Magazine Cinéma

The town

Publié le 20 septembre 2010 par Olivier Walmacq

Warner Bros. France

Genre: Affleck réussit son thriller.

Durée:2h08.

Année: 2010.

L'histoire: A Boston, il y a plus de 300 braquages tous les ans. Doug MacRay et sa bande en ont commis quelques uns. Lors du dernier, ils prennent en otage la directrice adjointe. Choquée, elle finit par quitter son travail et vit une amourette avec Doug, dont elle ne connaît pas sa filiation au braquage...

La critique de Borat

En 2007, Ben Affleck avait étonné son monde avec Gone baby gone, sa première réalisation. Aujourd'hui, il revient avec The town, thriller toujours tourné à Boston.
Il n'hésite pas à se diriger et s'entoure d'un sacré casting: Jeremy Renner (qui depuis Démineurs est partout et tant mieux), Rebecca Hall, Jon Hamm (la star de la série Mad Men), Blake Lively (héroïne de Gossip girl et que lon retrouvera l'an prochain, dans Green Lantern), Owen Burke, Titus Welliver, Pete Postlethwaite et Chris Cooper. Une chose est sûre: l'acteur-réalisateur a réussi à faire mieux que son premier film. Affleck dynamise sa réalisation et réussit à donner une bonne tension à son film.

De plus, ses braqueurs ne sont pas des tueurs, à part peut être le personnage de Renner (tout simplement génial), assez nerveux et très excité.
Ce sont plus des gens qui essayent de s'en sortir face à un instigateur qui leur coupe les roubignoles si l'un d'eux l'emmerde sur son propre terrain.
D'ailleurs, ce personnage du fleuriste est bien interprété par Postlethwaite, étonnant dans ce contre-emploi. Mais là où le réalisateur réussit son coup, c'est dans les scènes de braquage, à la fois impressionnantes et géniales, elles méritent largement le coup d'oeil.

Le premier montre les bases, le second une course poursuite dantesque dans les rues de Boston, et le dernier qui sert de dernière demie heure, réussit à nous scotcher jusqu'à la fin.
Une dernière partie particulièrement prenante et efficace, au suspense incroyable. Les braqueurs ont un adverssaire digne de ce nom, en la personne de Jon Hamm, parfait en inspecteur du FBI particulièrement tenace et à fond dans son job.
Affleck développe en même temps la romance de son personnage de braqueur et de son otage, incarnée par Rebecca Hall. Un contraste bourreau-victime assez intéressant. ça fait peut être un peu guimauve, mais ça va encore.

Ben Affleck démontre, une seconde fois, avec brio, son talent derrière la caméra.

Note:17/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines