Magazine Culture

Biographie : Qui est Mikhaïl Boulgakov ?

Par Benard


Par Marianne Gourg, dernière édition le mardi 19 avril 2011.

Mikhaïl Boulgakov — Mihail Afanasevic Bulgavov — est né le 2 mai 1891 à Kiev (à l'époque partie de l'Empire Russe). Son père est professeur à l'Académie de théologie de Kiev.
Le jeune homme suit des études de médecine et exerce durant quelques années à Viazma (Kiev). En 1919, il abandonne la médecine pour se consacrer à la littérature. Cependant son expérience donnera matière aux Récits d'un jeune médecin, publiés en revue dans les années '20.
De 1920 à 1921, Mikhaïl Boulgakov est à Vladicaucase, où il prend une part active à la vie culturelle aux côtés de l'écrivain Boris Fédorovitch Slezkine. Les Notes sur les manchettes publiées dans divers almanachs témoignent de cette période. Il semble qu'à cette époque Boulgakov, qui optait pour un monarchisme tempéré et que les scènes de violence vues durant la Révolution russe avaient profondément marqué, ait songé à l'émigration.
En 1921, il s'installe à Moscou, où il collabore à diverses revues, écrit des feuilletons, sortes de sketches comiques inspirés de l'actualité quotidienne. Signalons entre autres son passage à la revue des cheminots, Le Sifflet. Il y rencontre un certain nombre de futurs célébrités: Kataev, Olecha, Ilf, Paoustovski… Ces travaux alimentaires seront évoqués plus tard dans Le Roman théâtral, écrit en 1936.
Plus gratifiants sont ceux qu'il exécute pour la revue Nakanune, éditée à Berlin par des émigrés soucieux de rester en contact avec la mère patrie. Son premier roman, La Garde blanche (1925) est partiellement publié dans l'éphémère revue Russie. Au travers des destinées d'une famille de l'intelligentsia proche des Blancs, Mikhaïl Boulgakov y évoque les évènements révolutionnaires à Kiev. Chronique d'une apocalypse, La Garde blanche donne à voir, dans la tradition tolstoïenne, la tragédie des individus pris dans le tourbillon aveugle de l'Histoire. De ce roman largement autobiographique, l'écrivain tirera une pièce de théâtre, Les Journées des Tourbine, qui restera l'un des grands succès du Théâtre d'Art en dépit des attaques dont elle fit l'objet de la part de l'Association Russe des Écrivains Prolétariens (RAPP).

Lire la suite :  http://www.republique-des-lettres.fr/11443-mikhail-boulgakov.php


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benard 392 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines