Magazine Culture

Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes

Par Theoma

des-fleurs-pour-algernon.jpg

« On pourrait dire que Charlie Gordon n'existait pas réellement avant cette expérience... »

Charlie est un retardé mental. Il travail dans une boulangerie avec ses collègues et amis. Hier et demain ne semble pas exister. Il se concentre sur le moment présent. Doux rêveur, c'est un imbécile heureux.

Sélectionné pour une opération expérimentale dont le but est d'élever son QI, Charlie devient non seulement intelligent mais surdoué. A l'instar d'un sourd qui soudainement entend, le monde s'avère bruyant et malgré tout, dénué de sens.

La pensée est alors effervescente, les souvenirs reviennent peu à peu, ceux d'une enfance ténébreuse et d'une mère maltraitante face à l'incapacité de faire le deuil d'un enfant parfait. Les amis ne sont pas ceux que l'on croit, Charlie, dans les deux extrémités, est seul.

Et puis, il y a ceux qui se sentaient valorisés devant un être inférieur pour qui la situation inverse est devenue insupportable. Et quand l'élève dépasse ses maîtres, les médecins qui affirment l'avoir créé, se sentent humiliés.

Si l'écriture de Daniel Keyes n'est pas exceptionnelle, le sujet est traité avec une grande éloquence. Les sentiments de Charlie sont magistralement repérés : son identification naturelle à Algernon, souris de laboratoire, sa frustration de ne pas comprendre, sa désolation devant les réminiscences de son passé, ses projections dans l'avenir, sa rage contre un dénouement inéluctable, son cri au monde : avant, pendant et après l'opération, Charlie Gordon est, avant tout, un être humain.

Des fleurs pour Algernon est aussi une satire visionnaire sur les dérives de la médecine et le regard de notre société sur la définition de l'intelligence ainsi que celle de l'amitié. Sans manichéisme ni démagogie, l'auteur nous démontre que la valeur de l'intellect est caduque sans ce que l'on pourrait nommer l'esprit du cœur. L'intelligence des émotions ne s'acquiert pas dans les livres et Charlie démontrera à quel point elle est supérieure à n'importe lequel des quotients intellectuels.

4--toiles-copie-1.gif
J'ai lu, 252 pages, 2001

Prix Hugo 1960, meilleure nouvelle

Prix Nebula 1966, meilleur roman


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Theoma 1522 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines