Magazine Culture

Le Mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne n’a PAS de caractère “Nazi”

Par Bouffioux

Le Mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne n’a PAS de caractère “Nazi”

Cet article est une réponse à certains medias russes ayant qualifié le mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne d’hommage au nazisme.
Ce weekend, je me suis enfin rendu sur Vabaduse Valjäk (Place de la Liberté) afin de me promener au pied du mémorial récemment inauguré et de la croix de la Liberté qui domine désormais la place éponyme.
Le monument et la place, elle-même restaurée et qui sera désormais piétonne, donnent un aspect propre et clair à l’entrée de la vieille ville. Le monument et sa croix translucides, illuminés de nuit, sont un hommage à la Guerre de 1918-1920 ayant conduit à la première indépendance de l’Estonie.
Cependant, le mémorial célèbre bien plus que cette guerre. Il est le symbole de l’indépendance (retrouvée en 1991) et de la Liberté d’une nation qui a trop souvent été placée sous le joug de nombreux envahisseurs.
Une partie du mur Est du bastion d’Ingermanland a été détruit afin de permettre la construction du monument mais cette section du mur des fortifications a été restaurée, incluse et mise en valeur au sein du mémorial. D’autres fouilles ont eu lieu sur le site.
Les discussions afin de décider de la construction du mémorial ont duré des années et de nombreuses compétitions ont été organisées dans le but de définir le projet, son emplacement et son design. Ces débats ne sont cependant pas comparables à la ferveur populaire et aux critiques adressées concernant le coût et l’esthétique du monument.
Certains, notamment le voisin de l’est, ont été plus incisifs, je dirais même insultants, en qualifiant ce monument d’hommage au nazisme. Ils ont surtout trouvé une bonne occasion de se taire et montré leur profonde ignorance de l’Histoire. Ou peut-être est-ce dû au fait (comme le souligne un lecteur dans un commentaire d’un précédent billet) que toute allusion à l’indépendance de l’Estonie rend le grand voisin russe malade ?
La falsification de l’Histoire et « l’ignorance volontaire » de la vérité ne sont pas des excuses à cette accusation et ne font que renforcer la bassesse de ces attaques argumentées par des faits non établis ou détournés.
En effet, certains médias russes ont déclaré que le nouveau monument érigé dans la capitale estonienne était un hommage rendu aux soldats ayant combattu aux côtés des Nazis durant le seconde guerre mondiale.
Rappelons tout d’abord que la croix dominant le monument est inspirée de la croix potencée de la médaille rendant hommage aux Estoniens ayant combattu l’empire russe durant la guerre d’indépendance entre 1918 et 1920 et n’a absolument aucun lien avec la croix gammée nazie.
Ces médias russes ont également souligné dans leur propos que l’adoption de cette insigne par les unités estoniennes ayant combattu dans l’armée nazie contre les soviétiques durant la seconde guerre mondiale glorifie le nazisme.

Le Mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne n’a PAS de caractère “Nazi”
Encore une fois, revenons à l’origine ce cette croix qui est la Croix de la Liberté, la plus haute distinction estonienne, créée en… 1919, bien avant l’ère nazie et l’invasion de la peste brune en Europe. Elle vient récompenser des services rendus durant la guerre d’indépendance estonienne.
L’adoption de cette insigne par les Estoniens enrôlés dans l’armée allemande est donc toute naturelle puisqu’elle est le symbole de leur indépendance et de leur liberté passée (et donc de l’espoir de son retour). Cela pouvait par ailleurs constituer un bon moyen de retrouver ses compagnons dans la foule.
J’ajouterais que les Estoniens ayant combattu du côté allemand n’ont pas toujours eu le choix (nombre d’entre eux ont d’ailleurs préféré tenter le voyage risqué vers la Finlande pour y combattre) et que les soviétiques ont usé des mêmes méthodes et n’ont pas hésiter à puiser dans la population de force lorsqu’ils avaient besoin de sang estonien (des pays baltes en général) pour son armée.
Les Estoniens ont-ils vraiment eu le choix ? Ils ont servi des deux côtés, certains combattant l’occupation nazie et d’autres servant dans l’armée allemande afin d’empêcher le retour des soviétiques amenant avec eux la terreur.
Depuis leur indépendance en 1991, certains ont mis en avant le fait que, pour les pays baltes, la Seconde Guerre Mondiale ne fut qu’un choix entre deux puissances maléfiques. Communisme ou nazisme, avaient-ils le pouvoir de décider ? Peuvent-ils être tenus responsables ? Absolument pas ! Ils ont cependant payé un très lourd tribut en vies humaines (et en patrimoine) et ont le droit de célébrer leur Liberté et d’user leurs symboles nationaux.
La Russie cependant traite toute tentative de mettre à égalité les deux axes du mal durant cette guerre de « falsification » de l’Histoire et d’affront à la mémoire des troupes soviétiques ayant combattu le nazisme.
Le Mémorial à la Guerre d’Indépendance estonienne n’a PAS de caractère “Nazi”
Notons au passage que des Russes anti-communistes ont servi les Nazis et adopté d’anciennes insignes nationales que Moscou a remis au goût du jour depuis la chute de l’URSS. Martin Jashko, porte-parole du Ministre de la Défense, provoque et explique : « nous pourrions argumenter de la même manière que le drapeau russe blanc, bleu et rouge ou le drapeau de St Andrew… utilisés par ces unités aux côtés des nazis sont devenus des symboles associés au nazisme aujourd’hui ».
L’Histoire de la guerre et les relations avec le voisin russe sont hyper-sensibles du fait de la présence d’une importante population d’ethnie russe sur le territoire estonien - environ 25% de la population.
Et pour illustrer ce billet, un peu de JJG pour expliquer...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La guerre des miss

    guerre miss

    Quand il avait annoncé voilà quelques années qu'il allait bientôt arrêter de faire du cinéma, Patrice Leconte n'avait pas dévoilé son plan de retrait. Ce... Lire la suite

    Par  Rob Gordon
    CINÉMA, COMÉDIE, CULTURE
  • La guerre des miss

    guerre miss

    Réalisé par Patrice Leconte Avec Benoît Poelvoorde, Olivia Bonamy, Christian Charmetant Film français. Genre : Comédie Durée : 1h 29min. Lire la suite

    Par  Giuglio
    CINÉMA, CULTURE
  • La guerre des mondes

    Non, je ne parle pas de la crise actuelle, mais bel et bien du film de Steven Spielberg diffusé dimanche soir sur TF1. J'étais assez réticent à le regarder, mai... Lire la suite

    Par  Dominik89
    CINÉMA, CULTURE
  • Jaenada/ Cerise: la guerre !

    Jaenada/ Cerise: guerre

    La guerre entre Philippe Jaenada et Lucien Cerise continue! Pour ceux qui n'ont pas suivi, sachez que Jaenada est un auteur un peu has-been publié chez Grasset. Lire la suite

    Par  Lise Marie Jaillant
    CULTURE, LIVRES
  • La guerre en substances

    Difficile de le nier, l’homme, depuis la nuit des temps, est aux aguets du moindre prétexte politique, religieux ou vénal pour justifier des grands coups sur... Lire la suite

    Par  Bastienb
    CULTURE
  • Un Mémorial Michael Jackson chez Harrods

    Les gestes en hommage à Michael Jackson continuent, et c’est le milliardaire égyptien Mohamed Al Fayed, père de Dodi Al Fayed, ancien compagnon de la princesse... Lire la suite

    Par  Bentlyno
    CULTURE, MUSIQUE, RAP/R&B
  • Les Recettes du bonheur, un film à voir!!!

    Recettes bonheur, film voir!!!

    Hello,Je suis une fan de la cuisine. J'aime cuisiner mais également découvrir de nouvelles adresses gourmandes, de nouveaux mets, feuilleter des magazines et... Lire la suite

    Le 21 juin 2018 par   Mélanie Deltenre
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Bouffioux 717 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte