Magazine Cuisine

Vin Chai Moi

Par Toinard

Vin Chai MoiVin Chai Moi. 3 Miam sur 5.

On avait perdu la trace de Luc Menier. Après trois années de bons et loyaux services dans son bistrot de l’Est Parisien, le Vin Chai Moi, Luc avait tiré sa révérence quelques heures avant la Saint-Sylvestre. Une poignée de semaines plus tard, réapparition sur Facebook et des statuts qui en disent long sur son envie de retourner au front, de dénicher un pas de porte, de ressortir ses fameux cocktails vin et sirop et d’aligner sur une carte, une poignée de plats qui fleurent bon le bistrot. Le voici donc, un peu fébrile, entre Madeleine et Concorde, en lieu et place d’un Italien, Delizie d’Uggiano dans un décor qui sent la Méditerranée et pas franchement le repaire de viandards et d’adeptes de beaux flacons. Qu’importe, l’âme bistrotière se glissera dans ses patins au fil des mois que ce soit au rez-de-chaussée ou dans les salons du premier étage où se dressent, derrière le bar, les légendaires bouteilles de sirops que Luc continue de mélanger à des vins en trois couleurs. Aux convives de trouver le parfum. Rose, cassis, violette, litchi ? Quand la réponse fuse, l’évidence se lit sur tous les visages. La parenthèse « papilles titillées » refermée, place au solide avec une savoureuse terrine maison aux zestes d’oranges, qui, dans la formule du jour, se trouve en concurrence avec un gaspacho de petits pois et émulsion de lard fumé. Egalité parfaite dans des genres diamétralement différents. Chacun choisit son camp. Le diététique ou le pantagruélique. Le match suivant oppose, un pavé de saumon, sauce crémée à l’oseille, tombée de poireaux, trop classique, à une daube de joue de veau aux olives et basilic. Le second, vous l’aurez compris, l’emporte aisément même s’il le bon goût aurait été de préciser aux convives que les olives n’étaient pas dénoyautées. Un peu à l’instar d’un clafoutis à la cerise, il est toujours bon de prévenir sous peine de se retrouver chez « Couronnes et Fils », le dentiste voisin. Qu’on se le dise, Luc est de retour et lui seul sait ce qu’il fera à la prochaine Saint-Glinglin. En attendant, venez chez lui !

18, rue Duphot. 1er. Tél. : 01 40 15 06 69. Menus : 19 et 24 € (au déjeuner). Carte : de 38 à 53 €. Fermé le dimanche et le lundi. M° : Madeleine.

Crédit Photo : www.lesrestos.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toinard 575 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine