Magazine Cinéma

Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossa

Par Desblablas

Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossaSi je connais un peu l’œuvre d’Eric Rohmer, je n’en suis pas réellement expert. Je m’aperçois soudain que nous sommes déjà mardi et que je n’ai  encore vu aucun de ses films. Je décide donc d’y remédier dès mon réveil. En raison de cette maudite 1 voie ( voir épisode précédent)  et le fait de ne plus arriver à se garer gratuitement dès le matin, j’arrive essoufflé  à 11 h, disons plutôt 11h10, au Dragon 5 où a lieu la projection de L’Arbre, le maire et la médiathèque.  Je crois que c’est la première fois que je cours aussi vite pour aller voir un film de Rohmer. Et pourquoi ce film ? Comme je travaille dans le milieu des médiathèques, j’attendais un moment propice. Surtout que des films concernant de près ou de loin  ces établissements culturels, il n’y en a pas pléthore.  Malgré le jeu outré d’Arielle Domsballe, je m’amuse quand même assez à sa vision même si je me retrouvais dans l’avis du maire dont le projet de construction échouera malgré tout. Peut être est-ce la mort annoncée des petits villages de campagne, en tout cas  leur désertification est inéducable si rien n’incite les citadins à venir s‘y installer. 
Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossaFestival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossa
1h 45 après la fin de ce film je me retrouve dans la Salle Bleue, celle où on étouffe. En plus je n’ai même pas de bouteille d’eau pour tenir le coup. Le film s’appelle La campagne de Cicéron , rien à voir avec un péplum quelconque. Monsieur Christophe Gauthier, conservateur de la Cinémathèque de Toulouse , a de très jolies lunettes rouges et vient nous parler de ce film. C’est un film de Jacques Davila qui signa 3 films et qui mourut 2 ans après celui là.  Beaucoup de gens savaient qu’il existait, ceux qui l’avait vu en gardaient un très bon souvenir, et les comédiens Tonie Marshall en tête aidèrent aux recherches car ce film était introuvable depuis sa sortie. Heureusement, retrouvé par hasard alors qu’il n y avait plus de copie nulle part, il a été restauré et nous fut  enfin présenté 21 ans après sa 1ère sortie. Lors de sa présentation, M. Gauthier nous explique que Rohmer avait été totalement subjugué par ce film et qu’il l’avait même écrit au réalisateur. Avec un casting important : Tonie Marshall, Jacques Bonnaffé, Judith Magre ou encore Sabine Haudepin. C’est véritablement un film à re-découvrir. Proche de la nouvelle vague, la première heure est vraiment très amusante. La salle rigole de bon cœur et c’est bon signe. Puis on ne sait pourquoi, peut être pour marquer davantage les esprits,  le réalisateur prend un tournant plus dramatique dans la dernière demi-heure. Ce qui est regrettable car le plus réussi est vraiment la partie comédie avec des répliques magnifiques et une mise en situation des plus maîtrisées. Il sortira normalement bientôt en DVD.
Je vous passe le film Intrigues avec Greta Garbo de Clarence Brown qui n’est sûrement pas son meilleur tant l’histoire en devient interminable. Sa projection avait toujours lieu dans la salle Bleue, moi je commence à être bien rouge. Vite, de l‘air!!!
Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossaMais le clou de la journée fut la soirée Bollywood. Il y a un an à la fin du Festival, j’avais noté comme suggestion pour les éditions à venir : Film Indien et Bollywood.  Je ne pense pas que ce soit ma petite fiche qui ait poussé à faire une partie de la programmation, mais en tant que public je suis assez content que le Festival en propose cette année. Après la Malaisie, l’année dernière où le public avait pu trouver quelques pépites, c’est au tour du cinéma venu d’Inde d’être à l’honneur. C’est pourquoi, le Festival à mis à disposition une salle d’exposition où l’on peut retrouver des vieilles affiches du cinéma indien des années 50 à 60. On peut aussi y voir des bandes annonces et des extraits de films. Enfin dès 17 heures officiellement (mais on peut en avoir un peu avant), une charmante demoiselle nous sert différents types de thé gratuitement.Ça se passe à l’ancienne salle des rencontres et cela permet de faire un break agréablement en découvrant différentes saveurs. Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossa
Mais l’intérêt de ce Festival n’est pas de nous montrer tous les films de Kajol ou de  Sharu Kran (d’ailleurs bonne fête à tous les Raoul, et oui c’est aujourd’hui) mais bien  plus de nous faire découvrir les nouveaux espoirs de la nouvelle vague indienne. Ces réalisateurs veulent se dégager de l’image du Bollywood classique en se rapprochant de l’humain et des problèmes que peut rencontrer la population de ce pays. Avec peu de moyen mais beaucoup de sincérité le réalisateur Laxmikant Shetgaonkar nous touche avec son  Man beyond the Bridge où un garde forestier recueille chez lui une jeune femme rejetée par tous, simple d’esprit  et qui ne parle pas (l’actrice est formidable). Il en va de même avec le réalisateur Satish Manwar qui propose The damned rain ou un damné de la terre tente de faire pousser du coton mais la pluie se fait désirer. Une sorte de Jean de Florette indien mais par qui le cinéaste montre les difficultés de l’agriculture en Inde et les conditions presque inhumaines et sans espoir de ces gens qui cultivent la terre. Ses films ne sont pas du tout ennuyeux ou délirant, il tente juste de nous raconter des histoires de la façon la plus juste possible, très loin donc de la façon de faire d’un Bollywood classique. Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossa
Et la différence est énorme, il suffit de comparer. Pour notre plus grand plaisir, le Festival avait quand même prévu un véritable film de Bollywood et pas n’importe lequel puisqu’il s’agissait de Jodhaa Akbar de Ashutosh Gowariker, le réalisateur de Lagaan. Dans La grande salle de La Coursive quasiment remplie les spectateurs furent emportée par cette histoire d’amour à grand spectacle sur fond de reconstitution historique. Faste des décors et des costumes, photographie léchée et acteurs séduisants, on est totalement sous le charme. Mais un bon film Hollywood n’existerait pas sans ses excès et ses kitcheries. C’est pourquoi le dressage d’éléphants, l’entraînement torse nu du héros où le combat à l’épée du prince et de la princesse firent un tabac chez les spectateurs qui réagirent  joyeusement à toutes ces scènes et bien d’autres encore. C’est du grand spectacle, sur des faits historiques mais qui pourtant reste léger et garde sa part de romantisme et d’humour pendant 3 h 35, ce qui séduit même les plus récalcitrants. Et comme le film était long, nous avons eu droit à un entracte où des samossas et des verres de jus d’orange ou de sodas nous attendaient. Franchement à La Rochelle soit on fait les choses bien, soit on ne les fait pas !!!
Festival de La Rochelle (6) - Rohmerisme et samossa


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Festival de la Rochelle (3) - Une journée nommée Plaisir

    Festival Rochelle journée nommée Plaisir

    Premier matin bien difficile en vérité. Partie sur les chapeaux de roues un quart d’heure plus tard que prévu, je prends le trajet que j’emprunte... Lire la suite

    Par  Desblablas
    CINÉMA, CONCERTS & FESTIVALS, INFO LOCALE
  • Festival Pantiero

    Festival Pantiero

    Ce n'est pas parce qu'on est en vacances qu'on ne doit pas s'intéresser à la musique !!! J'ai profité de la fermeture estivale de la médiathèque pour aller... Lire la suite

    Par  Medchassieu
    CINÉMA, CULTURE, MUSIQUE
  • Meet Shake Party - La Rochelle

    Meet Shake Party Rochelle

    Le concept Meet Shake est si simple que l'on a le droit de se demander pourquoi nous ne l'avons pas fait avant ! En parallèle d’une programmation de Djs... Lire la suite

    Par  Seeksicksound
    CULTURE, MUSIQUE
  • La Rochelle selon Maupassant (3/3)

    Rochelle selon Maupassant (3/3)

    Pour terminer cette approche de la nouvelle de Maupassant, je reproduis ce matin le passage où il décrit la ville de La Rochelle, suivant l’errance du personnag... Lire la suite

    Par  Sheumas
    BEAUX ARTS, CULTURE, THÉÂTRE & OPÉRA
  • Meet Shake # 3 (La Rochelle)

    Meet Shake Rochelle)

    Le concept Meet Shake est si simple que l'on a le droit de se demander pourquoi nous ne l'avons pas fait avant ! En parallèle d’une programmation de Djs... Lire la suite

    Par  Seeksicksound
    CULTURE, MUSIQUE
  • Festival Osheaga

    Osheaga est un festival de musique et d’arts unique en son genre situé dans les environs du parc Jean-Drapeau à Montréal, sur l’Île Sainte-Hélène, une île de... Lire la suite

    Par  Avenuemontreal
    CULTURE, INFO LOCALE
  • Festival Pantiero

    Festival Pantiero

    Éclectique, électrique nommé le comme vous le voulez. Le festival Pantiero prend de plus en plus d’ampleurs et de renommé et cela même en dehors de nos... Lire la suite

    Par  Boule à Facettes
    CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Desblablas 416 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte