Magazine Culture

Lady Gaga is Born this way

Publié le 24 mai 2011 par Lemediateaseur @Lemediateaseur

Lady Gaga is Born this way

S’il y a un album qui était attendu dans le monde entier, c’est bien Born this way ! Lady Gaga elle-même, sur son Twitter ou sa page Facebook, piaffait d’impatience de pouvoir nous faire découvrir son deuxième opus et faisait monter la pression à coup de prestations télévisuelles plus démentes les unes que les autres.

Comme beaucoup, nous avons donc pu apprécier les 14 titres de l’édition simple dès mercredi, car elle était disponible à l’écoute sur différents sites partenaires de l’évènement. Mais en plus, nous avons eu de la chance, car nous avons reçu notre édition collector dès samedi, et donc, nous avons pu écouter l’intégralité des nouveaux titres de la jeune chanteuse (elle n’a finalement que 25 ans) pendant ce weekend pour vous en faire une chronique complète.

Je ne vais pas faire semblant ou minauder pendant des lignes et des lignes : j’ai trouvé cet album terriblement excellent. Un premier album est toujours plus simple, on a du temps, on ne nous connaît pas, donc, personne n’en attend rien. Un deuxième album est forcément un exercice autrement plus périlleux après un tel premier succès, car tout le monde a les yeux (et les oreilles braqués) sur vous et vous attend au tournant. Mais la diva new-yorkaise n’a pas déçu.

Le tour de force de Born this way ? Le changement dans la continuité ! Du pur Gaga (refrains chantés, couplets plutôt scandés, onomatopées et vocalises, rythme très marqué) mais avec des sonorités nouvelles et plus recherchées que l’album précédent : les orgues de Marry the night qui donne à la chanson une atmosphère sombre et presque gothique, les guitares flamencos et les violons tsiganes d’Americano qui renforce le côté gangster à l’époque de la prohibition, le saxophone très jazzy sur Hair et The edge of glory, des chœurs masculins sur Bloody Mary qui ajoutent au mystique du titre, des rifs de guitares électriques sur Electric chapel, The Queen ou Yoü and I remettant au gout du jour le glam rock cher au cœur de la chanteuse (Il y a du Queen, justement, sur ces deux derniers morceaux…).

A noter également le présence sur l’édition collector de l’album, d’une version country road très sympathique du single Born this way qui fait la part belle à la voix de la chanteuse, débarrassée pour l’occasion des basses de la version album.

Du grandiloquent, du fantasque, du glam… Du Gaga en résumé !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lemediateaseur 66837 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine