Magazine Cuisine

La Depeche met Robert Plageoles (Domaine des Tres Cantou) à l'honneur.

Par Ochato

Robert Plageoles est une figure du Gaillac, et, tout simplement, une figure du vin en France. En plus de produire, aux côtés de son fils Bernard, des vins remarquables au sein du Domaine de Tres Cantou, Robert a une passion pour l'ampélographie, c'est à dire la science des cépages. Passion tellement poussée qu'elle se double aujourd'hui d'un travail d'historien: non content d'étudier les cépages actuels, ce sont aussi et surtout ceux qui ont disparu, ou presque, qui retiennent son attention. Aboutissement de cette démarche: lorsque le vigneron et l'historien-ampélographe se rejoignent, pour redonner vie au sein de son domaine à des cépages passés tout prés de l'extinction. Aprés le Time Magazine, c'est La Depêche qui le met à l'honneur.

 

 

Robert Plageoles
"Presque deux pages dans Time Magazine du 10 août: qui peut se targuer d'attirer autant l'attention des grands médias américains? Question bleue:. Réponse: Robert Plageoles. Sa muscadelle a régalé l'impératrice du Japon, qui a ensuite passé commande via l'ambassade, son vin d'autan a baptisé l'A 380, avec Chirac, Blair et Zapatero pour le porter en toast. Le patriarche de Tres Cantous s'est un peu rangé des voitures, laissant à Bernard, son fils, les commandes du domaine, mais il poursuit sa recherche sur les cépages oubliés. Il a ressuscité l'ondenc, le prunelart, retrouvé les couleurs des mauzacs: plusieurs vignerons ont pris son sillage, sans toujours se souvenir de ce qu'ils lui doivent."

 

"Mais Robert Plageoles n'en prend pas ombrage: il travaille sur le verdanel, un cépage disparu, sacrifié après le phylloxéra. «A Vassal, au conservatoire des cépages dans l'Hérault, il en a retrouvé 4 pieds. Après greffe, il en a 30 ares. Ce raisin en grosses grappes et petits grains donnait un «vin de feu». «A cause de sa montée en degrés: il allait jusqu'à 14, voire 17 degrés». Il en fait quelques centaines de bouteilles. Un blanc sec pour une cuisine charpentée. Mais déjà, il a dans sa manches d'autres cartes qu'il ne sortira pas encore. Cachottier? Prudent répondrait Plageoles qui veut bien être copié sans droits d'auteur, mais pas sa copie, encore moins son mini conservatoire.Il cherche sur les anciens «clarets». A l'ère ou l'heure des rosés, il y voit une opportunité. Que manque-t-il au vignoble? «Un enthousiasme. Un rêve, qui devienne ensuite un but. Il faut se mettre en situation de devenir». Plageoles a toujours eu l'art de dire mieux les choses."

 

 

Source: ladepeche.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ochato 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines