussi "incroyables" et "excellents" les uns que les autres, évidemment! Avec la feuille de route qu'a Ringo Starr, s'entourer des "meilleurs" et "s'amuser" avec eux, entre pros - et "entre amis" - c'est pas mal la seule chose qui importe à ses yeux. "Je ne fais pas ça pour me torturer, mais pour le plaisir", répétera-t-il à plusieurs reprises, lors de cette rencontre virtuelle de 30 minutes.

Le troisième titre, Coming Undone est sa toute première collaboration avec Linda Perry, qui pose sa jolie voix - celle de 4 Non Blondes - sur celle de Ringo sur cette la chanson qu'elle a elle-même composée. Trombone Shorty fait résonner ses cuivres sur cette délicate mélodie où l'accablement fait place au détachement, et où la voix chaleureuse de Ringo Starr arrive comme un "sursis bienvenu".

L'album se clôt sur une reprise énergique du classique (de Bill Haley) Rock Around The Clock, version fouettée par la guitare de Joe Walsh et de quelques amis: Nathan East à la basse, Bruce Sugar au piano, Amy Keys et Windy Wagner aux chœurs.

Le mini-album Change The World est disponible en CD et en format numérique, et, comme dans le temps, en cassette. Un pressage vinyle sera commercialisé le 19 novembre.

Ringo Starr voulait inoculer une dose d'optimiste avec ce nouvel album.

Tournée nord-américaine en suspens

Pour ce qui est d'une éventuelle tournée internationale, ses fans canadiens - qui attendaient Ringo et son All Starr Band à Orilla, Ontario, en mai 2020, seule date canadienne de sa tournée américaine... finalement compromise en raison de la pandémie - devront en revanche prendre leur mal en patience, explique le chanteur.
Ringo s'était pourtant fait rassurant à l'époque, en promettant cette tournée pour 2021; il n'a évidemment pas été en mesure de tenir sa promesse.
"Je ne sortirai pas [du pays] cette année, a admis le Britannique. Mais la même tournée s'enligne pour l'an prochain. "It's on!" Je ne peux rien promettre, bien sûr, mais dans mon cœur, on va la faire", ajoute-t-il.
Le déconfinement le titille. Ces temps-ci, les campagnes de vaccination aidant, "j'ai vraiment envie de me retrouver en tournée! Sauf que c'est tout bonnement encore impossible pour l'instant... Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je suis en train de bavarder [par écran interposé] avec vous, les gars!"
Kit électronique

"Passer au travers de la pandémie n'a pas été facile. Ce qui rend les choses plus aisées, dans mon cas c'est que j'ai pu continuer à faire de la musique" avec plein de gens, même à distance, poursuit Sir Richard Starkey, alias Ringo Starr en mentionnant qu'il a transformé une des ses chambres en salle à batteries, au pluriel. Car même s'il continue de préférer les peaux naturelles, il alterne souvent entre ses "deux kits", car il s'amuse aussi beaucoup à chevaucher sa batterie électronique - une Roland, précise-t-il.
"Elles ont deux personnalités différentes. Et puis, avec le kit électronique, je peux frapper la cymbale et obtenir tout un orchestre symphonique" d'un coup de baguette magique, s'émerveille-t-il.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ludovic Danteny 6235 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines