Magazine Cuisine

Musée Würth : Paris-Karlsruhe-Berlin

Par Laplum
Voici le texte de mon dernier article, à paraître dans le prochain numéro (septembre) de Tranversalles. La nouvelle exposition du Musée Würth à Erstein est vraiment superbe, il ne faut la manquer sous aucun prétexte !
Vents d’Est et d’Ouest
Avec la nouvelle exposition « Paris-Karlsruhe-Berlin, Vents d’Est et d’Ouest », le Musée Würth France Erstein nous offre à voir des éléments de la collection Würth, mais pas seulement. Des prêts sont venus enrichir la proposition, issus de collections privées et de galeries pour certaines, de musées publics pour d’autres. Avec les 170 œuvres provenant de près d’une cinquantaine d’artistes, cette exposition met en lumière l’importance de Karlsruhe en tant que foyer artistique et tente de sortir de la vision centrée sur les prépondérances parisienne et berlinoise, mêmes si leurs rôles sont essentiels. Une exposition riche et foisonnante, très éclairante.
Au cours du siècle écoulé, nombre d’artistes sont partis de Karlsruhe pour se diriger vers les capitales tandis que d’autres s’y rendaient, en raison du rayonnement de son Académie des Beaux-Arts. Certes, Paris et Berlin jouent un rôle essentiel et primordial dans le développement de l’art européen du XXème siècle, mais il ne faut pour autant occulter l’importance des échanges et des liens étroits qui se sont tissés avec Karlsruhe et la région du Rhin supérieur. Le propos de l’exposition est de mettre en lumière une production artistique d’un siècle environ, de 1904 à 2010, éclairant au passage les relations entre les artistes et leurs migrations, les liens avec les évènements historiques et les déplacements des zones d’influence au cours de la période, tout en soulignant au passage le dynamisme et la vitalité de l’école de Karlsruhe.
Durant la première moitié du vingtième siècle c’est Paris qui apparaît comme le pôle attractif de l’art mondial, Berlin étant emprisonnée derrière son mur. Dans les années soixante, le renouveau allemand se manifeste à Münich, Düsseldorf, Berlin et Karlsruhe, avec le développement de la nouvelle figuration. Nombre de professeurs berlinois sont alors nommés à l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe (Markus Lüpertz, Georg Baselitz, Max G. Kaminski, Per Kirkeby) et ils permettront l’émergence d’une nouvelle génération de créateurs dans les années 1980. Des artistes comme Lothar Quinte, Klaus Jürgen-Fischer, Lambert Maria Wintersberger, Wolfgang Glöckler et Stephan Balkenhol en sont issus et s’installeront d’ailleurs dans la région rhénane, jusqu’en Alsace.
A partir de la chute du mur, Berlin retrouve sa place et sa force d’attraction. Nombre d’artistes s’y rendent, y travaillent et y exposent. Berlin fascine toujours et sa vie artistique est dense et novatrice. Les deux capitales, l’allemande et la française restent bien vivantes sur le devant de la scène internationale. Karlsruhe n’en perd pas pour autant sa vivacité et sa vigueur. Avec les époques, le vent tourne et les centres d’intérêt se déplacent. Soufflant tantôt d’est, tantôt d’ouest, mais aussi à travers les époques, il essaime et, grâce et à cause de lui, les novations germent dans les métropoles. L’exposition est touffue et variée. On y retrouvera avec plaisir des pièces issues du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, du Musée Unterlinden de Colmar, du fonds du FRAC Alsace, du Ludwig Museum de Coblence, de la Staatliche Akademie der Bildenden Künste de Karlsruhe ou de galeries allemandes comme Klara Wallner ou Clemens Thimme de Karlsruhe. Elle s’organise autour les trois pôles principaux : Paris, Karlsruhe, Berlin, ainsi que des artistes représentatifs des périodes et des centres d’attraction.
Son propos et les nombreuses références, la cohorte des artistes présentés peuvent, à tort, la faire ressentir comme complexe et d’un accès ardu. Il faut aller au-delà de cette première impression et se laisser prendre par la force et la beauté des œuvres. La surprise nous y attend tous les deux pas. Il serait difficile de se décider pour telle découverte ou tel coup de cœur, tant les pièces présentées sont variées et tant l’impression de vitalité domine tout au long du parcours. Ne pouvant malheureusement citer tous les artistes, nous nous limiterons, cruellement, à quelques tableaux qui nous ont procuré une émotion particulière. Musée Würth : Paris-Karlsruhe-BerlinD’emblée c’est David Hardy, dit le Suisse-Marocain (ci-dessus), qui nous accueille dans le hall d’entrée avec « Forget the 20th Century Misery, Enjoy the 21st Century Misery » (technique mixte sur carte géogaphique cousue sur tissu, 2005-2006) et nous donne d’emblée le ton et le caractère foisonnant de l’exposition. On retrouve dans la première salle une installation de cet artiste « Airline Suisse Marocain » (matériaux divers, bois et textile, 1999-2001), l’avion reprenant symboliquement le thème du vent et du déplacement, cœur de l’exposition.
Axel Heil, qui est aussi le commissaire de l’exposition, nous présente « To be as if » (impression photo sur toile, 1996) une photographie mise en scène, un autoportrait posant la question du rôle de l’artiste et de la place de l’art. On le retrouve plus loin, avec « The last of the Mohicans » (technique mixte sur coton, 1995) où il nous propose, à la manière d’une gravure en noir et blanc, un jeune garçon perché dans un arbre, lisant un livre. Montrant à travers une représentation, une réalité qui s’évade dans un imaginaire, créant par là une nouvelle réalité, il nous montre le jeu des significations qui s’opère, en apparente simplicité, en réelle complexité.
Superbe découverte avec Walter Becker (1893-1984), l’un des représentants de la « génération perdue», ces artistes expressionnistes de l’entre-deux-guerres qui furent muselés par les nationaux-socialistes. « Yvonne » (Frau mit schwartzem Haar) (huile sur toile, vers 1946) et « Blaue Hose » (huile sur grosse toile, 1960) (photo ci-dessous) sont deux éléments montrant à l’évidence le travail d’un artiste dont la notoriété n’a pas été à la hauteur de son travail et de son talent. Musée Würth : Paris-Karlsruhe-BerlinEnfin « Männerwald » (tempera, pastel, craie colorée, poudre de bronze sur panneaux colorés, 1967) (photo ci-après) nous emporte dans le monde de Hap Grieshaber (1909-1981), marqué par une énergie primitiviste saisissante. Celui –ci fut un temps l’assistant de Baumeister dans les années trente. Ce travail nous a marqué par sa monumentalité et sa force expressive. Musée Würth : Paris-Karlsruhe-BerlinPour sa cinquième grande exposition, le Musée Würth a joué une carte ambitieuse et pointue. « Paris-Karlsruhe-Berlin, Vents d’Est et d’Ouest » est d’une très belle richesse et d’une surprenante densité. On y retrouve de grands noms, mais aussi d’autres, moins connus. Elle nécessite d’être vue et revue, visitée et revisitée, tant les liens qui y sont tissés sont nombreux, tant la surprise qui nous y attend est fréquente. Le Musée Würth la présente jusqu’au 9 janvier prochain, nous laissant ce temps précieux, nécessaire à la découverte et propice à l’émotion.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par sylvie
posté le 06 février à 11:15
Signaler un abus

bonjour

j'ai vu à la tv qu'il y avait un artiste célébre à erstein. un designer qui refait des espaces de décoration pour particulier et entreprise. Il s'appelle franck bleriot et son atelier osmoze. Il fait des stickers géants, des oeuvres graphiques et cela m'intéresse. Savez vous où il se trouve à erstein ? les heures d'ouverture ? J'ai appelé la mairie mais il n'en save pas plus. A priori, il se deplace souvent partout dnas le monde. Et mince alors, il est de chez nous et on le connait meme pas.

On devrait faire une eloge de nos artistes locaux. A quand la ville d'erstein, une ville pilote du design. Avec ce que j'ai vu à la tv sur m6, y a matière. Profitons de ce talent ersteinois. j'ai trouvé son site internet http://www.osmoze.fr mais je n'ai pas trouvé les infos (suis pas un dingue d'informatique !)

On espère en savoir plus.

Sylvie et Gérard.

A propos de l’auteur


Laplum 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines