Magazine Cuisine

Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies

Par Vibi

Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies
Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies
Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies Cent-douzième participation aux TWD - BRRRownies
Recette suggérée par Karen de Welcome to our Crazy Blessed Life

dans le cadre de ma cent-douzième participation aux TWD

Vous avez certainement déjà sucé un bonbon à la menthe pour ensuite boire une verre d’eau qui vous semblait d’abord simplement fraîche, mais qui pourtant avait rendu votre déglutition difficile tellement elle s’était avérée glaciale? Le phénomène se répète de la même façon, lorsqu’on se brosse les dents avec un dentifrice à la menthe. Savez-vous pourquoi? En fait, sur notre langue se trouve une molécule que les scientifiques on a récemment nommée CMR1, pour Cold-Menthol Receptor et qui réagit aux changements de températures. Cette molécule est identique à celles retrouvées partout sur notre peau; celles qui détectent la sensation de froid ou de fraîcheur. Une fois déclenchée, cette molécule envoie un message au système nerveux vers le cerveau qui lui, interprète le «froid». Le menthol à son tour déclenche aussi cette sensation. Il n’y a pourtant aucune raison pour que le menthol agisse de cette façon, il s’agit plutôt d’un curieux accident biologique. De la même façon, on peut considérer que les piments forts qui déclenchent les récepteurs de chaleur, soit aussi un accident biologique. En mâchant un chewing-gum à la menthe, une petite quantité de menthol reste dans la bouche, même après l’avoir jeté. Ce menthol garde les récepteurs sensibles pendant un certain moment. En buvant de l’eau froide ou même chaude, les récepteurs toujours sensibles se remettent en marche, ce qui donne l’impression d’une fraîcheur glaciale, voir même d’une chaleur étrangement rafraîchissante. Même si la science n’a pas terminé n’étudier tous les tenants et aboutissants de la molécule CMR1, il est à présent un plus simple de comprendre pourquoi une verre d’eau tiède au touché, peut-être glacé à avaler!
  • 5 cuillerées à table beurre à température ambiante
  • 6 onces chocolat mi-sucré haché (ou un mélange de noir et de ni-sucré)
  • ⅔ tasse sucre
  • 2 œufs
  • 1 cuillerée à thé vanille
  • ⅓ tasse farine
  • Pincée de sel
  • 1 tasse brisures de chocolat à la menthe (type York Peppermint Patties ou autres)
  • Brisures de chocolat à la menthe (facultatif)
  • Feuilles de menthe fraîche (pour le décor)
Dans un bain-marie modérément chauffé, faire fondre le beurre et le chocolat en remuant doucement de temps à autres.
Retirer du feu la partie supérieure du bain-marie, aussitôt que le chocolat est fondu.
Ajouter le sucre et mélanger doucement à l’aide d’une fouet à main.
Ajouter les œufs un à la fois en mélangeant doucement après chaque addition.
Ajouter la vanille et mélanger vigoureusement quelques secondes, jusqu’à ce que l’appareil soit lisse et luisant.
Ajouter la farine et le sel, bien incorporer.
À l’aide d’une maryse, plier les brisures de chocolat à la menthe dans l’appareil obtenu.
Transférer le tout dans un moule carré de 8’’ préalablement tapissé de papier parchemin.
Faire cuire au four sur la grille du centre, à 325° pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que le dessus devienne matte et légèrement croûté.
Laisser tiédir à température ambiante quelques minutes, avant de mettre au frigo pendant 1H ou jusqu’à complètement ferme.
Démouler, peler le papier parchemin et couper en 16 parts.
Garnir de quelques brisures de chocolat à la menthe et d’une feuille de menthe fraîche.
Source: Baking, From My Home to Yours - Dorie Greenspan - déclimaison
IMPRIMER CETTE RECETTE (sans photo)
Image Hosted by ImageShack.us

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vibi 521 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines