Magazine Culture

Tame Impala – Half Full Glass Of Wine

Publié le 26 mai 2010 par Guilman

post thumbnail

J’aime Andrew Weatherall. Parce que c’est une légende, parce qu’il porte bien la (ou plutôt LA) moustache et parce qu’il est doté d’une culture musicale impressionnante. Et là vous vous dites, « mais pourquoi il parle de Weatherall ? ». Et bien parce que j’ai découvert Tame Impala grâce à ce monsieur, dans un de ses podcasts, qui généralement regorgent de pépites en tout genre. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Half Full Glass Of Wine en est une…

Tame Impala, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas un groupe de hippies oublié dans le flot de formations psychédéliques existantes dans les années 60. Composé de Kevin Parker (guitariste et chanteur), Dominic Simper (bassiste) et Jay Watson (batteur et chanteur secondaire), Tame Impala a été créé en 2007 sur les cendres du premier groupe de Kevin Parker, les Dee Dee Drums. Le même Kevin définit la musique de Tame Impala comme « a steady flowing psychedelic groove rock band that emphasizes dream-like melody. » Un groupe plutôt atypique donc qui s’est (peut-être) planté d’époque mais qui fait quand même du bien aux esgourdes.

Half Full Glass Of Wine est extrait de leur premier EP sorti sur Modular Recordings fin 2008. Je ne l’ai pas écouté, mais je peux dire qu’ils ont été généreux en proposant sur cet EP 6 pistes et vingt cinq minutes de psychédélisme musical. Ce qui m’a interpellé dans ma recherche googlistique sur Tame Impala, c’est la pochette de ce premier EP et le clip tripé et intergalactique de Half Full Glass Of Wine. En fouinant, j’ai découvert que leurs inspirations spatiales étaient justifiées, Kevin Parker étant un passionné d’astronomie.

Comme précisé précédemment, Half Full Glass Of Wine est digne d’un bon (même très bon) psyché rockàpapa. Un environnement heavy-psychédélique, une basse impressionnante servant de socle au morceau, des riffs plutôt simples mais efficaces, une voix maîtrisée se permettant quelques envolées, et un solo de batterie crado mais géré digne d’un Ric Lee (Ten Years After) sous acide. Difficile à croire que ce morceau old school provienne de trois bambins chevelus paraissant sages et polis. Et pourtant…

Vous aimez ? Vous aimerez :

  • Kitty Daisy & Lewis – Going Up The Country
  • Boredoms – Livwe!!
  • The Velvet Underground – All Tomorrow’s Parties
  • The Who – Baba O’Riley
  • The Smashing Pumpkins – Today


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Guilman 735 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines