Magazine Beauté

Pablo Neruda

Par Véronique Bessard

Aux Ateliers du Parfum on aime Pablo Neruda. Parce que non seulement il est un des plus grand poète de tous les temps mais aussi parce qu’il aimait les femmes et surtout la sienne, Mathilde à qui il a dédié ses plus beaux poèmes:

Loin, dans les bois, j’ai coupé une branche noire,
Assoiffé j’ai porté son murmure à mes lèvres :
Était-ce donc la voix de la pluie qui pleurait,

Une cloche brisée ou un cœur mis en pièces ?
Quelque chose qui de loin m’est apparu,
enfoui dans sa lourdeur, recouvert par la terre,
ce sont les cris assourdis par d’immenses automnes,
par la nuit entrouverte, humide des feuillages.
Alors, se réveillant du rêve végétal,
la branche du coudrier a chanté sous ma bouche
et son errante odeur grimpa dans mon esprit
comme si tout d’un coup me cherchaient les racines
abandonnées, la terre perdue, mon enfance,
et je restai, blessé du parfum vagabond.
Pablo Neruda, La Centaine D’amour, poésie/Gallimard


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Véronique Bessard 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog