Magazine Culture

Des legions d'amazones suite : claire lacombe, ubne enragee disciple de jacques roux

Par Bernard Vassor

PAR BERNARD VASSOR

925bc93bd03258953f7006a9d03b67fd.jpg Entrée du Club des Jacobins C'est le 23 février 1793 que quelques femmes révolutionnaires, demandèrent aux Jacobins, d'obtenir le salle des Quatre-Nations pour tenir une réunion de protestation contre les accapareurs et les agioteurs. Les Jacobins refusèrent cette salle, mais leur allouèrent la salle de la "Société fraternelle des deux sexes". Ces amazones se réclamaient indirectement du parti des "Enragés", (nom donné par Marat à un parti d'agitateurs de sections, parmi lesquels Jacques Roux,ancien prêtre de la paroisse Saint-Nicolas avant la révolution, surnommé le "curé rouge", lui-même se disait l"Le Prédicateur des sans-culottes"  ) dont elles épousaient le programme de la tendance Jacques Roux Claire Lacombe,lorsqu'elle arriva à Paris était une petite actrice de province. Elle s'était produite à Marseille et à Toulon. Après avoir obtenu son paseport pour Paris, elle alla s"installer 43 rue Croix-des-Petits-Champs (numérotation ancienne)avec une amie Justine Thibaud. le 25 juillet 1793, elle alla à l'Assemblée législative pour demander un engagement dans l'armée. Le Président la remercia pour son courage, mais n'a pas donné suite à sa demande. Le "Moniteur de la République" nota brièvement : "Une jeune citoyenne vient d'offrir de combattre de sa personne les ennemis de la patrie". Claire Lacombe naquit à Pamier en 1765, certain historiens la prénomment Rose. Arrivée à Paris, déguisée en amazone, elle vint à l'Assemblée législative où elle demandait la destruction de tous les tyrans. Après sa diatribe, le président de séance Viénot de Vaublanc, sous le charme (Claire était très belle*) lui répondit : "Madame, plus faite pour adoucir les tyrans que pour les combattre, vous offrez de porter les armes de la liberté. L'Assemblée nationale applaudit à votre patriotisme et vous accorde les honneurs de la séance" Elle était à l'époque la maîtresse d'un certain Jean-Théophile Leclerc, "enragé lui- même" qui peu après la remplaça (et l'épousa,) par une ancienne charcutière Pauline Léon qui fut introduite au club des Cordeliers. En accord avec Claire Lacombe, elles fondèrent le "Club des Citoyennes républicaines".Claire avait alors 28 ans. Pauline Léon fut la première présidente de ce club, lui succédèrent les citoyennes: Rousseau, Champion, Lecointre. Claire Lacombe fut la dernière. Le club des "Citoyennes révolutionnaires" réclamèrent aux Jacobins l'enfermement des femmes de mauvaise vie ou bien suspectes d'aristocratie. Blessée au poignet pendant la journée du 10 aût; elle reçut un couronne civique. Elle réclama dans une séance aux Jacobins l'arrestation immédiate de tous les aristocrates et de leurs familles, et prit une part active à la destruction des Girondins en demandant la création de tribunaux révolutionnaires dans toutes les sections. Elle demanda également d'armer toutes les femmes patriotes et de les organiser pour combattre "les brigands de la Vendée" * D'après son  signalement, elle mesurait cinq pieds deux pouces et possédait des yeux et des cheveux bruns et une grande bouche. Sa beauté est signalée même par ses adversaires les plus féroces, tantôt on la disait imposante, tantôt gracieuse, suivant les penchants...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par marcel pellosso
posté le 13 avril à 10:20
Signaler un abus

A toutes fins utiles, je signale la sortie en 2013 de "Rose Claire Lacombe". Enragée notoire durant les années sombres de la Terreur, cette ardente révolutionnaire semble oubliée par les historiens. Intrigué par cette lacune, j'ai souhaité relater,sous forme de roman,l'extraordinaire existence de cette jeune femme, qui connut de si près la plupart des célébrités de l'époque, (entre autres le général Bonaparte et le comte de Las Cases )...

A propos de l’auteur


Bernard Vassor 2258 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines