Magazine Cinéma

Rocky 3 L'Oeil du Tigre

Publié le 03 mai 2011 par Olivier Walmacq

rocky3

Genre: un rocky quoi!
Année: 1982
Durée: 1H40

L'histoire: Rocky Balboa est aujourd'hui un champion respecté après sa victoire contre Apollo Creed. Mais lorsqu'il perd contre un nouveau venu sur le circuit, c'est Apollo Creed lui-même qui va l'aider et lui redonner le goût du combat et de la victoire.

La critique d'Alice In Oliver:

La saga Rocky est mythique. Il faut dire que la franchise doit beaucoup au premier épisode, le meilleur de la saga, avec le sixième opus, Rocky Balboa.
En même temps, cette franchise ressemble étrangement à la trajectoire de son acteur principal, Sylvester Stallone, un parcours avec des hauts et des bas.
En effet, ne l'oublions pas, le premier Rocky propulsera Stallone au sommet de la gloire.

Il était donc logique de voir de nouveaux épisodes. Après un second chapitre plutôt moyen (enfin personnellement, je n'ai jamais aimé Rocky II), les aventures de notre boxeur continuent. Rappelons un peu les faits.
Cette fois-ci, Rocky a pris sa revanche sur Apollo Creed, donnant lieu à un match d'anthologie. Suite à cette défaite, l'ex-champion du monde a pris sa retraite.
Désormais, Rocky est une star et un héros populaire.

Rocky_3

Attention, SPOILERS ! Dans ce contexte, le boxeur s'expose beaucoup dans les médias. Tout le monde connaît sa petite famille. Le sportif a donc pris une nouvelle dimension. Il est passé d'un ringard à un champion adulé de tous. Mais Rocky s'est également embourgeoisé.
Il se prend au jeu de la télévision et des sponsors, quitte à faire n'importe quoi. D'ailleurs, le film commence par un combat entre Rocky et une star du catch, Hulk Hogan.

Oui mais voilà, un nouveau boxeur fait parler de lui, un certain Clubber Lang (Mister T). Ce dernier est un vrai guerrier et défie Rocky en combat singulier pour le titre de champion du monde.
Avant le match, Rocky est en proie au doute. Premièrement, il ne s'entraîne plus avec la même rigueur et fait le show devant les caméras.
Ce qui a le don d'agacer son coach, Mickey, très malade et fatigué. C'est un fait important car ce dernier ne va pas pouvoir assister au match de son poulain.

rocky_iii_rocky_3_1982_reference

Le combat commence. Et dès le premier round, Rocky se fait surprendre par son adversaire, beaucoup plus hargneux, volontaire et teigneux.
Résultat, Rocky tombe rapidement à terre et Clubber Lang remporte facilement la rencontre. Pour Rocky, c'est une défaite sévère.
Il décide logiquement de raccrocher les gants. C'est un fait: Rocky n'est plus le guerrier qu'il était, et Clubber Lang vient de lui donner une véritable correction. Ensuite, Mickey est mort. Ce qui donnera lieu à une séquence de pleurnicherie des plus risibles !

Oui mais voilà, son ancien adversaire, Apollo Creed a assisté au match. Il décide alors de reprendre Rocky en main.
Le but est de faire en sorte que Rocky retourne sur le ring pour prendre sa revanche sur Clubber Lang. Mais la tâche ne sera pas aisée.
En effet, Rocky est victime d'une tare qui semble affecter bon nombre de boxeurs. En effet, ce dernier a perdu l'oeil du tigre.
En vérité, à cause de l'argent et du succès, Rocky a perdu la gnac et la rage de vaincre. Ce n'est plus le guerrier qui a affronté et battu Apollo Creed par le passé.

rocky_iii_l_oeil_du_tigre_1982_7887_713265104

Commence alors l'entraînement de notre boxeur dépité. C'est indéniablement le moment le plus drôle du film !
La meilleure séquence reste celle se déroulant sur la plage, Rocky battant Apollo Creed à la course et les deux hommes batifolant dans la mer...
Ca fait limite film gay avec des gros machos musclés et bodybuildés, qui deviennent amis pour la vie. Mais peu importe, après un entraînement difficile, Rocky est à nouveau prêt pour le combat.
Rocky III a également mal vieilli. C'est un peu à l'image de sa bande originale insupportable et signée par le groupe Survivor, qui chante Eye of the Tiger.
Bref, ce troisième chapitre reste un film avec beaucoup de défauts, et qui repose avant tout sur le côté guerrier du personnage principal.
Pourtant, ça reste également un mauvais film sympathique, aux dialogues certes idiots, mais délivrant aussi la marchandise.
Et encore, cela reste plutôt gentillet en comparaison avec le quatrième opus.

Note: 06/20
Note nanardeuse: 15/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines