Magazine Culture

France : Où s’arrête la solidarité gouvernementale ?

Publié le 09 octobre 2007 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com

SELECTION RELATIO sur le Blog-Notes de Daniel RIOT : Peut-on, sauf si l’on est masochiste, rester membre d’un gouvernement qui accepte (ou suscite) des lois « dégueulasses » ? Conséquence de ce qui est appelé (à tort) la « politique d’ouverture » : La France connaît cette question après le « coup de gueule »  de Fadela Amara, la secrétaire d’Etat, contre le recours à l’adn pour lutter contre les fraudes aux regroupements familiaux des immigrés. Mais c’est un autre aspect des déclarations de Fadela Amara, l’ex-présidente de « ni pute ni soumise »  que Daniel RIOT a retenu dans son édito du jour…

Fadela Amara a raison de dénoncer ce qui est « dégueulasse »,

mais pourquoi le fait-elle « en tant que... » ?

Elle a raison, Fadela Amara ! « L'ADN, je ne suis pas d'accord parce que je pense qu'on touche à quelque chose qui n'est pas bon pour notre pays » a-t-elle déclaré. « Je le dis aussi en tant que fille d'immigrés: y en a marre qu'on instrumentalise à chaque fois l'immigration, pour des raisons très précises. Je trouve ça dégueulasse! ».

Il n’y a qu’un morceau de phrase que l’on peut regretter dans ce jugement qui est d’abord un constat : « en tant que fille d’immigrés ». Moi, c’est en tant qu’homme, en tant que citoyen, en tant que personne, que je trouve « dégueulasses » l’instrumentalisation de l’immigration, l’usage sélectif de l’ « adn » pour les immigrés, les discours de « la plume » de Sarkozy, Henry Guaino,  que BHL traite de  « racistes ».

Quand cessera-t-on de mettre en avant des réflexions ethniques, des pensées biologiques, des explications génétiques ? Fedala, « ni pute ni soumise », soit, mais pas encore libérée de ces réflexes identitaires qui faussent les identités, de ces liens ombilicaux mal coupés, de ces « fille ou fils de… », de toutes ces références qui, au bout du compte, font le (mauvais) jeu de tous les Hortefeux de la planète.

1b4358fbc5cc076eccf5f845e18c6169.jpg

« Cultive tes racines et plante-les dans les étoiles », Fadela. C’est un proverbe alsacien que je ne me lasse d’asséner et qui existe aussi en arabe… D’ailleurs, tu le dis toi-même : « Je ne veux pas qu'on définisse les gens en fonction de leurs origines, de leur religion. Créer des catégories de population c'est dangereux ». Alors ? Pourquoi se montrer ainsi prisonnière de sa « catégorie » ? Etre une femme (ou un homme) « libre », c’est se libérer de ce qui ne dépend pas de soi. On ne naît pas Personne, on le devient.

Cela dit, c’est bien de se proclamer « libre » et de le montrer dans ses propos, mais être en désaccord sur des questions de valeurs, donc de fond, avec le  gouvernement dans lequel on est et duquel on doit être solidaire, cela doit avoir des limites, non ? D’accord, la « solidarité gouvernementale » est plus une tradition qu’une obligation. « Un ministre, çà ferme sa gueule, on çà s’en va ! », disait Chevènement…

Mais c’est une affaire de conscience pour l’intéressé (e) et une question de calcul pour le chef du gouvernement. Cette cacophonie apparente doit faire, pour l’instant, le jeu de Sarkozy qui doit s’amuser beaucoup, y compris en voyant la tête de son ami Hortefeux. Mais je ne relève cela qu’« en tant qu’observateur » (amusé aussi) …

Daniel RIOT

 

Retour à La Une de Logo Paperblog