Magazine Cuisine

Emilie fête ses trente ans...Cheval Blanc, Léoville Las Cases et Beaucastel 1985! Oui, ça fait bien trente ans!

Par Daniel Sériot

Les vins sont dégustés à l'aveugle, et voilà qui fait bien rire Emilie, qui nous écoute d'une oreille attentive tout en prenant soin de préparer ses assiettes! Car tout se fait en assiettes individuelles et les restaurateurs des environs n'ont plus qu'à bien se tenir! D'ailleurs pour la sérénité de notre hôte, nous ne dévoilerons rien de son adresse! 

P1020405

P1020407

P1020408

Saint Emilion : Cheval Blanc 1985

P1020400

P1020401

P1020402

La robe est évoluée de couleur orangée à ocre. Le bouquet est intense avec des arômes de cerises, de léger cassis, d'épices douces et des notes de poivron rouges, de tabac blond, et une pointe de truffe noire. La bouche est souple, quasiment soyeuse, les tannins sont fondus enrobés par une chair délicate, moyennement corsée, agrémenté de saveurs de cerises au naturel. La finale est allongée, fraîche, veloutée, d'une bonne persistance aromatique avec les saveurs décelées à l'olfaction. Note plaisir 16. Un vin sur une pente descendante

Saint Julien : Léoville Las Cases 1985

La robe de couleur pourpre est légèrement évoluée au bord du verre. Le nez intense et séduisant évoque le cassis, les épices variées, nuancés de notes de cèdre, de poivron rouge, et de léger tabac brun. La bouche est bien tenue par des tannins fins habillés d'une chair bien formé et très veloutée, le vin se développe dans un corps fuselé, d'une bonne concentration, rehaussé de cassis encore « frais ». la finale est longue, élégante, harmonieuse, très persistante porté par les avenantes saveurs saveurs décelées à l'olfaction. Note plaisir 17. A boire pour une bouteille similaire.

Châteauneuf du Pape : Beaucastel 1985

La robe est évoluée avec des teintes orangées à brunes. Le bouquet intense et complexe, avec des arômes de cerises, de chocolat, d'épices variées, et des notes de cuir fin, de truffe, et de garrigue. La bouche est très élégante, les tannins fondus restent enrobés par une chair soyeuse, tramés dans un corps fuselé, finement texturés, agrémenté de fruits épicés. La finale est longue, délicate, harmonieuse et complexe. Noté 17

Rivesaltes Ambré : Arnaud de Villeneuve 1977

P1020410

La robe offre une couleur dorée à ambrée. L'olfaction est très expressive, avec des arômes d'oranges, de melon, de boîtes à épices, de dattes, de figues sèches, et de raisins de Corinthe. La bouche est harmonieuse, pleine, très aromatique, dotée d'une chair de bon aloi, tout en restant aérienne. La finale est longue, bien équilibrée, sans sensation chaleureuse, et complexe grâce aux séduisantes saveurs décelées à l'olfaction. Noté 16,5

Posté par Daniel S à 00:01 - Dégustations éclectiques - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines