Magazine Cinéma

Irish omerta

Par Borokoff

A propos de The Town de et avec Ben Affleck 4 out of 5 stars

Irish omerta

Dans la banlieue de Boston, dans le quartier de Charlestown, plus connu sous le nom de « The Town », une bande de quatre potes d’enfance multiplie avec succès et toujours plus d’audace les braquages de banque. Dans ce quartier à l’immigration historiquement irlandaise, le braquage est un art qui se transmet de « père et en fils » comme prévient le générique de départ. Et Doug McRay (Ben Affleck) et sa bande d’acolytes sont passés maîtres en la matière. Mais lors d’un braquage, Doug tombe amoureux d’une otage qu’il a faite. Ses sentiments, comme un grain de sable, viennent troubler la quiétude des braqueurs et enrayer les rouages bien huilés de leurs méfaits. Mais surtout, Doug se faire remarquer par le zélé détective et agent du FBI Adam Frawley (John Hamm, de la série Mad men).

Adapté du best-seller de Chuck Hogan, Prince of the thieves, The Town est un polar bien ficelé, bien mené par un Ben Affleck inspiré alors qu’on redoutait une prestation aussi désastreuse et solennelle que celle qu’il avait fournie dans Jeux de pouvoir. Mais à mille lieux du personnage véreux de membre du Congrès qu’il incarnait dans le film de Kevin McDonald, Ben Affleck semble au contraire trouver dans The Town à la fois de l’inspiration dans sa mise en scène enlevée et de la retenue et de l’épaisseur dramatique dans son personnage.

Affleck a passé une partie de son enfance à Boston, ce qui l’a profondément marqué. C’est son second long métrage en tant que réalisateur tourné dans ce quartier après Gone Baby Gone. Connu pour son record mondial de braquages de banques et attaques de fourgons blindés au km2, Charlestown est le quartier d’enfance et le point névralgique de nos quatre Irlandais braqueurs, liés par une sorte d’amitié et un code d’honneur qui rappellent ceux de la bande de Jimmy Markum (Sean Penn) dans Mystic River, eux aussi issus de Boston.

Il s’agit bien d’une « Irish omerta », comme la qualifie Frawley. En revanche, ses codes échappent complètement à l’agent du FBI. Doug, dont le père est en prison pour braquage et qui cherche sa mère volatilisée alors qu’il avait 6 ans, voudrait tout arrêter. Parfois, on pense de très loin au dernier Ellroy, dans le côté poisseux de l’ambiance et du personnage de Doug qui cherche désespérément à savoir ce qui est arrivé à sa mère.

Mais comme un personnage d’un film de James Gray, Doug est coincé. Coincé entre le contrat des braquages qu’il a avec le parrain « fleuriste » Fergie, coincé par son ex camée, prête à le dénoncer. On pense à Gray parce que le personnage de Doug (bien épaulé par Pete Postlethwaite ou Jeremy Renner en seconds rôles) a à la fois un côté sentimental et « bad boy ». Un côté rédempteur qui vient trop tard. Quand il veut raccrocher les gants, Doug se retrouve dans l’impasse. Ce qui donne lieu, chez Affleck, comme chez Gray, à une montée en puissance dramatique dont on imagine l’issue tragique.

Mais chez Affleck, il y a parfois trop de longueurs dans les dialogues (scènes avec sa belle otage au jardin botanique au début) ou en général dans l’action. Pourtant, la tension monte peu à peu, l’étau se resserre. La fin tient en haleine, véritable goulot d’étranglement. Comment Doug pourrait-il s’en sortir ? Faire comprendre à la fois à celle qu’il aime ses mensonges, s’acquitter de la dette et du devoir éternels qu’il doit au parrain Fergie et échapper à la police ? Cela fait beaucoup pour un seul homme.

Comme un étau, l’étreinte se resserre, la toile enroule Doug dans les remords et le constat (trop) tardif de ses erreurs. On ne revient pas sur son passé. En revanche, on peut bien finir sur une bonne fusillade digne de The Heat ou Public Enemies.

Affleck n’est pas Gray. Il n’y a pas la même intensité ni la même tension dans sa mise en scène. Comme acteur, ce n’est pas Joaquin Phoenix non plus. Il n’a pas son génie, la même flamme dans l’œil ni la tension intérieure que porte l’acteur de Two Lovers. Mais à coup sûr, inspiré par La nuit nous appartient ou The Yards, The Town est un polar réussi.

www.youtube.com/watch?v=9LvWoq52sQs


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Borokoff 641 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines