Magazine Cuisine

Quatre-vingt-douzième participation aux TWD - Biscuits au germe de blé, miel, raisins et toffee anglais

Par Vibi

Quatre-vingt-douzième participation aux TWD - Biscuits au germe de blé, miel, raisins et toffee anglais
Quatre-vingt-douzième participation aux TWD - Biscuits au germe de blé, miel, raisins et toffee anglais Quatre-vingt-douzième participation aux TWD - Biscuits au germe de blé, miel, raisins et toffee anglais
Recette suggérée par Michelle de Flourchild
dans le cadre de ma quatre-vingt-douzième participation aux TWD

D’après une étude de l’Université de Leicester en Grande-Bretagne, les couples dont les lèvres sont de taille similaire, ont plus de chance de rester ensemble. Les chercheurs ont découvert que 88% des couples heureux, avaient des lèvres qui se ressemblaient.
«Un baiser, c’est une adorable astuce inventée par la nature pour interrompre les mots lorsqu’ils deviennent superflus.» Ingrid BERGMAN
Le baiser a souvent été décrit comme le summum de la volupté; il est garant du charme, de la délicatesse et des délices de l’amour. Embrasser quelqu’un qu’on aime est un acte d’intimité qui frôle souvent l’érotisme; il peut être bref et rafraîchissant, tout comme prolongé et langoureux. Un baiser peut être romantique et s’élever en un crescendo d’émotions et de passion ou encore, être donné tel un geste prévisible en devenant alors, sans grande importance. Un baiser, c’est un secret dit à la bouche au lieu de l’oreille, c’est un message d’amour et de tendresse, c’est un élément primordial dans la communication de l’affection d’un couple. Le baiser nous rappelle de façon plaisante, que deux têtes valent toujours mieux qu’une, que pour être réellement apprécié, le bonheur doit être partagé. Une histoire de Pravda, le services de nouvelles russe, démontre que même en Russie, les couples redécouvrent le pouvoir du baiser. Pour ceux qui croiraient qu’un baiser n’est rien de plus qu’une poignée de main romantique, voici les résultats d’expériences russes visant à mieux connaître les effets du baiser, et qui sauront prouver que ce geste est bien plus qu’un exutoire à la passion. Le baiser stabilise l’activité cardio-vasculaire, diminue la pression artérielle et réduit le cholestérol. Le baiser empêche la carie dentaire et la plaque en stimulant la production de salive et donc, de calcium, prévenant aussi la gingivite. Embrasser stimule plus de 30 muscles faciaux, ce qui a pour effet de lisser la peau et d’améliorer la circulation sanguine du visage. Embrasser brûle aussi 12 calories en 5 secondes ce qui signifie que trois longs et langoureux baisers par jour, aideront à la perte d’une livre! Embrasser empêche la formation de l’hormone du stress appelée glucocorticoïde, qui cause l’affaiblissement des muscles et l’insomnie. En embrassant, on se vaccine aussi contre de nouveaux germes; 80% des bactéries contenues dans la salive sont communes à la plupart des gens, mais 20% restent uniques à chaque personne. En partageant sa salive avec un partenaire, on stimule le système immunitaire qui répond aux différentes bactéries auxquelles il est exposé. Le système immunitaire créé alors de nouveaux anticorps qui font office de vaccin contre d’autres germes: une forme d’immunothérapie croisée. Enfin, le plus important c’est qu’un baiser offre une analyse spontanée de la compatibilité génétique; pendant que l’on embrasse, le cerveau conduit une analyse chimique instantanée de la salive de notre partenaire, et livre un verdict de notre compatibilité génétique.
  • 1¾ tasse farine
  • 1 tasse germe de blé
  • 1 cuillerée à thé poudre à pâte
  • Pincée de sel
  • ½ tasse beurre
  • ½ tasse sucre
  • ½ tasse miel
  • 1 œuf
  • Essence de toffee anglais (facultatif)
  • ½ tasse raisins
  • ¼ tasse brisures de toffee anglais (type Skor, Heath ou autre)
Dans un bol, bien mélanger la farine, la moitié du germe de blé, la poudre à pâte et le sel, réserver.
Dans une jatte, à l’aide d’un batteur électrique, bien battre le beurre et le sucre jusqu’à aérés et mousseux, environ 2 à 3 minutes.
Ajouter le miel, battre à nouveau une minute.
Ajouter l’œuf et l’essence de toffee (si utilisée), battre une minute supplémentaire.
Ajouter les ingrédients secs aux ingrédients liquides en deux étapes et en ne battant que jusqu’à incorporées après chaque addition.
À l’aide d’une maryse, incorporer les raisins et les brisures de toffe.
Couvrir le tout d’une pellicule plastique et mettre au frigo au moins 2H.
Retirer la pellicule de plastique et façonner la pâte en environ 36 boules de 1" de diamètre.
Rouler les boules dans le reste de germe de blé et les disposer sur une plaque de cuisson préalablement tapissée de papier parchemin.
Aplatir les boules à l’aide du fond d’un verre, en veillant à ce qu’une fois aplatis, les biscuits aient au moins 1" de distance entre eux.
Faire cuire au four sur la grille du haut, à 350° pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à légèrement dorés.
Laisser tiédir quelques minutes, retirer de la plaque et conserver dans une boîte ou une jarre à biscuits.
Source: Baking, From My Home to Yours - Dorie Greenspan - déclinaison
IMPRIMER CETTE RECETTE (sans photo)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vibi 521 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines