Magazine Culture

When I'm Sixty-Four

Publié le 20 février 2011 par Polyphrene
When I get olderLosing my hair,Many years from now,Will you still be sending me a valentineBirthday greetings bottle of wine?
If I'd been out till quarter to threeWould you lock the door,Will you still need me, will you still feed me,When I'm sixty-four?[]
When I'm Sixty-Four
Cette chanson (Paul McCartney / John Lennon, The Beatles) fut écrite par Paul McCartney alors qu’il n’avait que 16 ans. Bien qu’elle prenne un peu la forme d’une parodie, moquant (avec respect et tendresse) le « ragtime» que jouait son père (qui avait précisément 64 ans lorsqu’elle fut enregistrée), cette chanson touche juste en décrivant les « petits riens » qui peuvent paraître les plus banals de la vie et recèlent en fait le plus grand amour. Cette lettre d’un jeune amant, dans son formalisme naïf, est apparemment aux antipodes du romantisme, mais elle est, d’une certaine façon, visionnaire. Lorsque le temps nous a fait vivre des drames et nié nos espoirs, c’est la perspective de cette vieillesse conjointe, nourrie de tendresse et de souvenirs, qui nous manque le plus.« Old Friends » chantait Paul Simon…
A soixante-quatre ans
Quand je serai vieuxPerdant mes ch’veuxDans pas mal d’annéesFêteras-tu toujours la Saint-ValentinAnniversaire, bouteille de vin ?
Si je rentrais à une heure indueM’ouvrirais-tu grand ?M’espéreras-tu, me nourriras-tuA soixante-quatre ans ?
Tu vieillis comme moiMais si tu dis le motJe reste avec toi
Je remettrais l’électricitéSi les plombs sautaientTu coudrais au coin de la cheminéeSamedi, on irait prom’ner
Faire le jardin, planter des laituesOn n’en veut pas tantM’espéreras-tu, me nourriras-tuA soixante-quatre ans ?
L’été, nous louerons, si c’ n’est pas trop cherUne petite villa au bord de la merNous épargneronsPour nos petits enfantsQue nous bercerons
Par lettre ou par téléphone, veux-tuDire ton point de vueIndique ce que tu veux dire précisémentSalutations, ton vieux croulant
Si une formulaire, réponds, veux-tuSoit mienne pour longtempsM’espéreras-tu, me nourriras-tuA soixante-quatre ans ?
(Traduction – Adaptation : Polyphrène)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Polyphrene 49 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines