Magazine Cuisine

Interview de Jean Marc Carité, auteur de l'ouvrage "Mes bonnes adresses du vin bio 2009-2010"

Par Ochato

Lorsque nous avons évoqué les sorties des guides des vins il y a quelques semaines, nous avons oublié de dire un mot sur "Mes bonnes adresses des vins bio 2009-2010", par Jean-Marc Carité, publié aux éditions Utovie. Millitant bio depuis le début des années 1970, l'auteur a créé en 2002 la revue Vin Bio Magazine, et le communiqué de l'éditeur n'est pas sans rappeler l'engagement d'ochato:

"Cette treizième édition a été réalisée sur une sélection de vignerons et vigneronnes choisis pour leur éthique. On n’y trouvera pas, par exemple, ceux qui ont choisi la bio par opportunisme affairiste, même si leurs productions sont très bien réussies… Car derrière le produit, il ne faut jamais oublier le producteur, les deux sont indissociables".

Ci-dessous un court interview de Jean-Marc Carité pour Metro France:

Qu’est-ce que le vin bio ?

Le vin bio est un produit qui ne contient pas de produit chimique ajouté, pas

Jean_marc_carit
d’éléments de standardisation ou d’amélioration. Aujourd’hui, c’est la culture de la vigne qui est certifiée agriculture biologique (label AB), alors qu’il n’y a pas de certification agréée sur le vin. Il existe toutefois des cahiers de charge auquel les vinificateurs peuvent adhérer dans une démarche volontaire. Sur 1 500 vignerons bio en France, 300 ont adhéré à une charte  privée, visant à certifier la vinification elle-même. Il existe 3 chartes qui donnent lieu à une mention à côté du label AB : la Fnivab (Fédération Nationale Interprofessionnelle des Vins de l'Agriculture Biologique), Demeter (organisme de contrôle de l'agriculture bio-dynamique) et Biodyvin (syndicat des viticulteurs en bio-dynamie). La directive bio est en train d’être réécrite au niveau européen, et le vin bio va y sera intégré. C’est une bonne nouvelle car, même si les normes peuvent être critiquées parce qu’elles sont minimalistes, elles constituent un plancher auquel tous les vins bio devront se conformer.
En bio, c’est la nature qui parle, ce qui ne veut pas dire que les vignerons bio ne se soucient pas du progrès technique. Il y a une différence entre technique et chimique : les vins bios produits aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’il y a 90 ans.

Pourquoi choisir le vin bio?

On a tendance à penser qu’il n’y a rien de plus naturel que le vin. Or, un rapport coordonné par PAN-Europe, et soutenue par le MDRGF (Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures) pour la France indique que tous les vins conventionnels contiennent des résidus de pesticides, même certains grands crus bordelais classés. On y a même trouvé de l’arsenic, bien que son utilisation soit interdite depuis 6 ans. Le vin bio, c’est un produit propre qui a même concilié beaucoup de consommateurs avec le vin blanc et le rosé. Les vins conventionnels contiennent un conservateur, le SO2 ou sulfites, responsable du mal à la tête qui décourageait les amateurs de vins blancs.
Le vin bio c’est un produit sain et qui se conserve bien.

Est-il bon aussi?

Le vin bio a plus de subtilité d’arômes que le vin conventionnel. Le système racinaire de la vigne se développe verticalement descendant jusqu’à 15-20 mètres de profondeur. Si l’on tue le sol avec des produits chimiques, ces racines poussent horizontalement pour se nourrir de l’apport extérieur d’engrais chimiques. Lorsque la terre est vivante, riche en vie microbienne, les racines de la vigne descendent dans la terre et le vin fait de ses fruits exprime la richesse des arômes d’un terroir.

Le vin bio coûte-t-il plus cher?

Aujourd’hui, on est tout à fait en mesure de faire du vin bio, mais cela revient plus

Mes_bonnes_adresses_du_vin_bio_20_2
  cher car, malgré les dépenses en moins pour les produits chimiques, il faut plus de main d’œuvre. Toutefois le prix du vin bio s’aligne sur celui du vin conventionnel, car il se vend dans le même réseau et pas en magasin spécialisé. Vous pouvez trouver d’excellentes bouteilles entre 5 et 10 euros et des Champagnes entre 15 et 20 euros. Pour terminer, il faut répéter au consommateur que le vin bio, c’est du vin : il a donc les mêmes quantités d’alcool qu’un vin conventionnel et par là même, il faut le consommer avec discernement.

Source: Metro


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ochato 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines