Magazine Cinéma

Scream

Publié le 13 mars 2011 par Cinephileamateur
L'affiche française
De : Wes Craven.
Avec : Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette, Rose McGowan, Matthew Lillard, Skeet Ulrich, Drew Barrymore, Jamie Kennedy, W. Earl Brown, Liev Schreiber, Henry Winkler, Joseph Whipp, Wes Craven...
Genre : Épouvante.
Origine : États-Unis.
Durée : 1 heure 45.
Date de sortie : 16 juillet 1997.
Synopsis : Casey Becker, une belle adolescente, est seule dans la maison familiale. Elle s'apprête à regarder un film d'horreur, mais le téléphone sonne. Au bout du fil, un serial killer la malmène, et la force à jouer à un jeu terrible : si elle répond mal à ses questions portant sur les films d'horreur, celui-ci tuera son copain...
Sidney Prescott sait qu'elle est l'une des victimes potentielles du tueur de Woodsboro. Celle-ci ne sait plus à qui faire confiance. Entre Billy, son petit ami, sa meilleure amie Tatum et son frère Dewey, ses copains de classe Stuart et Randy, la journaliste arriviste Gale Weathers et son caméraman Kenny qui traînent tout le temps dans les parages et son père toujours absent, qui se cache derrière le masque du tueur ?
Film culte par excellence pour toute une génération, ça faisais un petit moment maintenant que je n'avais pas revu avec sérieux "Scream", le premier volet d'une franchise qui remettra au goût du jour le slasher en lui redonnant ses lettres de noblesses. C'est ainsi qu'à l'approche de la sortie du quatrième volet, j'avais envie de me replonger dans cet univers.
D'un premier coup d'œil, le scénario peut apparaitre comme ridicule. En effet, fidèle au registre du slasher movie, ici tout est grossier, ridicule avec une intrigue légère et des facilités scénaristiques énorme. Pourtant, si le résultat fonctionne c'est parce que le scénario vaut bien mieux que cette étiquette. Jouant avec les codes du genre, le film nous entraine dans une enquête divertissante qui sous fond d'épouvante va aussi nous apporter une certaine dose d'humour noir. En effet, loin d'être terrorisé et pris de violentes peur, Wes Craven signe ici une histoire comme il en à l'habitude de faire tout en y disséminant un humour léger qui rend son film captivant et très léger à la fois. La mayonnaise fonctionne et le divertissement attendu est au rendez vous. Il y a que ça ? Non, bien entendu. Le scénario regorge aussi de références et de clins d'œil cinématographique qui font que ce film est en plus un véritable hommage au film d'épouvante. Tout y passe avec finesse et intelligence c'est ainsi qu'en lus de s'amusé, on à un plaisir coupable de cinéphiles à aimer encore plus le cinéma et particulièrement ce genre cinématographique. "Halloween", "Vendredi 13", "Carrie", "Le bal de l'épouvante", "Les griffes de la nuit"... tout y passe et c'est ainsi que le scénario sous son apparente facilité bascule tout pour se ré-approprier le genre et nous en livrer une thèse saisissante. La vierge gentille, le dévergondé qui va mourir, le comeback du personnage qui disparait vite, la nudité, le sexe, le sang, la violence de tout les jours, le complice, les codes pour faire peur etc etc tout y est décortiqué, analysé afin de nous donner une véritable leçon de cinéma. Si les clichés sont connus de tous, le scénario à eu l'intelligence de les exposer, de ne pas les cacher et de les mettre en avant ce qui fait qu'en plus de prendre du plaisir devant cette histoire on apprivoise à nouveau se clichés et plutôt que de les trouvé banal et utilisé à outrance, ils trouvent alors toute leur justification et fonctionne de nouveau. Plus qu'une renaissance, j'ai eu la sensation que c'est tout un genre cinématographique qui repartait sur de nouvelles bases et force est de constater avec le temps qu'il y à un avant et un après "Scream" le film gagnant à juste titre son statut de film culte. De nombreuses scènes, de nombreuses répliques ont marqué l'Histoire du cinéma qui rende à mes yeux ce film encore plus intéréssant. J'y ai ressenti un vrai amour pour ce genre le tout servi avec une histoire sympathique qui même si elle est classique s'avère efficace. Même lorsque l'on connait le dénouement, les visionnages suivants restent une nouvelle fois intéréssant et on s'amuse encore plus je trouve à décrypté ce film qui derrière sa banalité est au final extrêmement complexe je trouve.
Si le scénario tient la route c'est aussi grâce à la performance des acteurs qui tout comme cette histoire réussi à donner vies à leurs personnages de bien belle manière malgré les clichés qu'ils véhiculent. D'ailleurs, on peut leur reprocher ce que l'on veut, leurs performances est si bonne dans l'ensemble qu'aujourd'hui encore on associe souvent ses différents acteurs aux personnages qu'ils incarnent dans le film. Neve Campbell en tête joue très bien le rôle de la nouvelle Jamie Lee Curtis (la comparaison entre son personnage ainsi que son utilisation dans ce genre de film et l'héroïne de la saga "Halloween" est assez frappante je trouve). Elle est devenue en un film la bonne représentation de la fille toute fragile qui est toujours là grâce à ses bonnes valeurs. La comédienne alterne avec finesse le côté fragile et le côté fort de son personnage. C'est d'ailleurs dans ce dernier point que je la préfère car si en jeune fille apeuré elle peut par moment paraître trop répétitive, elle en deviens vraiment intéressante quand elle décide de donner des coups. Courteney Cox est elle aussi parfaite dans son rôle et prouve avec Neve Campbell que dans ce genre de film, les femmes peuvent aussi avoir un rôle important autre que celle qui va se faire tuer. Courteney Cox signe un personnage marquant dans sa carrière et nous fait vite oublier son rôle de la gentille Monica de la série "Friends". Femme à poigne, l'actrice n'hésite pas à se salir et à se jouer de son image pour interprété le rôle de cette journaliste au tempérament bien trempé. David Arquette aussi figure dans l'un des rôles (si ce n'est pas LE rôle) le plus marquant de sa carrière. Pourtant c'était pas gagné d'avance car son personnage est un peu léger, un peu effacé mais le comédien réussi à lui donner toute notre sympathie avant de le faire évoluer vers la fin en lui donnant une certaine ampleur. Rose McGowan reste quant à elle fidèle à elle même. Tout en légèreté, j'aime bien son jeu qui colle bien à son rôle et elle apporte pas mal de fraicheur dans ce casting. La folie de Matthew Lillard m'as bien fait délirer je trouve. Le personnage va comme un gant à l'acteur qui joue très bien sur le côté décalé (ton que j'avais bien aimé chez lui déjà dans un registre nettement plus léger avec "Scooby-Doo" ;-) ). Son rôle aurait pu apparaitre creux mais je trouve que le comédien s'en sors très bien tout comme Skeet Ulrich en Billy Loomis (un autre hommage à la franchise "Halloween" ;-) ). Même si sa destiné dans cette intrigue apparait comme une évidence, je trouvais lors de mon premier visionnage que l'acteur avait bien joué sur l'ambiguité de son rôle ce qui fait que malgré les ficelles utilisé, on ne savait jamais trop de quel côté le mettre. Un rôle secondaire qui sors du lot, c'est Jamie Kennedy. J'ai adoré son personnage et cet acteur qui le joue avec conviction. Il est un peu la voix de Wes Craven je trouve dans ce film et c'est grâce à lui bien souvent que cette étude sur le cinéma d'épouvante va prendre vie sous nos yeux. Il incarne bien ce cinéphile en le rendant vite très attachant et sympathique. C'est un des personnages que j'apprécie le plus et que j'aurais même aimé voir un peu plus tant je l'ai trouvé intéréssant et que j'ai aimé le jeu du comédien. Lors de la scène d'ouverture, c'est aussi un plaisir pour moi que de voir Drew Barrymore qui joue pas le meilleur rôle de sa vie mais qui marque son nom aussi dans ce film dans une scène anthologique qui à marqué les esprits tout en facilité mais avec beaucoup de conviction. J'ai aimé aussi l'apparition de Wes Craven himself en Fred le balayeur dont la tenue et le diminutif n'est pas sans rappeler un certain Freddy Krueger que les fans apprécieront tandis que ce fut un plaisir d'entrapercevoir aussi Liev Schreiber qui aura plus d'importance dans les autres volet de la saga. Quoiqu'il en soit, même si cette distribution s'amuse à surjouer toujours pour mettre en avant les codes du genre et servir le scénario, j'ai vraiment aimé ses différentes prestations.
Derrière la caméra, Wes Craven nous montre l'étendu de son talent. A la fois très classe et simpliste, on reconnait parfaitement la patte du réalisateur qui s'approprie aussi la mise en scène afin de rendre hommage au cinéma d'épouvante. Toutes les ficelles sont utilisés, les effets de styles, etc etc et c'est ainsi que derrière une ambiance déjà vu, le réalisateur à su apporter à "Scream" sa propre âme et sa propre identité. J'ai beaucoup aimé l'utilisation des travelling qui rende l'action dynamique et très fluide tandis que l'utilisation des décors s'avère parfaite. Les décors extérieurs sonne un peu studio eux aussi mais ça accentue justement le charme du film et le respect au genre. C'est un vrai plaisir non coupable que de retrouver ses codes avec ses plans serré, son utilisation du hors champs, les gros plans sur des détails, le tueur qui apparait furtivement, la bande originale de Marco Beltrami classique mais qui elle aussi possède sa propre identité avec les mêmes sons que l'on entends dans ce genre de productions qui alterne entre angoisse et musique plus jeunes pour la légèreté. Loin d'être une coquille vide, on ressens qu'il y à eu beaucoup de travail de fait avec une véritable recherche et que chaque détails à été parfaitement calculé et millimétré en fonction de son importance. C'est pas pour rien d'ailleurs que le fameux masque du tueur est devenu avec les années culte lui aussi représentant très bien toute une génération et imageant à merveille le slasher. Après, même si on peut deviner dans les gros traits comment toute cette histoire va se finir, on est en tout cas pris en haleine et on reste captivé jusqu'à la fin avec un rythme dynamique qui laisse peu de temps morts. Les maquillages sont parfois un peu excessif à l'image du scénario comme le bain de sang grossier final mais bizarrement ça fonctionne là encore et ça colle à l'atmosphère dégagé par ce long métrage.
Au final, "Scream" n'est pas qu'un simple divertissement classique. C'est à mes yeux une véritable leçon cinématographique qui témoigne l'amour du cinéma qu'à Wes Craven et plus particulièrement l'humour au slasher. En le regardant comme un simple slaher, on aura le sentiment de déjà vu et on pourra être déçu (surtout si on affectionne pas le genre) mais en creusant un peu, on se rend vite compte que cet hommage est bien plus profond que cela et n'as pas démérité son statut d'œuvre culte. J'ai trouvé en tout cas pour ma part ce film très construit et je comprends parfaitement que ce film à marqué l'Histoire du cinéma. Souvent parodié, le film possède quand même chez moi toute son aura avec en prime une réalisation de Wes Craven comme je les aime. Ce film est à mes yeux une véritable réussite et j'ai pris beaucoup de plaisir à le revoir. C'est ainsi que je le recommande et qu'il se savoure sans modération (entre potes c'est même mieux ^^ ).
Neve Campbell et Rose McGowanscream_3.jpg



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines