Magazine Culture

Paul Eluard

Par Florence Trocmé

Paul Éluard, pseudonyme de Eugène, «Émile, Paul Grindel, est né le 14 décembre 1895 à Saint-Denis. Ses parents s’installent à Paris en 1908. À l’issue de la classe de 3ème, il est hospitalisé dans un sanatorium près de Davos, en Suisse, où il rencontre Hélène Dimitrovnie Diakonova à laquelle il donne le prénom de Gala. Sous le nom de Paul-Eugène Grindel paraît le 1er décembre 1913 Premiers poèmes, recueil à compte d’auteur. En 1914 paraissent des poèmes en prose, sous le titre Dialogue des inutiles, avec une préface de Gala. Ces deux livres seront mis au pilon par l’auteur. Guéri, Éluard est mobilisé ; Gala retourne en Russie.
Aux armées il polycopie une plaquette, Le devoir, qu’il signe Paul Éluard, prenant le nom de sa grand-mère maternelle. Gala revient en France et il l’épouse à Paris en février 1917, année où paraît Le Devoir et l’inquiétude. Cécile Éluard naît en mai 1918. En 1919, Éluard est mis par Jean Paulhan en relation avec Breton, Aragon et Philippe Soupault qui publient le premier numéro de la revue Littérature – Éluard donnera un poème dans le n° 3. Il participe aux manifestations du dadaïsme, mais comme Breton, Aragon, etc., il rompt avec Tzara en 1923. Il part en mars 1924 pour un tour du monde ; il revient en octobre. En 1925, première exposition surréaliste (Picasso, Arp, Max Ernst, Miró, André Masson, etc.).
Éluard adhère au Parti communiste en 1926. Il est hospitalisé en 1928 dans un sanatorium des Grisons. En décembre1929, il rencontre Nusch (de son nom Maria Benz) qui devient sa nouvelle compagne ; Éluard et Gala se séparent définitivement en décembre 1931. Il épouse Nusch en août 1934. En 1936, il réside pour des conférences en Espagne et en Angleterre. En 1938, il organise à Paris avec Breton une Exposition internationale du surréalisme ; il publie Solidarité, poème illustré par Picasso, Masson, etc., la plaquette étant vendue au profit des combattants des républicains espagnols. Il rompt avec Breton qui a pris contact avec Trotski.
Mobilisé en septembre 1939 dans les services de l’Intendance, il est démobilisé en juin 1940. Il se réinscrit au Parti communiste en 1942 et, peu après, entre dans la clandestinité. Il forme pour la zone Nord le Comité national des écrivains et participe au Comité de lecture des éditions de Minuit fondées par Vercors et Pierre de Lescure. Avec Louis Parrot, il fonde en juin 1944 la revue L’Éternelle revue, publiée jusqu’en septembre 1945. En 1946, il prononce plusieurs conférences en Tchécoslovaquie, en Italie, en Yougoslavie et en Grèce. Le 28 novembre, alors qu’il était dans un hôpital en Suisse, il apprend la mort subite de Nusch.
En 1949, il est délégué au congrès du Conseil mondial de la paix, à Mexico ; il y rencontre Dominique Lemor qu’il épouse en 1951. En 1950, il voyage en Tchécoslovaquie, puis en Russie où il retourne en 1952 avec Jean Hugo pour la commémoration du 150ème anniversaire de la naissance de Victor Hugo. En août 1952, lors d’un séjour à Bénac, en Dordogne, une crise d’angine de poitrine le contraint à revenir à Paris ; il meurt en septembre le 18 novembre à Paris à la suite d’une nouvelle crise cardiaque.

Bibliographie
Choix : on se reportera à l’édition des Œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade.
Le Devoir et l’inquiétude, 1917.
Les Animaux et leurs hommes, les hommes et leurs animaux, 1920.
Les Nécessités de la vie etg les conséquences des rêves, 1921.
Mourir de ne pas mourir, 1924.
Répétitions, avec des dessins de Max Ernst, 1922.
Les Malheurs des immortels, avec Max Ernst, 1922.
Capitale de la douleur, 1926.
Défense de savoir, frontispice de Chirico, 1928.
L’Amour la poésie, 1929.
La Vie immédiate, 1932.
La Rose publique, 1934.
Facile, avec des photographies de Man Ray, 1935.
Notes sur la poésie, en collaboration avec André Breton, 1935.
Les Yeux fertiles, avec des illustrations de Picasso, 1936.
Les Mains libres, dessins de Man Ray illustrés par de poèmes de P. É., 1937.
Donner à voir, 1939.
Le Livre ouvert, 1940.
Sept poèmes d’amour en guerre, sous le pseudonyme de Jean du Haur, 1943.
Au Rendez-vous allemand, 1944.
Lingères légères, avec un portrait de P. É. par Marcoussis, 1945.
Une longue réflexion amoureuse, avec un portrait de Nusch par Picasso, 1945.
Le Dur désir de durer, avec des dessins de Marc Chagall, 1946.
Corps mémorable, (sous le psudonyme de Brun) avec un dessin de Valentine Hugo, 1947.
Poèmes politiques, 1948.
Une leçon de morale, 1949.
Pouvoir tout dire, avec une illustration de Françoise Gilot, 1951.
Grain d’aile, illustrations de Jacqueline Duhème, 1951.
La Jarre peut-elle être plus belle que l’eau ?, 1951.
Anthologie des écrits sur l’art, 1952, 1953 et 1954.
Les sentiers et les routes de la poésie, 1952.
Œuvres complètes, préface et chronologie de Lucien Scheler, textes établis et annotés par L. S. et Marcelle Dumas, 2 vol., Pléiade, 1968.
Lettres à Gala, 1924-1948, 1984.

un site un peu particulier dans son approche mais riche en ressources

fiche établie par Tristan Hordé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Paul Valet

    « Sa vision du monde est celle d’un maudit exilé au Paradis. Ce paradoxe explique, en partie tout au moins, l’étrange coexistence chez lui d’un lyrisme... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Valet

    En complément de la note de lecture donnée par Pierre Kobel sur le livre de Jacques Lacarrière consacré à Paul Valet, un nouvel extrait de son œuvre et la... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul de Brancion

    L’eau ne coule plus dans la source du bas et j’ai peur de ne plus jamais la voir revenir. Les éléments ont inversé le cours des choses en haut de la montagne... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Paul de Brancion

    est né en 1951. Après des études de philosophie, il a longtemps été professeur d'université, enseignant la philologie romane et la littérature (Aarhus,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Eluard

    L’amoureuse Elle est debout sur mes paupières Et ses cheveux sont dans les miens, Elle a la forme de mes mains, Elle a la couleur de mes yeux, Elle s’engloutit... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Paul Eluard

    Les images sont, les images vivent et tout devient image. On les a longtemps prises pour des illusions, car on les limitait, car on les soumettait à l’épreuve d... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Celan

    A ton ombre, à ton ombre toute mal-sonnée aussi j’ai donné sa ... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines