Magazine Cinéma

TRUMBO sous la loupe!

Par Michcine

trumbo posterTRUMBO c'est la vie passionnante de l'écrivain-scénariste Dalton Trumbo, eternel insoumis, de son ascension au panthéon d'Hollywood, jusqu'au  "bannissement dans la "liste noire" Le  film propose tout un éventail de faits concernant cet auteur prolifique, allant de ses écrits, jusqu'aux extraits de ses films, en passant par des archives et des rencontres avec les contemporains, ayant eu la chance de le rencontrer, le cotoyer, vivre à ses côtés...Il illustre comment quelqu'un doté d'une forte plume, où se télescope la force des mots, fervent partisan du premier amendement de la Constitution, peut rebondir et revenir encore plus fort, après avoir été " blacklisté"....même si en cours de route, il ne crachait pas sur quelques verres. Le film suit son parcours d'écrivain maudit, forçé  d'écrire sous le manteau, et sous divers pseudos....Néanmoins, ses "lettres" restent son meilleur testament pour les cinéphiles d'aujourd'hui: un humour acerbe, allié à un style intéllectuel reconnaisable entre mille!


Trumbo 3

TRUMBO réalisé par Peter Askin, adapté du livre de Christopher Trumbo, avec Joan Allen, Brian Dennehy, Michael Douglas, Paul Giamatti, Nathan Lane, Josh Lucas, Liam Neeson, David Strathairn, et Donald Sutherland.
trumbo 4

trumbo 2
Mais qui était Trumbo?

Wikkepedia nous en fournit la réponse.

++++Dalton Trumbo nait en 1905. A  vingt ans, il part pour la Californie. Il y travaille comme boulanger la nuit, tandis que le jour il étudie à l'Université de Californie du sud. A la fin de ses études, il commence à écrire des articles en tant que journaliste indépendant. En 1933, il devient rédacteur en chef de la revue Hollywood Spectator, une publication de critiques cinématographique. Après il est  engagé comme lecteur à la Warner Bros jusqu'en 36.  Renvoyé, car il refuse de démissionner de la SAG (Screen Actor's Guild)  un syndicat fortement ancré à gauche, il écrit quelques scénarii, sans grande importance, pour la Screen writer's guild et il devient militant dans plusieurs associations de gauche. Il est alors membre de la Anti-nazi league (ligue anti-nazi), le Committee in defense of negro rights (comité de défense des droits des noirs), le Committee against war and fascism (comité contre la guerre et le fascisme), etc. En 1938  il écrit Johnny Got His Gun.  et devient l'un des scénaristes les mieux payés d'Hollywood, avec une capacité d'écrire phénomènale: en une journée il peut proposer trois, quatre versions d'une même scène. En 1941, Kitty Foyle, réalisé par Sam Wood est nommé pour l'Oscar du meilleur scénario.  En 1941, peu de temps après l'invasion allemande de l'URSS, alors que le PCUS vient de faire un virage à 180° sur la question de l'entrée en guerre, Trumbo exige le retour de tous les exemplaires de Johnny s'en va t'en guerre et en interdit la réimpression. En octobre 1947, l'HUAC (commission des activités anti-américaines) se réunit à Washington afin de débusquer les "déviants" d' Hollywoodien. La fameuse "chasse aux sorcières...Trumbo est l'un des Dix d'Hollywood, lorsqu'il refuse de répondre à la question : « Êtes-vous encore, ou avez-vous été membre du parti communiste? ». Les dix invoquent le premier amendement (liberté d'expression et de réunion) pour justifier leur refus de répondre. Trumbo est condamné à une peine de prison qu'il effectue en 1950 pendant 11 mois. De plus il est inscrit sur la "liste noire d'Hollywood, ce qui dans les faits lui interdit de travailler dans le cinéma. Exilé au Mexique , Il y rencontre Luis Buñuel et une relation amicale se noue entre les deux cinéaste. Il lui parle alors d'un projet qui lui tient à coeur : l'adaptation au cinéma du livre qu'il a écrit en 1938. De là-bas, il continue à écrire pour le cinéma américain sous des noms d'emprunts, Millard Kaufman (Gun Crazy en 1950) ou encore Robert Rich, avec qui il remporte même l'Oscar du meilleur scénario pour "Les Clameurs se sont tues" de Irving Rapper en 1956. Il sort officiellement de la liste noire en 1960, lorsque Otto Preminger pour Exodus, demande à ce que Dalton Trumbo soit crédité sous son vrai nom au générique. La compagnie United Artists de tradition libérale et de gauche, accepte. Kirk Douglas fait alors rétroactivement la même chose avec le film sorti la même année, Spartacus réalisé par  Kubrick.

Johnny
En 1971, il réalise son unique film, une adaptation de son roman Johnny s'en va-t-en guerre. Le film est montré à Cannes et  obtient le Grand prix du jury

 ++Un soldat atrocement mutilé échoue dans un hôpital. Pour les médecins, il n'est plus qu'une épave réduite à une existence végétative. Mais son cerveau fonctionne parfaitement et il tente désespérément de communiquer avec l'extérieur.++ film devenu culte!

Il décède d'un infarctus du myocarde à l'âge de 71 ans, le 10 septembre 1976

1954 : Oscar de la meilleure histoire originale, Roman Holiday, crédité Ian McLellan Hunter, Trumbo est crédité en 1992.

1957 : Oscar de la meilleure histoire originale, Les clameurs se sont tues, remporté sous le prête-nom Robert Rich, il le reçoit en 1975.

1971 : Prix Fipresci, Johnny s'en va-t-en guerre.

1971 : Grand prix du jury du festival de Cannes, Johnny s'en va-t-en guerre.

1972 : Meilleur film au « Festival des Festivals », Belgrade.

Litterature:

  • Eclipse 1935
  • Washington Jitters 1936
  • Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got his Gun) 1939
  • The Remarkable Andrew 1940
  • Chronicle of a Literal Man 1941
  • The Biggest Thief in Town 1949
  • The Time Out of the Toad 1972 (essai)
  • La Nuit de l'Aurochs (Night of the Aurochs) 1979 (non terminé)

Réalisateur

  • 1971 : Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got his Gun) de Dalton Trumbo

Scénariste

  • 1938 : A man to remember de Garson Kanin
  • 1939 : Heaven with a Barbed Wire Fence de Ricardo Cortez
  • 1940 : Kitty Foyle de Sam Wood
  • 1943 : Un nommé Joe (A Guy Named Joe) de Victor Fleming
  • 1943 : Tender Comrade d'Edward Dmytryk
  • 1946 : La vie est belle (It's a wonderful life) de Frank Capra
  • 1953 : Vacances romaines (Roman Holydays) de William Wyler
  • 1955 : The Court-martial of Billy Mitchell d'Otto Preminger
  • 1956 : Les clameurs se sont tues (The Brave One) d'Irving Rapper
  • 1957 : Les Frères Rico (The Brothers Rico) de Phil Karlson
  • 1958 : Cow-boy de Delmer Daves
  • 1958 : Terror in a Texas town de Joseph H. Lewis
  • 1960 : Exodus d'Otto Preminger
  • 1960 : Spartacus de Stanley Kubrick
  • 1961 : El Perdido (The Last sunset) de Robert Aldrich
  • 1962 : Seuls sont les indomptés (Lonely Are the Brave) de David Miller
  • 1966 : Hawaii de George Roy Hill
  • 1968 : L'Homme de Kiev (The Fixer) de John Frankenheimer
  • 1971 : Les Cavaliers (The Horsemen) de John Frankenheimer
  • 1971 : Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got his Gun) de Dalton Trumbo
  • 1973 : Papillon de Franklin J. Schaffner
  • 1989 : Always de Steven Spielberg (remake de Un nommé Joe)

trambo Oscar

Conclusion...si le film est à la hauteur de cette biographie, les cinéphiles pas encore nés, et d'autres comme moi, bien trop jeunes pour s'en souvenir, vont en apprendre des choses sur l'envers du décors hollywoodien de l'après-guerre...et sur un scénariste-hors du commun!



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Michcine 21497 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines