Magazine Culture

HARLEQUINADES: "NUITS D'AMOUR DANS LA TAÏGA" de Konsalik

Par Phooka @Phooka_Book

MDR MDR MDR... cette couverture m'éclate tant elle est moche!
Résumé:
Après un entrainement intensif, un espion allemand, à la solde des Américains, est largué en Russie où tout a été prévu dans les moindres détails pour la réussite de l'entreprise: Franz Heller est devenu Semionov, membre du parti communiste au passé et au présent nets de tout soupçon. Rien ne doit pouvoir perturber un plan aussi minutieusement préparé, rien sauf l'amour qui n'avait même pas été envisagé.Et c'est pourtant pour sauver cet amour que Semionov a abandonné sa mission pour s'enfoncer dans la taïga, en serrant très fort la main de Ludmilla.Au-delà du roman, c'est la dramatique lutte de la survie dans l'immensité boisée où l'homme se bat au corps à corps contre la nature. En filigrane de l'action, les réactions psychologiques d'un Allemand et d'une Russe offrent une savoureuse étude de caractères. En fait, le charme slave s'y étale et s'y affirme sans la moindre pudeur.
L'avis de Dup:
Le charme slave... mouais, bref! Dupitative je suis...Bon, je reprends, je reste sérieuse.

La belle Ludmilla, commissaire politique est envoyée en pleine Sibérie dans une usine de fabrication de contreplaqué pour haranguer, remotiver et... surveiller les camarades travailleurs.Pavel Semionov, qui n'est autre que Hanz Heller de la CIA vient de s'y faire embaucher comme ingénieur spécialisé dans le bois. Il domine son sujet, mais espère par ce poste s'approcher des bases secrètes de lancement de missiles soviétiques.Le charme slave et la solitude de la dame, le charisme et l'assurance de Pavel (à moins que ce ne soit l'inverse), fait que cela ne fait pas une semaine que ce dernier est là (et 45 pages seulement de passées), que va se passer la première nuit d'amour! Tadam !En gras, le texte de Konsalik.... en italique mes commentaires.La porte de l'appartement était entrouverte (ben voyons!); un mince filet de lumière donnait un peu de vie à la pièce plongée dans un silence pesant. Dans la chambre, la veilleuse brillait encore. Semionov se glissa sans bruit et attendit un instant. Aucune réaction; guidé par la lumière, il avança doucement jusqu'au bord du lit ou Ludmilla était étendue, immobile, sur le dos; ses cheveux noirs recouvraient son visage pâle comme un drap mortuaire (je précise que je respecte la ponctuation de l'auteur!). Sa poitrine se soulevait avec la régularité propre au sommeil profond (coquine!).- Pourquoi faites-vous semblant de dormir, Ludmilla Barakova ? (perspicace hein ?) demanda-t-il en s'asseyant sur le bord du lit.- Je n'ai pas envie de me disputer, répliqua-t-elle en se tournant vers le mur (comme si c'est ce qu'il était venu faire, lol). Que faites-vous ici, d'ailleurs, à une heure pareille ?- Je suis chargé de vous transmettre le meilleur souvenir de Jefimov. Il vient de repartir. ( un autre commissaire politique qui a l'intention d'épouser Ludmilla)- Merci... cela aurait pu attendre jusqu'à demain.- En outre, votre porte était entrouverte.- Je ne m'enferme jamais !- Ce n'est guère prudent Ludmilla.- Je me demande bien pourquoi.- Vous pourriez recevoir des visites... comme la mienne par exemple.- Je ne crains personne.- Je sais. ( C'est intense non ?)- De vous non plus, Pavel, je n'ai pas peur... Je ne dors jamais seule, figurez-vous, ajouta-t-elle en tirant un revolver de dessous l'oreiller. Ses yeux noirs étincelaient.- Partez maintenant, je vous en prie.- Vous êtes un démon, Ludmilla, dit Semionov à voix basse.Avec un calme méritoire, il souleva doucement la couverture et appuya ses lèvres sur l'épaule nue. Il la sentit se raidir sous le baiser et se prépara à recevoir une gifle... mais il ne se passa rien. Alors il l'entoura de ses bras et son poids la fit basculer.- Ludmilla..., dit-il tout bas. Petit oiseau perdu... Tu as froid, toute seule dans ce camp maudit. (C'est beau hein ?)- Oui, il fait froid ici, Paulucha () murmura-t-elle en étendant les bras comme si, dans ce geste, elle faisait don d'elle-même sans réticence ( ). Tu es tout chaud, toi... Tu es comme (tenez-vous bien !) le soleil sur un champ de roses.(ceci me fait choisir définitivement le premier logo de fashion) - Je t'aime, Paulucha ( déjà!!! ) chuchota Ludmilla en enfouissant son visage contre l'épaule de Semionov. Mon amour est indicible; il serait capable d'arracher les étoiles au ciel et de donner des ordres aux nuages... (:argh:)Et j'arrête là car trop c'est trop!Bref, ils s'aiment, ils abandonnent tout et s'enfuient dans la taïga avec à leur trousse tous les agents secrets de l'Est comme de l'Ouest.On aura droit à quelques autres nuits d'amour, mais encore moins "calorifère" que cette première. On aurait pu penser le contraire au vue de la température de la Sibérie en hiver.Non, vraiment je suis déçue, j'ai cherché en vain dans toutes ces pages celles qui m'ont fait vibrer ado, celles qui sont responsables de ce souvenir si puissant qu'il a traversé tant d'années! (livre sorti en version poche en 1977!!!) J'aurai dû choisir comme vous un vrai Harlequin... mais je n'ai pas dit mon dernier mot: il me reste tout le mois d'août pour ce challenge !



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Phooka 16646 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines