Magazine Cuisine

Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon !

Par Dorian
Je connais la Suède sur le bout des doigts, il faut dire que j'ai fait de longues études sur le pays pour tout connaître Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon !et tout savoir... Enfin relativement tout, c'est que je suis quand même allé faire mes courses chez le marchands de meubles tout merdiques et auxquels y manque toujours au moins une vis. C'est souvent la 53c, celle qui doit bloquer la tige ABF avec la ABG et enfin faire tenir la foutue étagère... qui ne tiendra donc jamais à cause d'une foutue vis manquante !
J'suis donc allé chez Ikéa quoi, et plusieurs fois même, et j'ai pratiquement goûté à tout ce qui se mange de là-bas, moi je me suis donc attrapé de Suède par ingestion ! Ça fait bien de moi au moins un spécialiste du pays du Vänern, de Gustave V et... d'ABBA !
C'est curieux comme j'ai toujours eu l'oreille paradoxale, je suis Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon !capable de m'enflammer pour le dernier Sonic Youth après avoir suivi leur traversée du désert, leur reprochant l'abandon de leur identité bruitiste, ou pour les ballades envoutante Alexi Murdoch ou les mélodies de Martin McFaul... Autant de petites perles musicales sensibles et rares, autant de chansons que je décortique avec l'oreille du chercheur d'or, prêt à rejeter la moindre pépite trop abimée, pas assez grosse, qui ne me ferait pas vibrer l'oreille... Avec certains je suis donc exigeant à l'extrême...
Et d'autres fois il suffit que par hasard j'entende Aha-ahaaaaa All the things I could do If I had a little money It's a rrrich man's world... Money !, money ! money !...Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon ! Pour que ce soit une autre partie de mon cerveau, mon cerveau primitif, qui se mette à chauffer et à virer dans le rouge presque immédiatement. Et là pas de réflexion, pas d'écoute attentive, juste du sang et de la sueur, juste un balai pour micro et mes chaussettes pour patiner sur le carrelage... Et me voilà parti au pays de la transe ultime, un pays virtuel où je porte des chemises argentées à col jabot, des gilets ridicules qui me transforment en une sorte de saucisse enserrée, et une paire de caniches morts sur la tête en guise de coiffure. Et dans ce pays, vous pouvez croire que je me lâche quand la musique a pris possession de mon corps et de mon cerveau !
Là, je danse comme un endiablé au son des I do, I do, I do, I do, I do... au point que Travolta Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon !passerait presque pour un danseur de salon. Il faut dire que j'ai fière allure avec mon micro-balai me jetant dans des glissades dignes de Candéloro, en glissant à genoux à travers ma salle à manger ! Bon des fois j'ai le grand écart un peu excessif et je dois patienter jusqu'au retour de Marie pour me sortir d'une position un peu difficile... mais je garde la foi et le rythme, même blessée la bête bouge encore ! Et tout ça à cause d'un disque d'ABBA... comme quoi j'ai vraiment la Suède dans la peau !
Avec tout ça pas étonnant que la cuisine de ce pays me parle et que j'ai eu envie de beaucoup de Suède du côté d'Irresistable où vous pourrez retrouver toutes les recettes en cliquant sur les photos... Des recettes qui ont vu le jour grâce à Anna chez qui vous trouverez bien d'autres recettes du grand nord et plein d'autres choses d'ailleurs, tout comme chez Birgit !
Boulettes à la suédoise et à ma manière aussi...Quand la Suède me prend... elle me prend ! Et pourquoi ne pas mettre un peu plus de Suède sur les tables de fête et de réveillon !
Ingrédients : 500g de viande hachée de bœuf – 200g de chair à saucisse – 300g de pomme de terre à purée cuite – 1 petit oignon – 1càs de persil – 1càc d'origan – 1œuf – 2càs de chapelure – 1càs d'huile neutre – 1 càs de beurre - 3ou 4 càs de crème liquide – 2ou 3 traits de sauce soja – sel et poivre
Hachez très finement l'oignon, vous pouvez même le râper avec les gros trous d'une râpe. Hachez bien finement les herbes.
Mettez les viandes, la pomme de terre écrasée, l'oignon et les herbes dans un saladier et mélangez bien, n'hésitez pas à y aller à la main. Ajoutez ensuite l'œuf et la chapelure et mélangez de nouveau.
Formez des petites boulettes d'environ 20g et quand vous avez fini, mettez-les au frais une bonne paire d'heures au moins.
Faites alors chauffer une poêle à feu moyen, versez-y l'huile et le beurre et laissez bien chauffer. Quand le mélange est bien chaud posez délicatement les boulettes dedans, il faut cuire les boulettes en plusieurs fois sinon elles vont se coller les unes aux autres et perdre leur rondeur. Remuez-les constamment jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées de tous les côtés mais n'insistez pas trop sinon elles vont sécher.
Retirez-les au fur et à mesure et quand elles sont toutes cuites versez la crème dans la poêle, portez à ébullition puis retirez du feu, versez la sauce soja à votre goût et couvrez les boulettes avec cette sauce. Vous pouvez, si vous aimez, servir les boulettes avec de très fines tranches d'échalotes et des herbes.
Mais pourquoi, je ne sais pas pourquoi mais j'ai goulash no goulash dans la tête... est-ce que je vous raconte ça...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dorian 13561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte