Magazine Culture

Le Tailleur de pierre – Camilla Läckberg

Par Theoma

le-tailleur-de-pierre.jpg

« Elle, on ne la trahissait qu'une fois, pas deux. Point à la ligne. »

Quand une série est réussie, le plaisir de retrouver les personnages appréciés est assuré. Dans ce troisième volume, notre couple suédois préféré vit des moments difficiles. Erica est en plein baby-blues et Patrick, ne sachant comment aider sa femme, se voit charger d'une nouvelle enquête, le meurtre d'une petite fille de sept ans.

Camilla Läckberg excelle dans les inter-relations familiales et particulièrement dans les secrets de famille. Chacune d'entre elles est la gardienne de ses propres fantômes, les secrets des générations précédentes font partie de l'ADN familial, le poison est invisible et dévastateur. Lorsqu'on le réalise, il est souvent trop tard. 

Comme le titre l'indique, l'auteure taille les personnages, met en évidence les angles, les rugosités, l'insaisissable. Le lecteur essaie de dénouer les fils mais ne réussit qu'à s'emmêler à son tour dans la toile nébuleuse.

Les pages deviennent asphyxiantes, le dénouement approche, on redoute les ravages de la maltraitance, la violence d'une enfance saccagée. La fin, sans appel, nous laissent hagards.

4--toiles.gif
Actes Sud, 477 pages enfin mieux traduites, 2009

« Mensonges, propagande et pures conneries »

« Ce n'était pas censé être comme ça. Pas du tout. Elle avait potassé bon nombre de livres sur la naissance d'un bébé et la vie de parent, mais rien ne l'avait préparée à la réalité qu'elle rencontrait. Au contraire, elle avait l'impression que tout ce qu'elle avait lu faisait partie d'un grand complot. Les auteurs parlaient d'hormones du bonheur et ils pécisaient qu'on flottait sur un nuage rose quand le bébé était déposé dans vos bras et qu'on ressentait tout naturellement un amour bouleversant pour la petite chose dès le premier regard. Certes, il était dit en passant qu'on serait probablement plus fatiguée qu'on ne l'avait jamais été, mais cela aussi était nimbé d'une auréole romantique et semblait faire partie du merveilleux paquet « maternité ». Des conneries ! était l'avis sincère d'Erica au bout de deux mois comme maman. Mensonges, propagande et pures conneries. »

Précédents opus

Le prédicateur

La princesse de glaces

Bien d'autres avis ici

objectif-pal.jpg


voisins voisines

Par Theoma - Publié dans : Légers ou grands frissons - Communauté : Le monde du polar
Ecrire un commentaire 4 - Voir le commentaire - Voir les 4 commentaires - Partager   ' ); YAHOO.util.Selector.query( 'input', dial.getEl(), true ).focus(); }, this, true ); return false; " title="Partager par adresse simplifiée">     Précédent : Colette vs Houellebecq Retour à l'accueil

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Theoma 1522 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines