Magazine Beaux Arts

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Publié le 27 septembre 2021 par Robert Lavigue @RobertLavigue

Présenter une exposition de portraits comme une réunion de famille ou d'amis est un poncif bien usé, qui a d'autant moins de sens pour l'exposition de la Wallace Collection : Frans Hals, The male portrait. Bien que tous les modèles identifiés appartiennent peu ou prou au même milieu - de bons bourgeois prospères de Haarlem - cette treizaine de portraits a été peinte entre 1610 et 1660.

Envisager cette exposition sous l'angle de l'identité de genre, de la représentation de la virilité et autres fadaises intersectionnalistes est une figure imposée qui provoquera l'hilarité du Laughing Cavalier pendant encore plusieurs siècles, même si c'est la Commissaire (socio-politiquement correcte ?) de cette exposition qui se livre à cet exercice très convenu. (voir plus bas)

Finalement, c'est encore Laura Cumming, une journaliste du Guardian,  qui en parle le mieux. Son compte-rendu, tout en sensibilité, en expertise et en provocations est un petit bijou. Comparer l'accrochage à un tableau de Rothko, celle-là, il fallait l'oser. L'humour british est un sport de combat ! (voir la traduction in fine)

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man, 1610-14, Barber Institute of FineArts

Frans Hals (c.1582/3-1666) est l'un des plus grands maîtres de l'âge d'or néerlandais, loué par ses contemporains pour sa capacité à peindre des portraits réalistes qui semblent « vivre et respirer ».
À l'automne 2021, The Wallace Collection célébre le tableau le plus célèbre de Hals, le plus aimé, mais toujours énigmatique : The Laughing Cavalier (1624).
L'achat historique de The Laughing Cavalier en 1865 par le 4e marquis de Hertford (1800-1870), le principal fondateur de la Wallace Collection, a joué un rôle déterminant dans le renouveau de Frans Hals au XIXe siècle. Avant cela, Hals avait été relégué dans l'obscurité. Lors d'une vente à Paris, Lord Hertford surenchérit de manière sensationnelle sur le baron James de Rothschild (1792-1868) en payant la somme astronomique (pour l'époque) de 51 000 francs pour ce tableau (soit plus de six fois l'estimation). La publicité autour de la vente a conduit à la renommée immédiate de la peinture de Hals, faisant remonter en flèche le prix de ses œuvres.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, The Laughing Cavalier, 1624, The Wallace Collection


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Isaac Abrahamsz Massa, 1626, Art Gallery of Ontario

Ce portrait emblématique n'a jamais été vu avec d'autres œuvres de l'artiste et constituera la pièce maîtresse de Frans Hals: The Male Portrait - la première exposition à se concentrer uniquement sur les portraits d'hommes posant seuls - plaçant The Laughing Cavalier dans le contexte plus large des représentations masculines de Hals.

L'exposition réunira plus d'une douzaine des meilleurs portraits masculins de l'artiste provenant de collections à travers le Royaume-Uni, l'Europe et l'Amérique du Nord, ce qui en fait la première grande exposition internationale de prêts à la Wallace Collection.

L'exposition vise à démontrer comment, au cours des plus de 50 ans de sa carrière, à travers la pose, la virtuosité et la technique, Hals a complètement révolutionné le portrait masculin. Depuis les premières œuvres finement peintes, jusqu'à la palette des années tardives avec un pinceau plus audacieux, plus large et plus fluide qui a inspiré les impressionnistes, Hals créé quelque chose d'entièrement nouveau et frais. Il a insufflé à ses œuvres une vitalité et une présence animée qui étaient de son  temps, entièrement nouvelles pour le portrait.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Pieter van den Broecke, 1633, Kenwood House


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man, c. 1635, Rijksmuseum

La conservatrice de l'exposition, le Dr Lelia Packer ajoute : « Cette exposition nous donne l'occasion de nous émerveiller devant la technique de Hals, sa virtuosité et explorer la notion de virilité dans la Hollande du XVIIe siècle, et le « regard masculin » lorsqu'il est tourné vers les hommes.


En plus d'aborder les notions de genre et de masculinité, l'exposition se concentre également sur les individus et leurs présentation de soi. Nous avons réuni un groupe fantastique de personnalités fières et déterminées, dont chacune rivalise pour attirer notre attention et nous communiquer leurs histoires à travers leurs représentations.


Les tableaux exposés datent du début de la carrière de Hals dans les années 1610 jusqu'à la fin de sa vie en 1666. Les visiteurs découvriront que chaque portrait porte sa propre individualité, communiquant l'identité de son modèle à travers la pose, le regard et le costume.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man, possibly Nicolaes Pietersz Duystvan Voorhout,c. 1636-38, The Metropolitan Museumof
Art


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man, 1630, Royal Collection

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of Tieleman Roosterman, 1634, Cleveland Museumof Art


Alors que The Laughing Cavalier a été décrit comme le plus bel homme de l'histoire de l'art (et Alain Delon, alors ? - nde), figurant dans d'innombrables publicités et même dans le test de «culture générale» des taxis londoniens, ainsi que dans des livres et des pièces de théâtre, nous en savons très peu sur lui. Nous ne savons pas avec certitude qui il était, et jusqu'à présent la peinture n'a jamais été techniquement analysée.


Un moment fort de l'exposition sera l'occasion d'étudier
The Laughing Cavalier aux côtés de Portrait de Tieleman Roosterman (1634, Cleveland Museum of Art) pour la toute première fois. Il a été proposé que ce riche marchand de textile de Haarlem était la même figure que le « Cavalier ». Son costume luxueux et magnifiquement brodé – caractéristique de nombre des portraits de Hals - convient certainement à un homme de sa profession. Alors, Tieleman Roosterman pourrait-il être The Laughing Cavalier ? Les visiteurs pourront bientôt se faire leur propre opinion.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of François Wouters,c.1643-45, NationalGalleries of Scotland

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man,early 1650s, The Metropolitan Museumof Art


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Willem Coymans, 1645, National Gallery of Art, WashingtonDC


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Jasper Schade, c. 1645, National Gallery Prague


Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Frans Hals, Portrait of a Man,1660-6, The Fitzwilliam Museum

Frans Hals - The Male Portrait

The Wallace Collection (Londres)

Jusqu'au 30 janvier 2022

 

 ----

Cherchez cette lumière de trop près et vous ne verrez rien - Laura Cumming pour The Guardian

 

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose
 

Le brasseur est puissant : un homme aux prouesses démesurées qui vous regarde de haut avec toute sa vigueur astucieuse, un pourpoint de satin s'efforçant de contenir son énorme bedaine. Le chapeau est si grand qu'il a son propre halo planétaire ; le col en dentelle pourrait couvrir toute une table. Il n'est pas difficile d'imaginer la force terrible de sa poigne.
C'était le propriétaire de la brasserie Swan's Neck, ce monsieur de Haarlem. Mais c'était aussi un collectionneur somptueux de portraits hollandais, et aucun ne peut avoir dépassé celui-ci. Des yeux affables mais lucides aux bajoues rougissantes, de la chevelure hirsute au coude dépassant du cadre dans un éclat de satin froissé, tout est peint avec une force appropriée et équivalente. Le portrait se lève pour rencontrer l'homme à chaque instant.
C'est l'un des deux chefs-d'œuvre venant du Metropolitan Museum de New York pour cette magnifique exposition Hals, la première en Grande-Bretagne depuis 1990. C'est une vision d'une originalité étonnante. Frans Hals (c1582-1666) semble un peintre sans précédent dans l'art hollandais. Ses portraits sont si soudains et instantanés, si fluides et démocratiques – du garçon de bar au garde civique, du buveur et du drapier au diplomate ; surtout si audacieux dans leur liberté de mouvement, dans l'aventure non dissimulée de chaque pose. 

Il a vécu toute sa vie à Haarlem, avec une seule expédition à Anvers en 1616, où il a peut-être vu l'audace picturale de Rubens et de la fin du Titien. Pendant de nombreuses années, il a eu autant de succès en tant que portraitiste que Warhol à Manhattan, suivi d'un déclin si abrupt qu'il ne pouvait plus se permettre de brûler de la tourbe pour se réchauffer devenu octogénaire. Pourtant, un portrait de cette époque tardive, d'un homme étrangement louche affublé à un chapeau, est si jeune dans ses traits, si lâche et déconstruit, qu'il semble préfigurer les joueurs de cartes modernistes de Cézanne.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Kenneth Clark a déprécié Hals, comme "d'une gaieté révoltante et horriblement habile". Mais Manet et Van Gogh le vénéraient pour ces ressemblances profondes, toutes faites « d'un seul coup ». Espions aux yeux perçants, paons patriciens, le magnat du textile Tieleman Roosterman en rosaces noires et col de roue blanc, une main nue, l'autre dans un luxueux gant à cordon doré (je suis ce que je fabrique) - leur profondeur est aussi évidente que leur style.
Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Là où les contemporains préféraient l'immobilité, la gravité ou la finition impeccable, Hals éclatait toujours, communiquant la vitalité de ses modèles avec les touches dardées et les taches irrégulières tant admirées par les impressionnistes. Mais encore plus surprenant est son don pour la double réponse, pour la connexion soutenue entre le modèle et le spectateur qui donne l'impression qu'ils sont tout aussi fascinés de vous voir.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Le summum ici est le Hals de la Wallace Collection, The Laughing Cavalier (1624). Bien sûr, ce n'est pas un rire, mais plutôt un sourire qu'il nous tourne dans une pose si complexe et subtile qu'il est difficile de savoir exactement où il était assis par rapport au peintre. En tout cas, ce sont les yeux qui rient le plus, avec leurs sous-entendus captivants et obliques. Voir ce chef-d'œuvre relativement précoce dans le contexte de la longue carrière de Hals, c'est se rendre compte à quelle vitesse son originalité est apparue. La broderie française sur la manche est une étonnante salade de traits, se tordant et scintillant contre les poignets cuivrés, la dentelle comme de la glace éclatante. Peut-être y a-t-il des fragments dans ces yeux.
Mais c'est une pose, plus qu'une rencontre. Et ce que vous ressentez de cette brillante orchestration - où tous les portraits sont affichés ensemble dans une seule galerie colossale, mais chaque homme est défini séparément contre un oblong rougeoyant de mur peint, quelque chose comme un Rothko - c'est la relation changeante entre les modèles et Hals .
Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Prenez le portrait d'Isaac Massa, prêté par Toronto. Massa se retourne sur sa chaise, jetant un coup d'œil à notre gauche, un œil en plein jour, l'autre dans une ombre mystérieuse. Sa bouche est entrouverte, quelque part entre parler et respirer. Son coude droit pend au-dessus du dossier de la chaise, une tige de houx pend de ses doigts comme une cigarette ordinaire. Derrière lui se trouve une vue de conifères, parfois considérée comme celle d'un deuxième artiste (mais pourquoi, puisque Hals est si infiniment varié ?).
Massa parlait plusieurs langues et avait été ambassadeur des Pays-Bas en Russie. Hals l'a peint plusieurs fois, et il y a toujours cet air d'amitié. C'est un portrait d'une intelligence profonde à tous égards. 
Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose

Retournez-vous et voici l'amiral-marchand hollandais qui fut l'un des premiers Européens à boire un moka, avec son sourire joyeux et sa chevelure indisciplinée. Il raconte à Hals les anecdotes de son voyage. Il tape son bâton sur le sol pour accentuer, les yeux se plissant de rire, des mèches de cheveux vacillant autour de sa tête comme une écriture noire. C'est cette minute même, maintenant.
Le coup de pinceau de Hals étonne. Il y a des épisodes flottants d'une énergie si intense qu'ils semblent presque indépendants du sujet – mais jamais tout à fait. Une manche qui ressemble à un Jackson Pollock éclaboussé ; une main disparaissant dans la fumée ; ces vecteurs féroces et ces diagonales entrecroisées qui ressemblent à la géométrie fractale d'un flocon de neige. Il dessine avec de la peinture (que Manet aimait) et gradue par des tons infinitésimaux (27 noirs différents, selon Van Gogh). C'est la peinture en tant qu'art de la performance, décrivant sa propre action dans un temps présent non-stop alors même qu'elle enregistre l'apparence infaillible de chaque homme ce jour-là.
Ces portraits peuvent sembler rapides à réaliser, mais leur conception lente est évidente dans les couches minutieuses de sous-peinture souvent visibles au bord de la toile. La calligraphie de Hals n'est pas lisible rapidement. Essayez de compter ces 27 noirs et votre œil captera de plus en plus le sous-texte humain. Le portrait le plus mystérieux ici, du Metropolitan Museum, est tout en contradiction nuancée. Il montre un homme magnifiquement vêtu de noir, avec des rubans lilas, vert pâle et rose à la taille, mais aucune délicatesse sur son visage.

Frans Hals - Ces messieurs prennent la pose


L'exécution – de la dentelle, des cheveux, du pouce tenant le chapeau à larges bords – est d'un raffinement spectaculaire, presque abstrait. Pourtant, l'homme détient la menace. Quoi qu'il ait vu - et il est sûrement un espion ou un exécuteur - c'est une sorte de connaissance brutale. Le visage est sombre et la lumière dans ses yeux est si réduite qu'ils semblent à la fois voyants et pourtant inconscients de quiconque - un regard sans issue. Cherchez cette lumière de trop près et vous ne verrez rien : ce qui peut être une leçon.

Trop d'attention au style de Hals détourne de la profondeur de son art; les deux ne sont jamais séparés.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Robert Lavigue 8 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines