Magazine Culture

Ma première foire de Brive Acte II

Par Albrizzi
Acte II
La première soirée

L’après-midi n’existe pas pour moi, je me suis volontairement exclue de la cohorte du salon en me retranchant dans ma chambre pour finir de lire un roman dont je vais parler le dimanche devant un public avide de découvrir la vie d’Alexandra Lapierre, des Romanov de Russie et de chasseurs d’or.
Mon hôtel est formidable, on le croirait bâti pour une scène de film, un hôtel de passe (age) devant la gare routière, dont les moquettes, les chaises en formica et les appliques murales n’ont pas dû changer depuis les années 70 (encore cette date, celle de ma naissance et de la création du salon). Ceausescu n’aurait pas renié le lieu, ni le nom de l’architecte d’intérieur.
Le soir, nous sommes tous reçus par le préfet, au château de Castel Novel, relais et châteaux 4 étoiles luxe, où certains d’entre nous logent également (les meilleurs ? tiens nous ne sommes pas si égaux finalement, contrairement à ce que me disait un auteur dans le train, au moment où l’on nous servait à tous le même repas succulent.) Ma table est très versée Technikart, avec une adjonction du Point, service pub. Veste (presque) obligatoire pour les hommes, robes noires pour les femmes, deux populations se frottent au buffet sans vraiment se parler : les natifs du coin, les huiles étatiques de Brive et de sa région, et les Parisiens, moins endimanchés que les premiers. Pour ces derniers, il n’y a pas d’événement, ce sont eux qui font l’événement. Nous sommes les invités, ils sont nos hôtes.
Acte III :
Samedi

Levée tôt, douchée, peignée et parfumée comme une bonne élève consciencieuse qui va faire sa récitation ou passer son brevet des collèges, je me présente dans la salle où a lieu ma première table ronde. Je suis légèrement tendue car je ne connais pas encore deux des trois auteurs dont je dois présenter les livres. Le psychanalyste et écrivain Malek Chebel, la romancière Janine Boissard devenue sa biographe, et Akli Tadjer. L’heure passe… sans que je m’en aperçoive. J’ai préparé assez de questions pour tenir deux heures, Malek est fatigué, on me demande d’abréger.
Je me suis sortie de l’épreuve sans trop de dommages… jusqu’à ce que Akli me demande dans quelle école de journalisme je suis étudiante ; devant mon air désolée et dépitée, il me dit que j’ai l’air si jeune. Quel âge à votre avis ? 23 ans.
Midi. C’est au tour des sœurs Nothomb, Amélie écrit son 35e roman, le Fait du prince (Albin Michel), Juliette écrit sur Amélie, les recettes de cuisine qu’elle dédie et concocte pour sa benjamine adorée. Fusion totale entre les deux, l’ainée est différente, plus fine, moins brune, sur les lèvres, le rouge est moins rouge, mais le noir de sa tenue tout aussi noir. Ces deux-là partagent à foison, par exemple leur sens de l’humour et une forme d’autodérision qui fait le bonheur du public. La salle est comble, des chaises alignées devant moi montent des rires toutes les 10 minutes, la conversation est fluide, et je n’y suis pour rien. Amélie a tissé avec son lectorat un fil invisible ténu et très particulier que lui envie pas mal d’auteurs. Je crois que derrière ses excentricités, elle aime les gens qui le lui rendent bien, elle intrigue, mais ne snobe personne. Son expression orale ressemble à sa plume : précise.
13h. J’en ai terminé pour aujourd’hui, ma mission est à moitié achevée. Je rejoins un groupe chez Francis, un des excellents restaurants de Brive où nous sommes conviés à déjeuner et à dîner. Le principe mis en place durant ces trois jours est très pratique : on nous a distribué des tickets repas à faire valoir dans tous les bistrots, troquets, crêperies, chinois, et brasseries locales. Certaines adresses sont prises d’assaut : la Truffe noire, Chez Francis. Imaginez un restaurant où seraient attablés uniquement des gens de lettres, ici c’est pire que Chez Lipp ou le Flore. Les maisons d’édition se répartissent selon les tables, chacun son équipe, le tournoi de la saison n’est pas terminé, il reste encore des matchs à jouer, et non des moindres : le Goncourt dès lundi, le Renaudot et le prix décembre.
L’après-midi, j’ai le choix entre aller écouter Annie Ernaux lire un extrait de son dernier roman : les Années (Gallimard), à la chapelle ou retourner sous les tentes blanches me replonger dans le brouhaha des signatures. Je choisis le calme des pierres et la protection ecclésiastique. En sortant, visite d’une chocolaterie artisanale, le soleil a pris le pouvoir sur les pavés des rues piétonnes.
Le soir arrive déjà, si vite, qu’il faut retourner à mon hôtel, me changer, commander un taxi et rejoindre une partie de la maison Grasset au château Novel-Castel. Devant la cheminée, je découvre réunis autour de l’éditeur Manuel Carcassonne, Michel Le Bris, Sorj Chalandon, Hubert Artus, grand habitué des salons et des tables rondes, qui anime le cabinet de lecture sur le site Rue89, Olivia Elkaïm, et bientôt Olivier Poivre d’Arvor. Après quelques flûtes de Champagne, accompagnant du homard, les langues se délient et le repas prend un tour moins politiquement correct, je le prends comme une sorte de bizutage obligatoire. Ouf, le dessert, un coup de téléphone arrive à propos, Olivia et moi devons filer à l’anglaise, rejoindre un autre groupe au Cardinal, la boîte de nuit de Brive. Hubert Artus saisit la perche et partage notre le taxi.
« Si tu ne vas pas au Cardinal, tu n’auras rien vu de Brive ! » Hier soir, déjà, j’ai esquivé prétextant que je devais être en forme pour mes tables rondes, cette fois, plus rien ne tient. Le Baron de la Corrèze c’est ici, la veille Beigbeder s’est emparé des platines il l’avait promis, il l’a fait, sans plus. Le désir l’aurait-il quitté ? Blasé, le président de la 27ème foire de Brive. C’est l’image qu’il aura laissée, fuyant les organisateurs et les auteurs dès le samedi soir, un train à 19 heures l’attendait pour le rapatrier, lui et quelques autres VIP direction la capitale. La province, dont on vante tant les mérites ce week-end, n’a pas réussi à garder dans ses bras son beau prince évanescent évanoui. Je ne peux blâmer La Montagne, le quotidien régional qui le lendemain se réveillera fâché devant ce départ en catimini. Finalement, le mariage n’aura pas eu lieu.
Et les autres ? Car tous ne sont pas partis, et certains savent s’amuser — Janine Boissard, la doyenne de la piste de danse nous donne une belle leçon de savoir vivre, Anny Duperey, toujours de bonne humeur, mon voisin me glisse en la regardant timidement, « Je suis tombé amoureux d’elle à l’âge de 7 ans », — les slows s’enchaînent sur les BO de La Boum et de L’Etudiante, des rocks et cerise sur le gâteau, une valse musette. Qui bouge le plus entre les locaux, les parisiens, les rugbymen ? Je donne ma langue au chat, l’obscurité fait perdre toute notion, qui se souviendra le lendemain de ce qui s’est passé la veille ? « Je nous trouve bien pâle, très blanc » me dit Stéphane Billerey croisé le dimanche vers 15 heures après un ultime déjeuner arrosé. On commence à franchir la ligne rouge « Oh non, avant les gens étaient complètement saouls, rien à voir avec maintenant » me raconte un chauffeur de taxi qui a connu toutes les foires de Brive. Il faut s’y résigner, le monde des lettres est devenu sage. Le crû 2008 n’aura pas eu son couple Christine Angot-Doc Gynéco qui participe désormais à la légende de Brive, bien que certains ne se soient pas bridés non plus.
To be continued...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Albrizzi 56 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines