Magazine Cinéma

Les noces funèbres

Publié le 22 février 2009 par Boustoune


Les noces funèbresUne équipe de reporters spécialisée dans les documentaires sur les phénomènes paranormaux vient poser ses caméras dans un petit village perdu au fin fond de la Roumanie. Les lieux semblent en ruines, mais soudain apparaissent des dizaines de vieilles femmes, toutes vêtues de noir, le noir du deuil… 
Remake du Projet Blair Witch à la mode des Carpathes ? Enième resucée des films de vampires ? Une histoire de fantômes roumains ?
Non, rien de tout cela… Le premier long-métrage de Horatiu Malaele n’est ni un film d’horreur, ni un film fantastique.
Si fantômes il y a, ce sont les ombres du passé communiste du pays, quand la Roumanie était sous l’emprise de l’URSS stalinienne.
Mais le film n’est pas non plus un drame historique pesant… Comme le laisse à penser son titre français, Au diable Staline, vive les mariés ! (*) est une œuvre pleine de vie, sur laquelle souffle un vent de liberté, et une bonne dose de comédie. Avec son humour paillard et braillard, ses acteurs truculents, hauts en couleurs, et tous très bons, le film s’inscrit dans la lignée des œuvres déjantées d’Emir Kusturica.
Les noces funèbres 
Le scénario retrace les événements qui se sont produits dans ce petit village, en mars 1953. La première partie, un brin longuette, montre la vie de la communauté, rythmée par les joutes verbales entre les rares membres du Parti Communiste local – le maire et une poignée d’adjoints pas très futés – et les autres paysans, plus soucieux d’aller boire une petite prune à la taverne du coin que de se préoccuper de politique, mais aussi par les chamailleries entre deux familles au sujet de la liaison qu’entretiennent Ana et Iancu, deux jeunes gens épris l’un de l’autre. Tout finit par s’arranger lorsque le jeune homme accepte d’épouser sa belle. La réconciliation est générale, l’alcool coule à flots et le mariage est programmé pour la semaine suivante.
Les noces funèbres
Mais la liesse est de courte durée. Les troupes russes entrent dans le village, pour annoncer la mort du camarade suprême Staline. Ils ne sont pas d’humeur à plaisanter : tout rassemblement public est interdit, toute manifestation de joie est prohibée et le silence est imposé, en signe de deuil. Bref, la noce doit être annulée… Les villageois essaient bien de négocier, arguant que toutes les victuailles préparées pour l’occasion vont être perdues, rien n’y fait. L’inflexible officier russe leur fait même comprendre que toute dérogation à ses requêtes sera punie de mort.
Les noces funèbres
Mais la fête aura quand même lieu, de façon clandestine, au cours d’une extraordinaire dernière partie. Une petite merveille d’humour et de poésie digne des meilleurs films de Jacques Tati ou d’Otar Iosseliani, qui justifie à elle seule le déplacement.
Evidemment, on devine que cet acte de douce rébellion ne sera pas sans conséquences. Mais mieux vaut mourir libre que vivre opprimé. Et ce beau film, grave, mais surtout léger, tragique, mais plein d’optimisme et de générosité, scelle la victoire de l’amour sur la mort…
Note : ÉtoileÉtoileÉtoileÉtoileÉtoile
(*) : Le titre original Nunta Muta « les noces silencieuses » était bien plus simple, et bien plus beau…
Les noces funèbres


Tags : Au diable Staline vive les mariés, Nunta Muta, Horatiu Malaele, communisme, Roumanie, mariage, liberté, humour, poésie

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Noces rebelles

    Adaptation littéraire très réussie d'un roman de Richard Yates, ce film aurait pu s'intituler Desesperate Housewive. On y retrouve le couple (à la ville comme... Lire la suite

    Par  Marymalo
    CINÉMA, CULTURE
  • Les noces rebelles

    noces rebelles

    J'ai d'abord entendu parler de ce film comme des retrouvailles des héros de Titanic. Vous vous doutez bien qu'une telle réclame m'a éloignée des cinémas plus... Lire la suite

    Par  Pralinerie
    CINÉMA, CULTURE
  • Et si on ressortait un bon vieux film. Episode 2 : CAN'T BUY ME LOVE (1987)

    ressortait vieux film. Episode CAN'T LOVE (1987)

    Apres Heathers, continuons dans les bons College Movies des 80s.Si je vous dis Patrick Dempsey, tout le monde me dira Greys Anatomy, et je vous répondrai non. Lire la suite

    Par  Newwavehooker
    CINÉMA, CULTURE
  • On remake, on remake

    remake, remake

    En ce moment ça n'arrete pas : Les griffes de la nuit, re-animator, vendredi13, Hellraiser, Halloween etc etc on pensait les remake des 80s uniquement réservés... Lire la suite

    Par  Newwavehooker
    CINÉMA, CULTURE, POP/ROCK
  • Si je me servais de mes deux mains...

    servais deux mains...

    Quand un ambidextre dessine Tim Robbins et Morgan Freeman, deux évadés. Dessiner avec les deux mains - Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • Les noces rebelles

    noces rebelles

    Genre: drame conjugal.Durée: 2h07.Année: 2009.L'histoire: Années 50, Revolutionary Road. Un couple y arrive. Ils s'appellent Frank et April Weeler, jeunes marié... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • La première de "Vendredi, si ça me dit !" ce soir sur France 2

    première "Vendredi, soir France

    Depuis lundi, France 2 propose un nouvel access à ses téléspectateurs avec Julien Courbet qui présente "Service maximum" chaque soir du lundi au jeudi à 18h55... Lire la suite

    Par  Lezappingdupaf
    CULTURE, MÉDIAS, TÉLÉVISION

A propos de l’auteur


Boustoune 2934 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines