Magazine Culture

Dan Brown.Le symbole perdu.

Par Mango
Dan Brown.Le symbole perdu.Le récit s’ouvre par la cérémonie solennelle, dans la Maison du Temple à Washington, à deux pas de la Maison blanche, d’un initié franc- maçon  élevé au  plus  haut rang de sa confrérie et  promettant  devant le  «Grand Commandeur» du Suprême Conseil  de ne jamais trahir son serment de loyauté.Cet homme,  c’est Mal'akh,  le traître du roman,  qui veut l’ultime secret  de la franc –maçonnerie ainsi que  la mort du  grand commandeur auquel il voue une haine absolue. Tout se joue en moins d’une journée  ensuite. Robert Langdon, le héros des romans précédents du «Da Vinci code» et de «Anges et Démons»,  est convoqué par son ami Peter Solomon, le Grand commandeur lui-même,  pour assister à une conférence qu’il donne au Capitole, mais ce dernier a été enlevé et sa main découpée est exposée au centre  de la Rotonde. Dès lors une course poursuite éperdue et cruelle s’engage pour le sauver qui conduira le lecteur à s’intéresser aux mystères de la Franc-maçonnerie comme à ceux des hauts-lieux de Washington.

Il m’a fallu une semaine de lecture (entrecoupée par d’autres) pour venir à bout de ce livre. J’ai parfois été tentée d’arrêter définitivement ma lecture tant certains passages m’ont semblé longs, bavards,  avec trop de dialogues.Je suis finalement très heureuse de l’avoir lu jusqu’au bout et de l’avoir terminé. On retrouve le même héros que pour les deux livres précédents : Robert Langdon, exemple même de l’enquêteur cultivé et intelligent, scientifique de talent, bon ami, bon citoyen, humaniste courageux, tenace mais impossible de dire plus . Est-il chaleureux, sympathique ? A-t-il des défauts terribles que l’on finit par apprécier ?  Pas d’histoire d’amour dans ce gros récit. Il s’agit d’une enquête et d’une quête et c’est là qu’il faut s’accrocher car ce n’est rien moins que simple. Toute découverte en cache une autre. Les  mystères en détiennent toujours de nouveaux. J’en ressors avec en tête une foule d’images de couloirs obscurs, longs, très longs et dangereux,  des couloirs qui se prolongent, qui montent,  qui descendent, qui tournent et retournent, qui détiennent des portes secrètes pleines d’objets symboliques . Le mystère et le danger y rôdent, terrifiants.
 Ce livre, c’est aussi une grande promenade dans  Washington sur la trace des pères fondateurs et des architectes qui ont dressé les plans et qui ont dessiné les bâtiments majeurs de la jeune nation : Franklin, Newton, Robert Boyle…Pour apprécier ce roman il faut aimer les jeux de piste, les chasses aux trésors à travers les lieux célèbres. La récompense est au bout : une révélation.
Je suis contente de l'avoir lu  et le recommande aux aventuriers de corps et d'esprit. “L’important n’est pas la mort mais le chemin.”« Pluribus unum »« Laus Dio »

Phrase mise en exergue :Dan Brown.Le symbole perdu.« Vivre dans le monde sans en explorer le sens est comme errer dans une grande bibliothèque sans toucher les livres. »The Secret Teachings of All Ages (Manly P. Hall)
Le symbole perdu Dan Brown. Roman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Dominique Defert et Alexabdre Boldrine. Livre de Poche, JC Lattès,  2011. 725 pages

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mango 1361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines