Magazine Cinéma

L'Empreinte de l'ange

Par Ffred

L'Empreinte de l'ange

L'histoire

Alors qu'elle vient chercher son fils Thomas dans un goûter d'anniversaire, Elsa Valentin remarque une petite fille de six ans qui la bouleverse. Elle le sent, elle en a l'intime conviction : Lola est sa propre fille. Obsédée par ce sentiment inexplicable, elle cherche à en savoir plus sur l'enfant.
En s'introduisant dans la vie de la fillette, Elsa rencontre sa mère, Claire Vigneaux, qui s'inquiète du comportement étrange de cette femme qui rode autour de sa fille.
Elsa est-elle folle ? Dangereuse ? Mais que s'est-il passé six ans auparavant ? S'engage alors un face à face animal entre deux femmes qui n'auraient jamais dû se rencontrer...

Mon avis

Pour son deuxième film après Le cou de la girafe (pas vu), Safy Nebbou s'est inspiré d'un fait réel survenu aux Etats-unis. Avant d'être un formidable duo d'actrices, L'empreinte de l'ange est avant tout un très beau film et un beau portrait de femme(s). Cette histoire incroyable, écrite avec beaucoup de tact et de sensibilité, tout en nuance et en retenu. Pas ou peu de cris et de pleurs. Tout se passe dans le regard de ces des femmes, toutes deux aux vies bouleversées, une qui veut retrouver la paix et l'autre qui ne veut pas la perdre. Leur rencontre va vite se transformer en une confrontation puis un affrontement acharné d'où sortira une vérité douloureuse mais salvatrice pour tout le monde. La mise en scène est tout en tact et en nuance, à l'image du scénario, simple et sans concession. Ils bouleversent et nous émeuvent autant l'un et l'autre. Et donc, bien sûr, comme on s'y attendait en voyant l'affiche, la bande-annonce et connaissant les deux actrices, la rencontre de ces très grandes actrices fait des étincelles. Comme souvent maintenant (Vipère au poing, La tourneuse de pages), Catherine Frot est absolument bluffante et bouleversante dans ce rôle dramatique. Une des plus belles performance de 2008 pour l'instant (elles ne sont pas nombreuses cette année). Face à elle Sandrine Bonnaire est tout bonnement parfaite. Elle fait évoluer son personnage petit à petit avec force tout en cachant une fragilité longtemps contenue. Elle aussi peu de faute de goût en ce moment (Un coeur simple) malgré quelques ratages qu'on lui pardonne facilement (Je crois que je l'aime, Demandez la permission aux enfants). Leurs prestations face à face reste un des points fort du film au même stade que la mise en scène et le scénario. Des images magnifiques mettent tout cela encore plus en valeur. Au final une très belle surprise pour un film dont on attendait peut être pas autant. Rejoint Un conte de Noël, Il y a longtemps que je t'aime et Le premier jour du reste de ta vie dans le cercle très restreint des films français de l'année...

Catherine Frot et Sandrine Bonnaire (au second plan). Diaphana Films
 
Sandrine Bonnaire et Wladimir Yordanoff. Diaphana Films
 
Sandrine Bonnaire. Diaphana Films

Catherine Frot et Sandrine Bonnaire (au second plan). Diaphana Films

 


Tu dois activer le JavaScript pour afficher cette vidéo. &
 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ffred 143 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines