Magazine

Le vélo en libre service envahit le monde avec Bixi

Publié le 01 juin 2010 par Alchiemy

bixi_melbourne.jpgAprès le Vélo'v lyonnais, le Vélib' parisien, toutes les villes françaises succombent à ce "buzz" du transport urbain qu'est le vélo "en libre service".

La France n'est pas seule, et cette nouvelle mode devient planétaire : Bicing à Barcelone, Yellow Bike à Portland, Redbikes à Wisconsin, etc. Mais la globalisation du système se fait à vitesse grand V avec l'impulsion de "Bixi" (BIcycle / TaXI), l'équivalent québécois de nos Vélib parisiens.

Lancé en mai 2009 par la ville de Montréal (1 millions de déplacements la première année et bientôt 5000 vélos), le système s'est ensuite exporté à Boston (2500 vélos), Londres (6000 vélos), Minneapolis (1000 vélos)...et Melbourne, qui vient d'inaugurer son propre Bixi le 30 mai 2010. Les Melbournians pourront désormais utiliser les 610 vélos situés dans 52 stations, grâce à un partenariat entre la société québécoise (Bixi), le RACV (Royal Automobile Club of Victoria, automobile oui...) et Alta Planning & Design.

“ Depuis un siècle nous nous battions pour les droits des voitures ; désormais nous défendons les droits des cyclistes" a dit le General Manager du RACV, Gordon Oakley.

Le système reste le même. Les usagers louent un vélo dans une station à proximité et le rapporte à n'importe quelle station du réseau. Le procédé est conçu pour les déplacements de courte durée et la tarification est prévue en conséquence : à Montréal comme à Paris ou Lyon, les premières 30 minutes sont gratuites, les deux autres tranches de 30 minutes sont tarifées (1,50 CAD à Montréal) tandis que les suivantes (au delà de 90 minutes) les sont à 6,00 CAD. Un abonnement annuel est également proposé : à Montréal pour 78 CAD, à Melbourne pour 44 AUD, à Paris je ne sais même pas je préfère mon VTT !

bixi.jpg
Un concept qui séduit donc, même dans des villes dont le modèle est fondamentalement basé sur la voiture, y compris dans les centres urbains denses. Reste à voir son application... Dans le cas de Melbourne, les vélos seront développés uniquement dans le "Central Melbourne", qui correspond globalement au CBD. Enormément d'emplois, peu d'habitants (40 000), et surtout, dès qu'on sors du carré central, une urbanisation beaucoup moins dense... Bref, le système ne peut être le même que celui adopté dans les grandes villes françaises. Et d'ailleurs, 610 vélos à l'échelle de l'agglo de Melbourne, c'est peanuts... Mais sans doute le plus positif, c'est que, comme en France, plus il y a de vélo plus la culture des automobilistes et des pouvoirs publics changent, et plus la ville s'adapte aux cyclistes. Bref, la prise de pouvoir par la petite reine !

D’autres contrats seraient actuellement en cours avec plusieurs villes dont New York, Chicago et Toronto. Déjà les utilisateurs se demandent s'ils pourront utiliser leur pass montréalais pour aller se promener sur les pistes cyclables de Boston ou au bord de la Yarra River à Melbourne... A quand le tour du monde en Bixi et en Vélib ?

Plus d'infos sur le site des cafés géographiques...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alchiemy 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte