Magazine Cinéma

Léon

Publié le 12 avril 2011 par Cinephileamateur
L'affiche du film
De : Luc Besson.
Avec : Jean Reno, Natalie Portman, Gary Oldman, Danny Aiello, Peter Appel, Michael Badalucco...
Genre : Drame.
Origine : France.
Durée : 1 heure 50 (version courte) - 2 heures 13 (version longue).
Date de sortie : 14 septembre 1994.
Synopsis : Un tueur à gages répondant au nom de Léon prend sous son aile Mathilda, une petite fille de douze ans, seule rescapée du massacre de sa famille. Bientôt, Léon va faire de Mathilda une "nettoyeuse", comme lui. Et Mathilda pourra venger son petit frère...
5séparation4,5

Plus besoin de présenter "Léon", le film mythique de Luc Besson. Beaucoup de choses ont déjà été dit à son sujet, mon avis n'étant qu'une goutte de pluie tombant dans l'océan mais profitant de mon cycle consacré au réalisateur, je ne pouvais pas faire l'impasse sur ce film que j'ai revu avec beaucoup de plaisir.
Si j'ai pris du plaisir, c'est avant tout parce que j'adore cette histoire. Prenante du début jusqu'à la fin, je ne me lasse pas de voir ce film. Si dans "Nikita" le personnage de Victor instauré les bases du "nettoyeur", dans "Léon" son rôle prend donc en tout cas beaucoup plus d'ampleur. Moins énigmatique, plus construit, on fait la connaissance d'un tueur de façon totalement fascinante. On sais jamais si il tue des gens bien ou non ne faisant que remplir des contrats (même si on à quand même une idée sur la question) mais en se plongeant dans la psychologie d'un tel personnage, le scénario devient plus fort qu'un simple homme de main. On y découvre sa façon de vivre, sa philosophie (ni femmes, ni enfants), ses méthodes qui évolue en fonction de l'expérience etc etc. Le scénario captive mais pas uniquement pour ses raisons, c'est aussi parce que cette histoire entre Léon et Mathilda s'avère très touchante. D'un coté, on à une jeune fille en manque de repère qui va chercher à s'affirmer, à devenir femme en découvrant de nouvelles choses, en voyant la vie d'un autre regard après qu'un drame l'ai touché. De l'autre côté, on à un homme solitaire, sans attaches qui va avoir la sensation de renaître avec une occasion de se racheter et de donner du sens à sa vie (sous certains aspects le personnage de Léon m'as beaucoup fait penser à celui de Nikita d'ailleurs ;-) ). Ils vont se chercher, s'apprivoiser et au final chacun puisera en l'autre sa force. Le scénario à tout pour en faire un film d'action bien bourrin et pourtant, Luc Besson choisi le pari osé de donner plus d'importance à ses héros. L'action sera présente au rendez vous avec des scènes assez jouissives comme la scène finale assez marquante mais au delà de ça c'est surtout les personnages que l'on va trouver attachant et qui vont donner de l'intérêt à ce film. On retrouvera alors aussi en plus de l'action et de la psychologie des personnages une petite dose d'humour très plaisante ainsi qu'un regard porté sur le monde qui nous entoure assez juste sans pour autant tomber dans la grande morale philosophique. Pour ma part, j'ai vu les deux versions de ce film (courte et longue), et j'ai quand même une nette préférence pour la version courte car, si je ne boude pas mon plaisir de voir plus longtemps des personnages que j'aime beaucoup, il y à une certaine ambiguïté dans la relation entre Léon et Mathilda qui est développée et qui me plait moins. Un peu malsaine, elle me met même mal à l'aise. Maintenant, je ne connais pas les motivations de Luc Besson (ça serait prétentieux de ma part) mais si j'apprécie le fait que le cinéaste nous propose le film comme il souhaitait le faire à la base, je trouve le traitement de la version courte plus judicieux, moins maladroit. Quoiqu'il en soit, ses deux versions prouvent à merveille que vingt minutes de plus ou de moins, ça peut changer complètement un film.
L'histoire on y croit aussi parce que l'interprétation est excellente. Jean Reno par exemple est juste géniale dans son rôle de Léon. Il lui donne ses lettres de noblesses et sa prestation et si marquante que ce film figure sans nul doute parmi les meilleures interprétations de sa carrière. Charismatique, il sais aussi se montré très touchant avec une pointe d'innocence qui va bien avec son personnage. Il y à de la naïveté en lui et en même temps une force saisissante qui font que l'acteur est capable de jouer sous tout les tableaux réussissant à être terrifiant et en même temps attendrissant. Cela va de son regard qui fait passer pas mal d'émotions et qui disent par moments beaucoup plus de choses qu'un simple dialogue, à sa gestuelle millimétré avec sa démarche un peu cabossé qui colle à ravir à ce héros. Natalie Portman est là aussi dans l'un de ses meilleurs rôles (elle montre même plus de choses ici que dans "Black Swan" je trouve même si je ne remets pas en cause sa performance dans le film de Darren Aronofsky). Pour son premier rôle au cinéma, elle frappe très fort et sais se montrer à la hauteur des autres acteurs qui l'accompagne. Malgré son jeune âge à l'époque, elle est juste excellente et arrive à exister à l'écran en étant à la fois émouvante, forte, drôle, angoissante... Elle aussi fait passer à travers ce film une multitude d'émotions qui n'est pas pour déplaire et font que son duo avec Jean Reno fonctionne à merveille. Si j'apprécie beaucoup l'actrice, elle à rarement fait aussi bien par la suite et se montre ainsi à l'apogée de son art dès son premier rôle. "Léon" nous offre aussi l'un des méchants de cinéma les plus marquant avec Stansfield qui est très bien joué par Gary Oldman. Le comédien est juste énorme. Tout dans la surenchère, cela parait tout de même très crédible grâce à un charisme et un ton juste employé par l'acteur. Jouissif, on en regretterai presque de ne pas le voir un peu plus dans ce film. Sa première et sa dernière scène est juste génial mais à chaque apparition de toute façon le comédien excelle et nous livre un sans faute. Véritable caméléon, la scène dans les toilettes du commissariat de police montre aussi l'étendu de son talent et de sa palette d'acteur. Derrière ce trio magistral, le reste du casting apparaît un peu en retrait (volontairement) mais chacun joue bien son rôle. Il n'y à aucune interprétation qui m'ait choqué même si Danny Aiello sors un peu du lot son personnage ayant une importance particulière. L'acteur s'en sors bien jouant toujours sur la complexité de son personnage qui joue par moment sur plusieurs tableaux (j'ai eu du mal parfois à trouver son personnage sincère dans ses propos) et c'est un plaisir de le voir évolué aussi à l'écran.
Même la mise en scène joue avec la perfection. Fidèle à son style, Luc Besson nous offre une succession de plans simples, jamais tape à l'œil, mais quand on y regarde de plus près on voit la richesse visuelle et l'originalité de sa mise en scène je trouve où aucun détail n'est laissé au hasard. C'est fluide, c'est super agréable à voir avec beaucoup de recherches fait sur l'exploitation des décors. J'aime beaucoup aussi le travail qui est fait sur la lumière qui est chaleureuse sans jamais être pesante tout en étant même un personnage à part entière à certains moments comme quand par exemple Léon ouvre la porte à Mathilda sous un flots de lumière laissant apparaître Léon comme étant un sauveur, un Dieu pour Mathilda. Les costumes aussi sont bien pensé avec la tenue passe partout de Léon indispensable à sa tâche tandis que les vêtements de Mathilda démontre bien la fougue et la folie de son personnage lié à sa jeunesse tandis que Stansfield avec son costard nous montre tout de suite que c'est lui le patron sans qu'on ai besoin de le nommer. J'ai bien aimé d'ailleurs le jeu entre Léon et Mathilda dans la chambre qui montre l'importance des costumes, aussi bénin soit ils, qui colle à la peau de certains personnages. Quoiqu'il en soit, la réalisation de Luc Besson est très dynamique et assez rythmé ce qui fait que même lorsqu'il y à beaucoup de dialogues, on ne ressens aucun ennui, on à toujours l'impression d'être en mouvements. La bande originale signé Eric Serra une nouvelle fois et juste parfaite elle aussi. Elle contribue à donner une bonne ambiance à ce film sans jamais se faire ressentir et être trop pesant. Tout en douceur, le compositeur continue de se renouveler à chacune de ses collaborations avec Luc Besson et il contribue lui aussi très fortement à donner son identité propre au film. La chanson "Shape of my heart" interprété par Sting pour le générique de fin nous donnant en tout cas le coup de grâce (et la larme à l'œil ?). D'ailleurs, cette chanson fait parti pour moi des meilleurs chansons que j'ai pu entendre dans un film. Je la trouve magnifique et dès que je l'entends, je pense immédiatement à "léon".
Pour résumé, "Léon" à tout du film culte. On passe un excellent moment sans jamais s'ennuyer devant ce film dont je ne me lasse pas même si je lui préfère sa version courte plutôt que sa version longue un poil déplacé à mes yeux (C'est peut être aussi dû à une incompréhension de ma part mais j'aime pas le traitement fait dans cette version de la relation entre Léon et Mathilda). Le scénario s'intéresse à ses personnages sans oublier l'action quand cela est justifié, la distribution est énorme avec un trio Jean Reno - Natalie Portman - Gary Oldman qui sont sans doute, tout trois dans l'un de leurs meilleurs rôles de leurs carrières respective et le tout est très bien mis en scène par un Luc Besson qui derrière son costume de simple amuseur, nous montre une nouvelle fois que c'est un vrai passionné et qu'il maîtrise son sujet. A voir et à revoir sans aucune modération pour ma part ;-) .
Jean Reno et Natalie PortmanGary Oldman



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines