Magazine Cuisine

La cuisine pour séduire ? Et la plus séduisante des pavlovas pour répondre à cette bien étrange question…

Par Dorian
La cuisine peut-elle être un moyen de séduction ? Quand elle m’a posé cette drôle de question, je me suis d’abord gratté le menton. Et je me suis demandé si j’étais le mieux placé pour répondre à une question concernant la séduction. S’il s’était agit du rangement des râteaux et vestes, j’dis pas, là j’aurais pu m’étendre, donner du détail, expliquer le pourquoi et le comment des moyens que l’ado et après l’adulte peuvent utiliser dans l’espoir de séduire… parce que ça, de l’espoir, j’en ai eu. Mais pour le reste… Et pourtant j’ai essayé, essayé…
Au début j’allais même franchement au combat, pensant que pour séduire il suffisait de naturel et qu’un simple veux-tu qu’on se partage un spaghetti comme dans la Belle et le Clochard ? lancé comme ça me suffirait pour décrocher mon graal, pour enfin entrer enfin dans le monde des ado avec petite amie ! Mais j’ai vite déchanté et je suis seulement devenu le roi du spaghetti…
Du coup pendant bien longtemps je suis resté dans une des catégories les plus maudites parmi les maudites, celle de l’ado qui a des filles pour amies.
Et régulièrement ces amies me disaient combien elles se sentaient en confiance et combien elles étaient bien avec moi, et finalement que si je n’avais pas seulement voulu être leur ami j’aurais pu, peut-être, être l’élu de leur cœur… Là, généralement je m’éclipsais dans la pièce voisine, je posais ma main sur le chambranle de la porte et je refermais violement la porte une dizaine de fois sur la dite main en me traitant d’à peu près tous les noms d’oiseaux que je connaissais, et j’en connaissais ! Et puis je revenais prendre ma place d’ami avec une main en moins… Je les écoutais me dire, tu sais tout à l’heure je disais ça sans le penser, j’espère que je ne t’ai pas fait de peine, je sais combien c’est plus important pour toi l’amitié… Et pendant que je me demandais si je pourrais aussi me claquer la porte sur ma main valide à coup de tête , j’écoutais les nombreuses peines de cœur de mes amies avec Alexandre, Paul, Jérôme, Albert, André, François… et quelques autres de… mes ex-amis !
Maudit, j’étais maudit !
Et puis est venu le temps des artifices, où j’ai pensé que la séduction pouvait passer par quelques arrangements de la vérité, un temps où je me cachais derrière un micro ou un écran avant d’affronter la dure réalité. A cette époque-là il m’arrivait d’avoir une voix digne de Sinatra, c’est fou ce que peut faire un micro, et des descriptions virtuelles dignes d’un mélange de Clint Eastwood et de Cary Grant, le What else ? d’une époque précédente… Mais forcément quand grâce à ça j’arrivais à décrocher une rencontre, le problème devenait justement la rencontre !
Parce que là forcément, j’avais beau fumer 30 whiskies et avaler 3 paquets de cigarettes, quand je me pointais face à la belle et que je lâchais un t’as de beaux yeux tu sais ! curieusement dans ces yeux je ne voyais plus Sinatra mais Daffy Duck ! Et j’avais beau enfiler poncho et santiags je n’étais pas plus Eastwood. Je l’ai cruellement réalisé un jour où un de mes fers à bottes m’a lâché en route et que je me suis vu dans une vitrine avançant accompagné du cling clang de mes bottes… Là, j’ai réalisé que je n’avais même pas le bruit de Clint Eastwood… Le temps des artifices était fini.
Et puis finalement il y a eu Elle…
Et finissant enfin de me gratter le menton, j’ai répondu oui la cuisine peut être un moyen de séduction ! Un moyen d’essayer de la séduire chaque jour en l’attendant, des fois, derrière la porte avec juste à la main ce dessert fondant, craquant, croquant qu’elle aime tant.
Parce que je sais que tu vas finir ouvrir la porte, que tu feras semblant de me trouver caché, que tu vas t’asseoir et manger avec gourmandise et que finalement tu vas peut-être lever les yeux, peut-être un peu rougissante de m’avoir presque oublié une seconde en compagnie de ta gourmandise, et qu’il y aura une petite lumière qui brille dans tes yeux qui me regardent enfin…

Pavlova chocolat et poires
Ingrédients pour une pavlova pour 3 ou 4 gourmandes : 3blancs d'œufs – 180g de sucre en poudre – 1 càc de vinaigre blanc (j'ai utilisé du vinaigre de riz) – 20cl de crème liquide entière – 2càs de sucre glace – 90g de chocolat noir aux amandes ou au noisettes grossièrement haché – 60g de chocolat noir - 1 pincée de sel
Commencez par faire les meringues : mettez les blancs d'œufs avec une pincée de sel et battez-les en neige bien ferme. Ajoutez alors le sucre sans arrêter de battre. Dès qu’il est incorporé, ajoutez le vinaigre et battez encore un peu .
Faites 1 joli tas avec de jolies pics sur un papier sulfurisé posé sur une plaque de four, pensez à creuser un peu le centre et mettez à four préchauffé à 110/120° pendant environ 1h.Pendant ce temps, montez la crème et le sucre glace en chantilly bien ferme et réservez-la. Mettez le chocolat noir et la crème dans un bol et faites fondre le tout au micro-onde, remuez bien.
Quand les meringues sont cuites laissez-les refroidir avant le montage.
Pour le montage mettez un peu de chocolat aux amandes haché sur la meringue, un peu de chocolat fondu, une jolie couche de crème fouettée, et recommencez avec le chocolat aux amandes, le chocolat fondu et la crème jusqu’à à la pavlova de vos rêves…
Ingrédients pour une poire (pour 4 faites 2 poires) : 1 poire - 2 étoiles de badiane - 1belle pincée de cannelle - 2càc de gelée de coing
Pelez et coupez les poires en deux, enlever le cœur et la partie fibreuse qui rejoint la queue de la poire. Plantez une étoile de badiane à la place du cœur et remplissez de gelée tout le reste. Refermez la poire, badigeonnez-la avec la gelée restante après l'avoir posée sur un carré de Carta Fata ou de papier alu à défaut (merci
Stéphanie pour cette découverte !). Refermez le film comme une papillote, ficelez et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une trentaine de minutes.
Servez-la toute chaude encore dans son emballage à côté de la pavlova.
Assiettes ligne Fairy Tales de Luminarc
La drôle de question c’est Hélène, journaliste à M6, qui me l’a posée, une journaliste qui a su, elle aussi, nous séduire par sa patience, son envie de partage et sa… gourmandise ! Une journaliste qui est arrivée du côté de chez nous grâce à Céline Combes, elle aussi journaliste à M6, que je n’ai hélas pas eu la chance de croiser mais qui a permis cette aventure.
Mais pourquoi, j’ai pas un cupcake day tome 2 sur le feu moi… est-ce que je vous raconte ça…
PS : Lavande de Lignes et Papilles a eu la très bonne idée de consacrer une nouvelle rubrique aux livres de cuisine des blogueuses et blogueurs… et du coup j’ai eu la chance de me retrouver dans ses colonnes, là : Interview croustillante… Merci Lavande !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dorian 13561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines