Magazine Cinéma

DEMINEURS de KATHRYN BIGELOW

Par Abarguillet

Ce film de guerre classique évoque avec efficacité le difficile métier des démineurs. L’excellence de la réalisation compense le manque de point de vue.

L’argument : Bagdad. Le lieutenant James est à la tête de la meilleure unité de déminage de l’US Army. Leur mission : désamorcer des bombes dans des quartiers civils ou des théâtres de guerre, au péril de leur vie, alors que la situation locale est encore... explosive.

SND
   VIDEO 

Notre avis : Toujours aussi intéressée par des thématiques purement masculines, la cinéaste Kathryn Bigelow revient sur le devant de la scène après la déception que fut K19, film de sous-marin patriotique avec Harrison Ford. Vu le sujet et le contexte politique de ce Démineurs, on pouvait légitimement craindre certaines dérives nationalistes de la part des exécutifs hollywoodiens. Maligne, Kathryn Bigelow évite en réalité tout parti pris politique qui risquerait de lui aliéner une grande partie du public international. Sans aucun commentaire direct sur la présence des troupes américaines en Irak, la réalisatrice se focalise essentiellement sur le vécu des soldats volontaires pour les délicates missions de déminage. Avec un savoir-faire diabolique, elle trousse un divertissement solide, où chaque séquence de sorties en terrain miné se transforme en un formidable suspense psychologique.


SND
 

Sans cesse sur la corde raide, ces soldats qui risquent leur vie à chaque sortie deviennent de véritables machines insensibles, dans l’unique but de sauver un maximum d’existences humaines. Grisés par ce train de vie à forte dose d’adrénaline, ils perdent peu à peu tout contact avec la réalité et semblent évoluer comme dans un jeu vidéo où rien n’est vraiment grave. Ce sentiment d’invincibilité est à la fois une condition nécessaire pour supporter le stress quotidien, mais également l’élément qui les rend de plus en plus vulnérables. Jeremy Renner joue avec talent ce sergent-chef qui perd peu à peu la boule au risque de mettre en danger ses soldats. Avec subtilité et sans tomber dans l’outrance démonstrative, il incarne à merveille cet homme devenu inapte à la vie réelle, tel un drogué qui ne vivrait que pour satisfaire son besoin de sensations fortes. Certes, Bigelow n’innove en aucune façon et se contente de recycler des thèmes déjà traités dans d’autres films de guerre récents, mais elle y parvient sans oublier la dimension spectaculaire du récit. Hormis quelques petites baisses de rythme et des séquences inutiles, Démineurs se regarde avec intérêt, notamment grâce à une réalisation coup de poing.

Virgile DUMEZ


SND

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Abarguillet 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines