Magazine Bébé

L'école n'est pas responsable de l'augmentation de l'obésité infantile

Par Jarousseau
1,5 million d'enfants touchés, une augmentation de 50% de la fréquence du diabète, une diminution de 10 ans d l'espérance de vie : l'obésité infantile "est une véritable pandémie" annoncent les parents de la Fcpe et de la Peep, Ufc Que chosir et 3 autres associations.
On sait qu'aujourd'hui l'obésité infantile progresse de 6 % par an. Mais quelle est la part de responsabilité de la restauration scolaire ? Selon les études, celle-ci n'est pas négligeable puisque la moitié des établissements scolaires ne respectent pas les règles nutritionnelles. Celles-ci sont pourtant clairement précisée dans la circulaire de l'écolier de juin 2001, relative à la composition des repas servis en restauration scolaire.
Qu'est-ce que dit cette fameuse circulaire ? Elle prend en compte les nouveaux apports nutritionnels conseillés, définis par la communauté scientifique. Elle répond en cela aux problèmes soulevés dans le rapport de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) publié début 2000. Elle précise les besoins nutritionnels des enfants et des adolescents en intégrant en annexe la recommandation du Groupe permanent d'étude des marchés de denrées alimentaires (GPEM/DA) relative à la nutrition. La circulaire précise également les quantités minimales de protéines de bonne qualité ainsi que de calcium et de fer à apporter par repas. Par ailleurs, elle engage à développer l'éducation nutritionnelle et l'éducation au goût. Enfin, elle rappelle le dispositif réglementaire en matière de sécurité sanitaire des aliments et sa mise en oeuvre dans les établissements scolaires.
Autant vous dire que dans le 14e arrondissement, nous appliquons scrupuleusement cette circulaire. Pour reprendre l'étude d'UFC Que choisir et des fédérations de parents d'élèves, les écoles du 14ème arrondissement font parties des 20 % d'établissements qui affichent une information nutritionnelle sur les repas (code couleurs), des 30 % dont les repas sont élaborés par une commission des menus, des 50 % qui bénéficient d'un expert en nutrition. Je ne prétends pas que nous sommes parfaits, mais au moins, il semble que nous soyons plus exigeants que dans bien des communes.
L'application obligatoire de ces normes alimentaires dans la restauration scolaire est aujourd'hui préconisée par les associations. Je pense effectivement que la loi sera nécessaire pour faire appliquer ces recommandations. Après, il ne faut pas non plus accuser la restauration scolaire de tous les maux. Les repas consommés à l'école ne représentent après tout qu' 1/5 du total des repas consommés par un enfant et sont globalement équilibrés.
Si nous nous devons d'être irréprochables, il en va de même dans les habitudes de consommation au sein des familles. Et là, il y a beaucoup à redire. L'industrie agro-alimentaire a créé depuis des années des besoins de consommation inutiles (sauf pour les actionnaires) et qui expliquent en grande partie, la montée de l'obésité infantile. L'interdiction des pubs télé sur les produits déséquilibrés lors des émissions pour enfants pourrait constituer une première réponse.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jarousseau 239 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog