Magazine Culture

Andy McKee, guitar-hero acoustique

Publié le 16 août 2008 par Eddie

Andy McKeeJ’ai beau essayer, je n’arrive pas à me souvenir comment j’ai découvert Andy McKee… Était-ce à la radio ? Impossible. Était-ce en concert ? Impossible, ça m’aurait marquée. Sur Internet alors ? C’est le plus probable car plusieurs de ces vidéos ont dépassé les 15 millions de visionnages. J’ai bataillé pour trouver son album Art of Motion (sorti en 2005) dans les bacs en tout cas, album composé entièrement par cet Américain de 29 ans, surdoué de la guitare acoustique, influencé par des types comme Billy McLaughlin et surtout le grand Don Ross, aux côtés desquels il n’est désormais plus du tout ridicule. Il a d’ailleurs enregistré cette année un album avec ce dernier.

Andy McKee fait du acoustic folk fingerstyle. On dirait une discipline de BMX, mais non c’est bien de la guitare. Pas de médiator, des doigts de folie (pas très grands d’ailleurs) et une présence scénique incroyable, tout ça sans bouger de son tabouret. Si vous n’avez pas l’habitude de voir des instrumentaux de guitare, vous allez sans doute refuser au premier abord de croire qu’il est possible de faire ça avec une seule guitare. Le fait est que sur plusieurs pistes de Art of Motion et de Gates of Gnomeria, l’album qui l’a suivi, vous ne pourrez pas vous empêcher de battre le rythme avec vos pieds, vos doigts, votre tête et que sais-je encore, et sur plusieurs autres vous serez happés en 2 secondes par la mélancolie, l’émotion qu’Andy McKee réussit à transmettre du bout de ses dix doigts.

Andy McKee - Art of Motion

Beaucoup de ses fans se sont demandés comment il pouvait composer de telles choses sans être sous l’influence de drogues. En effet Andy McKee est sans doute le plus clean des guitar-heroes (avec peut-être Frank Zappa, qui fumait clope sur clope et avalait des litres de café, mais je crois que c’était les 2 seules drogues qu’il prenait), il est aussi pur que sa musique. Il doit aussi beaucoup à Internet, au buzz qu’il a créé sur les digg-likes, et surtout sur YouTube. Le revers de la médaille étant que ses albums ont été énormément téléchargés sur les sites de torrents. Il s’y est même exprimé en commentaires sur Pirate Bay pour inviter les internautes à aller acheter l’album.

Impressionnant, relaxant, intriguant, unique, innovant, il n’y a vraiment pas assez de mots ! C’est une merveille, un enchantement, et je vais fermer mon dictionnaire des synonymes juste pour vous dire d’aller écouter et voir tout ce que je vous ai mis ci-dessous. En tout cas Art of Motion a été une magnifique découverte pour moi et a sûrement donné envie à bon nombre de gens, et surtout d’internautes, de découvrir d’autres guitaristes acoustiques, subjugués qu’ils étaient par le talent de ce compositeur.

Chef-d'oeuvre

Je vous propose de découvrir les vidéos qui l’ont fait connaître sur YouTube. Je vous conseille d’écouter une première fois en fermant les yeux.

Dans l’ordre : “Art of Motion”, “Drifting”, “Rylynn”, une reprise de “Africa” de Toto qui figure sur l’album Dreamcatcher, “For My Father” et “The Friend I Never Met” pour laquelle il utilise une guitare que je n’avais jamais vue. Enjoy.

Et voilà l’album Art of Motion tel qu’on peut le trouver sur Deezer.

Pour acheter l’album, et ceux qui l’ont suivi ou précédé, cliquez ici.

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  • Nick Drake, l’ignoré devenu culte
  • Une jupe de pénis pour Devendra Banhart
  • Le moment où je critique Julien Doré
  • Bon Iver et un buzz MySpace du tonnerre de Zeus !
  • Fleet Foxes, la nouvelle esthétique folk

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eddie 216 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines