Magazine Cinéma

Harry Potter et l'ordre du Phénix

Par Silice
Harry Potter et l'ordre du PhénixHarry Potter et l'ordre du Phénix est l'adaptation de l'un des grands tomes de la saga (du plus gros en nombre de pages aussi d'ailleurs, mais ça, on s'en fiche un peu), il est dur de condenser presque 1000 pages en deux heures, très dur et c'est sans doute pour ça que le film est un peu planté. Un peu, oui, car la film n'est pas entièrement loupé.Après un film de relâchement, Harry décide de se couper les cheveux pour devenir plus mature, mais comme la chaleureuse et un peu relou Molly Weasley va nous le faire remarquer, Harry n'est qu'un enfant... Oui oui, il a massacré plusieurs fois Voldemort mais ce n'est qu'un gosse alors pas question qu'il soit une fois de plus en danger ! Ben c'est con Molly, le but même des Harry Potter c'est que ce petit héros est constamment en danger parce que ouais, on s'en fout complètement de Seamus Finnigan (camarade de Harry qui ne sert pas à grand chose dans les films à part se faire exploser des trucs à la tête), oui, ce serait beaucoup moins intéressant.Au début, on se dit que le film va être bon, très bon même, pourquoi ne pas rêver ? C'est légèrement glauque, un peu moins gamin et on touche à de nouvelles choses plus intéressantes, un groupe organisé pour se défendre contre Voldemort par exemple.Oui mais la magie n'est pas là, les scènes se suivent sans que l'on se sente à Poudlard, sans que l'on se sente chez soit, les héros eux-mêmes semblent ne pas voir l'année défiler avec eux et l'on se dit que nous bombarder d'éléments nouveaux tout en arrivant à nous ennuyer et à louper beaucoup de choses du livre, c'est inévitable lorsque l'on veut adapter le plus gros bouquins Harry Potter dans le plus court film de la franchise.
Harry Potter et l'ordre du Phénix
On ne prend donc pas son temps et chaque éléments crucial n’apparaît que comme un détail.Oui mais il y a tous de même encore quelques bonnes choses, je ne vais pas reprendre mon speech sur les acteurs principaux que l'on commence à connaitre (oui mais bon... y a quand même Gary Oldman, hein et ça, c'est cool !)... Non, je vais une fois de plus m'étendre sur la nouvelle prof au château à savooir... Dolores Ombrage et c'est sur ce point, sur ce personnage que je trouve le film particulièrement réussi car, oui, qui peut s'empêcher de haïr cette femme ? Non non, personne, on la hais, on la déteste et on prend plaisir à la détester à l'instar des petits héros du film et je tenais à noter ce point qui m’apparaît très important. On a envie de lui faire manger ses chats et sa plume pourrie...Luna Lovegood est assez réussie aussi dans le genre mais n’apparaît pas assez pour alléger le film.Sinon, niveau effets spéciaux, on en prend encore pour notre grade et le final est assez sympa à voir. La mort de l'un des personnages passe par contre presque pour un détail et c'est assez dommage. Non, je refais ma phrase : beaucoup de choses sont virées du film ce qui en casse tout son charme.Une douce euphorie aurait pu se créer lors de départ des jumeaux, il n'y  rien. On a le droit à une pointe d'humour, légère, avec Hermione qui en fait des caisses... Ça ne prend pas et c'est bien dommage. Tant pis.Ça aurait sans doute pu être pire (cf le sixième).Bon, je suis méchante, on s’ennuie peut-être un peu devant ce film mais ce n'est pas si mauvais que ça. (j'aime pourrir tout ce que je viens d'écrire à l'aide d'une phrase inutile).
12/20Silice

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Silice 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines