Magazine Beaux Arts

Mai 68 et la destruction de la france au marteau piqueur

Par Abdesselam @abdesselam
MAI 68 ET LA DESTRUCTION DE LA FRANCE AU MARTEAU PIQUEUR

On pensait assister à leur agonie, erreur, c’est eux qui assistent à la mort de notre monde. Ceux de Mai 68 nous hantent, ils sont toujours là. Le joufflu au cigare, le dodu aux grossesses fesses. Rapprocher le cigare des grosses fesses, voilà le symbole obscène de cette période.

Les Nouveaux Évangiles selon Saint Serge et Selon saint Dany, s’appellent l’Apocalypse.

Ils pensaient créer un monde nouveau ; ils ont fini, effectivement, par le recréer.

Par les armes des vaines déclarations, par celles de l’ignominie, ils ont détruit les traditions. Des traditions séculaires balayées et remplacées par celles de la morne consommation.

Ils ont détruit le sens de la famille ; ils l’on remplacé par celui des animaux de compagnie. Nos amis les animaux, du moins ceux dits domestiques, leur doivent beaucoup. Ils s’empâtent, leurs maîtres s’amaigrissent. Bravo mai 68, vous avez accompli des prouesses : gentilles pâtées pour chiens/chiennes, tentes tout conforts pour les humains/humaines.

Malheureusement, ils sont toujours là, fidèles à leurs nouveaux Évangiles, détruire, encore détruire, toujours détruire, ne jamais construire.

Et si par malheur, certains voudraient relever la tête pour chanter les louanges du bon temps où la famille existait, ils reviennent à la charge, comme une meute de loups sauvages, pour les mettre en pièces et danser sur leurs restes.

Ceux, de mai 68, peuvent se réjouir et se tordre le cou pour se réjouir plus encore. Ils ont réussi le grand remplacement, celui de remplacer les Français par d’autres Français.

Ce grand remplacement, le vrai remplacement, leur a demandé beaucoup de temps, beaucoup de persévérance, beaucoup de travail souterrain, mais finalement c’est l’apothéose.

Le monde nouveau, celui voulu par les vieux de mai 68 est là. Il est triste, il est obscène, il est vulgaire. Et malheur à celui qui ose relever la tête. Le cigare et les grossesses fesses sont toujours là.

achetez mon livre sur la cancel culture :

Culture et contre cancel culture, une méchanceté bienheureuse

#mai68 #grandremplacement


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Abdesselam 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte