Magazine Basketball

Monitoring the Lakers: Blog 7

Publié le 03 mars 2009 par Masterzen

Hgo Chronicles

Article 8

Monitoring the Lakers

Blog 7

Tripl3 menace ?

Monitoring the Lakers: Blog 7

Marbury connaît la triple menace au basket, il l'a même incarné des années durant. Une telle recrue par les Celtics de Boston est évidemment la grande news NBA de la semaine mais pourrait également s'avérer la fin de tout espoir pour quiconque envisageait de détrôner les champions en titre en juin prochain. Comme un malheur arrive jamais seul, voici 3 affaires qui pourraient couter cher aux Lakers d'ici la fin de l'année.

L'affaire Gooden

« Dur de matcher avec un duo Gooden/Duncan »

Drew Gooden accepte le buyout proposé par les Kings et les Spurs deviennent, selon certaines sources, les favoris pour s'attacher les faveurs du power foward jusqu'à la fin de la saison. Gooden est arrivé dans la capitale Californienne le 19 février dernier après un trade avec les Chicago Bulls. Un transfert purement financier en cette période de crise comme la plupart des échanges hivernaux 2009. Libre de tout droit, Drew a désormais l'opportunité de signer avec le contender de son choix. Parmi les destinations les plus probables se trouvent les Spurs de San Antonio en quête d'un post 4 assez débrouillard pour enlever un peu de pression des épaules de Tim Duncan sous les panneaux.

Le marché est officiellement fermé depuis dimanche soir minuit. Plus aucun joueur coupé depuis cette

http://www.nba.com/media/gooden_300_080325.jpg
date ne pourra s'engager avec une autre équipe NBA pour le reste de l'exercice 2009. Les frères Maloofs ont trouvé un accord de dernière minute avec Gooden, lui permettant de ne pas mettre un terme à sa saison. Les Kings réalise ainsi une économie de 1,8 millions ( sur un contrat de 7,1 millions) de dollars en coupant son nouveau PF. Il n'y a décidément plus de petites économies aujourd'hui. L'ennui pour les Lakers c'est bel et bien la future destination de l'ancien Cavaliers. Évidemment un retour à Cleveland serait une mauvaise nouvelle mais moindre comparé à ce que pourrait en faire Popovic au sein de son effectif. Le route jusqu'aux NBA Finals pourrait prendre une fois de plus des allures de chemin de croix. Avec un joueur de cette envergure en plus San Antonio peut légitiment rêver de battre son plus grand rival contemporain, surtout si de son côté, Bynum tarde à revenir. Dur de matcher avec un duo Gooden/Duncan avec un Oberto en embuscade sur le banc. Une bien belle rotation intérieure qui peut redonner beaucoup d'espoir aux champions des années impairs.

Nul doute que le FO des Spurs sera agressif sur les derniers mouvements accordés par la NBA. Après avoir durement tenté d'acquérir Marcus Camby avant la deadline, la libération de Drew Gooden a des allures d'aubaine pour la squad de TP. Si ce dernier venait toutefois à leur échapper, San Antonio n'aurait alors d'autre choix que de se rabattre sur Joe Smith, également libéré ce week-end par Ocklahoma City. Selon certaines sources, Smith serait cependant déjà attendu du côté de Cleveland… A suivre également le buyout de Stromile Swift par les Nets de New Jersey qui lui, qui devrait signer du côté de Phoenix…

L'affaire Odom

“Don’t you have to make the statement that maybe they are better without Bynum?”

G.Karl

La question est posée et peut déranger: « les Lakers sont-ils meilleurs sans Bynum dans le cinq majeur? » C'est Georges Karl qui soulève le problème après l'excellent bilan (12-1 NDRL) de Los Angeles depuis le 31 janvier, date de la blessure au genoux du jeune pivot. “Don’t you have to make the statement that maybe they are better without Bynum?” s'interroge-t-il. Tout le monde y a pensé au moins une fois sans jamais le dire à haute voix et ce pour plusieurs raisons. La plus évidentes est la prolongation de contrat de Bynum qui fait de lui le futur « go to guy » de L.A post Bryant. Et si le F.O s'était trompé? Dur d'oser l'imaginer dans une période de crise où chaque dollar dépensé se doit d'être un investissement plus intelligible l'intelligent.

http://www.supertouchart.com/wp-content/uploads/2008/04/lodrx2.jpg
LAL a réalisé un mois de février quasi-parfait, non pas grâce à l'absence d'Andrew mais à cause” du retour de Lamar Odom dans le 5 majeur. Son activité au rebond couplée à son envie d'aller au cercle en ont fat l'un des joueurs phares du mois. Le triangle à fonctionné à merveille (avant les deux rencontres face aux Nuggets et aux Suns et un abus du triangle Bryant) et les retrouvailles entre Odom et Gasol dans le cinq ont ressuscité de vieux automatismes. N'oublions pas que c'est cette équipe qui s'est hissée jusqu'aux NBA Finals l'an passé, pas celle du début de saison. Par automatismes j'entends des choses simples et logiques basketballistiquement parlant. Tout d'abord le rythme; le ballon circule d'autant plus vite avec LO dans le 5 car l'équipe se retrouve avec un seul joueur à post up (Gasol) au lieu de deux. Le triangle ne peut compter alors qu'une seule véritable isolation poste bas (en 5). Autre exemple les différents cuts qui s'opèrent plus facilement avec deux excellents passeurs dans la peinture. Lorsque Bynum reçoit le ballon en bas, le jeu se fige un temps laissant les « spacing » se créer naturellement. On observe le plus souvent dans ce cas de figure deux passes: une à trois points pour le poste 3 (corner extra pass) ou une en tête de raquette pour le meneur en tête de raquette, et une pour un cut de Pau vers le cercle (Kobe préférant couper lorsque l'espagnol détient la gonfle). Avec Odom en bas le ballon est plus fluide (surtout sur le jeu à deux entre les deux big men) et les solutions de passes plus nombreuses. En attendant jusqu'à vendredi dernier LO faisait le bouleau. N'en déplaise à Karl, cette configuration n'est pas faite pour durer c'est certain. Odom le sait, et par dessus tout Phil Jackson le sait. Soyons honnêtes, LO joue à ce niveau en partie pour son vœux le plus cher qui serait de rempiler et rester du côté de Lalaland. On appelle ce syndrome « contract year », beaucoup se sont éteint une fois le dit contrat signé. Je n'insinue pas que Lamar dépasse nos attentes niveau jeu, mais il a toujours su se mettre en avant par le passé dans le même genre de situation.

« Contract year », soyez certains que tant que le duo Gasol/Bynum sera du côté de L.A, Lamar ne reverra jamais le jour dans le 5 majeur en 4 ou en 5. La priorité pour le staff des Lakers reste le développement de Bynum et passera donc essentiellement par le temps de jeu. Seul les Playoffs 2009 feront exception (en fonction du retour d'Andrew) pour des raisons d'alchimie et d'ajustements évidents. S'il veut rester chez les ors et pourpres Odom devra accepter son rôle de bencher et rentrer dans les matches avec autant d'énergie qu'aujourd'hui, ce qui fut loin d'être le cas en début de saison. Accepter d'être 6ème homme de luxe n'est pas une mince affaire pour des joueurs professionnels aux larges égos. Pourtant si on jette un coup d'œil à l'histoire on se rend compte que ce qui peut paraître pour un luxe est plutôt un schéma bien connu des coaches. Phil Jackson l'utilisait avec Kukoc. Tony était le second ou troisième joueur le mieux payé de l'effectif, toutefois le Zen Master a choisi d'en faire son joker. 4ème talent offensif des Bulls, le croate a su trouver son rythme pour le plus grand bien de son équipe. Les Lakers ont également connu cette configuration par le passé avec l'excellent Michael Cooper. Coop' a même été le joueur le mieux payé de la franchise tout en sortant du banc, ce qui ne l'a pas empêcher d'empocher un titre de DPOY au passage. L'exemple contemporain le plus parlant est Manu Ginobili. El Manu, actuellement le troisième salaire de l'équipe, sort du banc et tourne entre 28 et 30 minutes de temps de jeu par rencontre. Stratégique. Arrêtons de définir le 5 majeur par le salaire ou le talent brut, il faut savoir faire des concessions pour avoir avoir le système le plus performant.

lodrx3.jpg
Malgré ses stats de All Star en février, je vous demande de ne pas vous attarder sur ce qui pourrait s'avérer être une fois de plus de la poudre aux yeux. Lamar a toujours connu ces piques statistiques en saison voire en Playoff (Clippers et Heat compris) souvent suivi de traversées du désert embarrassantes. Dommage pour un joueur doté de telles capacités. Quel est le danger ici alors? Pour ne rien changer on se retrouve une fois de plus dans une situation à risque où l'alchimie risque d'être ébranlée. Bynum pourrait avoir du mal à se remettre en scelle tandis que les Lakers auraient les succès pris en otage en grande partie par les performances de LO. Les deux meilleurs exemples sont les derniers en date. Après une belle chevauché L.A tombe 2 fois en deux rencontres, une première depuis décembre. Lors de ces deux rencontres Odom ne rentre pas dans le match de chaque côté du terrain. 5 fautes handicapantes face aux Nuggets et une exclusion face aux Suns à 11 minutes de la fin du match pèseront lourd dans la balance…

L'affaire Marbury(/Moore)

« Boston est officiellement l'équipe à battre, officieusement encore, l'équipe imbattable »

http://i.cdn.turner.com/nba/nba/2009/news/features/dave_mcmenamin/01/17/nba_story.marbury20090116/marbury608-011609.jpg

C'est certainement celle qui fait le plus trembler… Mon Dieu qu'il ne fait pas bon d'être dans la conférence Est en ce moment. Marion, O'neal, Alston, et maintenant Moore puis Marbury, autant de trades qui ne font pas les affaires des laissés pour compte de l'hiver. Heureusement que Los Angeles ne trouvera au mieux qu'une seule des ses équipes sur son chemin au titre. Orlando, Cleveland, Boston mais également plus bas Miami, New York, Toronto et Détroit… « This is gonna be ugly as hell in April!!! »

Le clou du clou c'est tout de même le duo Moore/Marbury qui atterri chez les champions en titre. Un coup derrière la tête pour les fans des Lakers qui avait vu le fausset se rétrécir entre les deux meilleurs ennemis du circuit jusqu'ici. Juste quand les Lakers semblaient enfin rendre les coups dans la peinture, les Celtics signent Mikky Moore, vétéran des Kings de Sacramento relâcher après accord. Cette signature est sensée combler le vide laisser par le néo-retraité PJ Brown qui a refusé, même pour une période écourtée, de reprendre du service en 2009. Moore c'est 8,5 points et 6 rebonds par rencontre l'an passé avec 82 matches joués, une certaine expérience et donc un joueur de complément parfait pour affiner la rotation de Boston. Si l'équipe gagne en énergie et en temps de jeu disponible, elle perd néanmoins en IQ basket, en défense et au rebond (Brown>Moore). Disons que Doc Rivers dispose d'un bon steack de plus et de 6 fautes dans sa raquette. Par contre remplacer Sam « I Am » Cassel par Marbury est le blocbuster move de l'année! Je vous épargne une énième analyse du meneur New Yorkais vu que la presse spé et la blogosphère nous en ont servi durant les 4 derniers mois. A mon sens, pas besoin d'être un furieux analyste pour comprendre ce que changera l'addition de l'ancien partenaire de Kevin Garnett. Un All Star de métier de plus qui certes, contrairement à MIDAS, a la réputation de transformer tout ce qu'il touche en merde mais qui en a encore sous la semelle et qui, cantonné au rôle de 6ème homme de luxe (tiens tiens… encore un…), n'aura comme mission que de garder le score voire dynamiser un collectif en berne. Une bien moindre tâche lorsqu'on connait le bonhomme.

Marbury en second meneur c'est tout de même autre chose qu'Eddi House ou Tony Allen, deux swingmen qui ne sont pas de véritables

http://cache.daylife.com/imageserve/04M19iJ8MfefZ/340x.jpg
Point Guards. Ici Stephon n'aura pas de risque à prendre, peu de responsabilité, peu de pression. Il lui demandera juste de mettre les cerises au haut des gâteaux… si possible. En aucun cas les Celtics 2009 sont inférieurs aux Celtics 2008, aucun! Échanger Posey et Brown contre Marbury et Moore aurait des allures de bon trade estival. Risqué mais bon. Quant à ceux qui prient pour que l'ancien Knicks fasse partir en fumée l'alchimie de son nouveau club ainsi que la bonne entente dans les vestiaires vous pouvez vous mettre le doigt dans l'œil. Pour la première fois de sa carrière Marbury n'est pas sous les spotlights, pour la première fois de sa carrière on ne lui demande pas l'impossible, et certainement pour la dernière fois de sa carrière, en guise de dernière chance, on lui demande de s'affirmer bien plus qu'en tant que joueur de basket; en tant qu'homme. Boston est officiellement l'équipe à battre, officieusement encore, l'équipe imbattable. Comme Kelly Dwyer l'écrivait la semaine passée, Stephon won't set any fires, good or bad, mais il consolidera ce qui est aujourd'hui devant LAL, l'effectf le plus complet de la ligue.

Hgo


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Masterzen 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines