Magazine Culture

Fernand Divoire : Le Grenier de Montjoie !

Par Bruno Leclercq

Fernand Divoire : Le Grenier de Montjoie !
Monjoie ! ne fut pas seulement une revue publiée entre 1913 et 1914, avec pour directeur Ricciotto Canudo, dans ses locaux étaient exposés des tableaux, lors des réunions du lundi, on y lisaient des vers et jouaient de la musique. Durant la guerre furent organisé des festivals pour rendre hommages aux collaborateurs de la revue devenus combattants. C'est lors du premier de ces festivals que Fernand Divoire se souvient des lundis de Montjoie !
Fernand Divoire : Le Grenier de Montjoie !
Le Grenier de Montjoie ! Conférence faite le 7 décembre 1917 au premier Festival de Guerre « Montjoie ! »Brusquement, Canudo est venu me voir. Il faut, m'a-t-il dit, que vendredi vous parliez de Montjoie. J'ai un peu crié, parce que j'aime Montjoie et que j'aurais voulu en parler dignement, avec du temps devant moi pour polir une conférence toute ornée d'enthousiasme et de jolies phrases. Mais ce capitaine en chéchia, décoré de rouge par la France, et de bleu par l'Italie, disait ; « vous parlerez vendredi » comme il a dû dire à ses zouaves : « Enlevez cette hauteur » le jour où la carte de Macédoine s'est enrichie du « piton Canudo ». Ce qu'il demandait aujourd'hui était moins difficile d'ailleurs. J'obéis. Et, d'abord, je dis que pour ceux d'ici qui étaient de Montjoie, il y a un profond plaisir à se retrouver, ensemble, après si longtemps.Mais il faut expliquer.Montjoie, Mesdames, c'était à côté des Galeries Lafayette.Et donc, ce n'était ni un atelier montmartrois, ni un studio de Montparnasse.Le fait que Montjoie était à côté des Galeries Lafayette, dans la première maison de la Chaussée d'Antin, j'y vois comme le signe capital de la volonté qu'avait eue Canudo en le fondant.Il n'avait pas voulu attendre que Paris allât aux artistes d'avant-garde. Il était allé avec eux à Paris au milieu de Paris, et y avait planté son drapeau.On montait tout l'escalier. Un escalier essoufflant. Au dernier étage, on se perdait dans les couloirs. Le bruit des voix aidant, on trouvait la porte.Montjoie habitait deux petites pièces, grandes à elles deux comme... le quart de ce salon. En entrant, on y trouvait une centaine de personnes – fumeurs et non fumeurs. Je crois que je n'exagère pas.Et ces cent – ou ces cinquante personnes – étaient des artistes presque tous de vraie valeur, des gens du monde, des gens de théâtre, des étrangers passant par Paris. Je me rappelle y avoir vu Mme Georgette Leblanc, Mme Japy de Beaucourt, Valentine de Saint-Point, qui gardait dans une petite boîte de fourrure Mitzi, le charmant singe minuscule ; Valentine Gross, qui avait dessiné les ballets russes. J'y ai vu – c'était alors chose rare – un officier serbe qui nous semblait avoir un prestige particulier parce qu'il avait fait la guerre.Et toute une foule grouillante de jeunes hommes d'art – de Segonzac à Luc-Albert Moreau, de Ravel à Strawinsky, de Gabriel Boissy à Apollinaire, - que nous nous ne imaginons plus maintenant que vêtus de bleu horizon : Boissy comme Apollinaire, Moreau comme Segonzac.Sur une déjà vieille coupure de journal, je retrouve des noms de ceux qui allaient aux lundis de Montjoie ; je vois là : Bakst, Mme la comtesse de Larègle, Charles-Henry Hirsch, Mlle Trouhanova, Alexandre Mercereau, qui, il y a deux mois, était renversé par un obus ; un prince de Tour-et-Taxis, Mario Meunier, aujourd'hui prisonnier et que les Allemands ont envoyé défricher la forêt de Bielowiejsz ; des noms qu'on lit à la rubrique mondaine du Figaro : comtesse de Borchgrave, comtesse Mariotti, baronne Lippe, Mlle Prat. Et, en même temps, Erik Satie et Dufy, Reboul et Barzun, Kaplan, qui souffre pour nous en Macédoine de la fièvre paludéenne, Maxence Legrand, mort au champ d'honneur, Pierre Fons, mort, Gasquet, porte drapeau, Roger Allard, qui vient de se casser une jambe en tombant d'avion, Jean Giraudoux, qui a combattu aux Dardanelles, Gazanion, dont une balle a rendu le bras droit à jamais inutile, Variot, blessé au bois Le Prêtre, et trente autres : La Frenaye, Fernand Léger, René Chalupt, G. Le Cardonnel, Louis Richard-Mounet, Eugène Montfort, T'Serstevens, Lombard, Brunelleschi, Lhote, Morgan-Russel, Duchamp-Villon, et Jacques Villon et le chass'bi André Salmon....Le veston d'atelier était voisin du manteau de zibeline, et le scaferlati se mêlait au vetiver et à la Roseraie.Et ici se précise un peu plus l'idée de Canudo.Pour lui, le « monde » n'étit pas formé d'un ramassis de Philistins, comme au bon vieux temps de Murger et de Gautier. Canudo devinait, au contraire, en lui, une force. « Il est, dit-il, le réalisateur d'art, comme nous sommes les créateurs d'art ».Est-ce à prétendre que le monde s'agenouillerait tout de suite devant le cubisme, ou même que, s'étant agenouillé, il en saurait goûter toutes les aspérités, non. Peut-être pas. Mais il y avait à tenter une conquête qui n'était pas à dédaigner. Il y avait, si on ne trouvait pas en Snoboland beaucoup d'alliés, à y obtenir au moins, par une intelligente propagande, le silence et le respect.Et, tout doucement, le Monde envoyait des éclaireurs à Montjoie. Ils y étaient attirés, comme nous-mêmes, par la riche atmosphère d'art qui flottait là. Dans les deux petites pièces, les murs étaient chargés de tableaux et de croquis ; les cheminées, de statuettes. Et, à côté des dessins de Rodin, qui demeuraient aux mêmes places, d'autres dessins et tableaux changeaient chaque semaine.Chaque lundi était consacré à un art ou à un artiste. Une fois, on avait exposé des oeuvres d'un peintre indien ; une autre fois, des tableaux de Chagall ; une autre fois, des partitions de Ravel et de Strawinsky ; une autre fois, des décors de Cominetti.Une foi – je veux insister sur dette fois là, car je ne l'oublierai jamais – on avait exposé le poème du Transibérien et de la petite Jeanne de France [I], de Blaise Cendrars.On l'avait épinglé au mur. C'était une feuille multicolore de deux mètres. Quelque artiste connu devait le lire, mais il n'arrivait pas. Le soir était déjà tombé. Alors pour que la journée ne fût pas manquée, une femme s'offrit à déchiffrer le poème bizarre. On accepta. Elle prit alors une bougie et, montée sur une chaise, commença à lire d'une voix sourde. Jamais, Mesdames et Messieurs, je n'ai ressenti une aussi profonde émotion à la lecture d'un poème.Ce jour-là, vraiment, nous avions découvert un Poète.Dans ce tumulte de Montjoie, y avait-il une doctrine d'art ?Il y avait, d'abord, ce tumulte ; puis un principe d'union des arts et de sélection des artistes. Montjoie n'était pas un groupe d'écrivains, mais d'écrivains, de peintres, de sculpteurs, de musiciens. C'était un cri qui avait groupé en une seule force les novateurs sérieux, ceux qui étaient convaincus à la fois de la nécessité de faire leur révolution et de celle de ne pousser la révolution qu'à bon escient, pour construire, et non pour l'amusement de démolir les potiches.Au lieu de s'excommunier d'école à école, on s'estimait les uns les autres. On avait somme toute réalisé, dans le grenier de Canudo, ce que j'avais appelé la gauche libérale.Cette sélection d'artistes devait élever son monument, cette « Galerie de Montjoie, livre d'or d'une génération » que devait éditer Pierre Corrard, mort depuis au champ d'honneur.La Galerie devait comprendre une anthologie de poètes et de prosateurs, des reproductions d'oeuvres de peintres et de sculpteurs, un album de musique, des études sur tous nos arts, un dictionnaire biographique.Il y avait à Montjoie une volonté de force, assez nouvelles pour ceux qui voyaient encore les artistes dans le clair de lune de 1830 et les étangs fleuris de nénuphars de 1880. Sur la couverture de la rtevue, on lisait : Montjoie ! Organe de l'impérialisme artistique français. Et cette épigraphe de la Chanson de Roland : « Ce n'est pas un bâton qu'il faut pour telle bataille. Mais le fer et l'acier doivent y être bons. De toutes parts, on entend crier : Montjoie ! »En 1913, et pendant l'hiver de 1914, il n'était cependant pas encore question d'acier. A peine de bâton. On n'a bien vu le bâton et on n'a entendu les cris qu'à la première du Sacre du Printemps de Strawinsky. Canudo nous avait tous amenés. Nous nous sommes très bien conduits. Pour ma part, je ne sais plus de quel nom d'oiseau j'ai décoré des dames qui avaient, il est vrai, des aigrettes sur la tête, mais je me rappelle très bien la surprise d'un monsieur fort élégant qui sifflait dans une clef et que je m'étais cru autorisé à comparer, pour ce fait, à un valet d'écurie.Voilà donc ce qu'était Montjoie ; un organisme vivant dont la revue n'était qu'un des moyens d'action. Cette gazette d'art restait l'image exacte de ses amis. Comme chaque lundi du groupe, chaque numéro de Montjoie était consacré à une manifestation de la vie moderne : il y eut des numéros consacrés à la Danse, aux Indépendants, aux Art plastiques, etc...Canudo défendait le Cérébrisme, qui lui appartient en propre mis où il voyait se refléter l'art de ses amis.Ce qu'est le Cérébrisme, il l'a expliqué dans un manifeste qu' publié le Figaro. Il y disait : « L'Absurde est le Réel encore non né, ou encore incompris. Des phalanges d'artistes du monde entier vivent somptueusement de l'Absurde parisien.« Depuis quelques dizaines d'années, la France est si impérieusement en tête de l'évolution artistique, que les nations les plus hostiles s'inclinent devant sa domination.« Cette domination est absolument cérébrale. L'Art se cérébralise progressivement, intensément, depuis une trentaine d'années.« Toute innovations artistique doit révolter l'oeil ou l'oreille, car l'oeil et l'oreille demandent un temps pour s'habituer aux nouvelles harmonisations des couleurs, des formes, des mots, des sons. Le caractère général de l'innovation contemporaine est dans la transposition de l'émotion artistique du plan sentimental dans le plan cérébral.« Nous ne voulons plus qu'un tableau « représente » quoi que ce soit. Nous ne voulons plus d'une peinture qui ne soit que paroles en images.« Dans notre époque d'individualisme à outrance, tout artiste doit se forger son monde intérieur et sa représentation extérieure.« De cela est né l'art moderne, libéré, volontaire, rebelle à tout dogmatisme d'école. »« Cet art marque la borne funéraire de tout l'art sentimental : banal, facile, intolérable parce qu'insuffisant. Le mélodrame où Margot a pleuré est sans doute un mélodrame stupide. Aucune exaltation pur l'individu aucune élévation pour l'esprit. Tandis que, contre tout sentimentalisme dans l'art et dans la vie, nous voulons un art plus noble et plus pur, qui ne touche pas le coeur, mais qui remue le cerveau, qui ne charme pas, mais qui fait penser. »Et, à la fin de ce manifeste, Canudo disait : « La génération artiste nouvelle se veut héroïque ».La guerre est venue. Canudo, né en Italie, n'a pas hésité. Il a choisi la France, il s'est battu pour elle. Après l'Argonne, les Dardanelles, la Serbie, l'Albanie, le voici avec la Légion d'honneur et trois galos. Et Blaise Cendrars, né en Suisse, le voici, après l'Artois et la Champagne, avec une médaille militaire et un bras de moins. Et les autres restent dispersés. Segonzac aux tranchées ; d'autres qui en sont revenus, d'autres qui y sont encore, d'autres qui n'y sont pas allés, d'autres qui n'en reviendront pas.Mais Montjoie est resté une chose vivante, et la preuve en est que le voici ici, grâce à une précieuse hospitalité. Et que, pour aujourd'hui, il nous englobe tous, et nous emplit de souvenirs que nous n'aurions pas cru si chers, et d'espoirs.Fernand Divoire
Fernand Divoire : Le Grenier de Montjoie !
[I] Blaise Cendrars, couleurs simultanées de Mme Delaunay-Terk. La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France. Editions des Hommes Nouveaux, 1913.
Les 3 Festivals de Guerre de Montjoie !Programme des trois Festivals de GuerrePremier Festival(Le 7 décembre 1917, dans les salons de Mme Japy de Beaucourt)Pour fêter les Amis de Montjoie, venant des ArméesIre partie consacrée au « Grenier de Montjoie ! » par Fernand Divoire.IIe partie consacrée à l'audition d'un poème de Fern. Divoire par Mlle Suzanne Méthivier.De deux poèmes de Blaise Cendrars par M. Pierre Bertin.De deux chevauchées de Canudo par M. Romuald Joubé.De deux atmosphères de Canudo par Mlle Cahuzac.IIIe partie consacrée à l'audition des musiques de Erik Satie et Louis Durey par Mlle Marcelle Meyer et M. Georges Auric.Des musiques de Georges Auric par M. Pierre Bertin.Des musiques de Maurice Ravel et Igor Strawinsky par Mlle Lucienne Coutura.Deuxième Festival(le jeudi 3 janvier 1918, dans l'atelier de Miss Mabel Harrisson)pour honorer les Amis de Montjoie, aux ArméesIre partie consacrée à l'audition d'un poème de Roger Allard et du poème Décembre de André Breton par Mlle Colliney.Du poème Silence de Drieu-la-Rochelle par M. Pierre BertinIIe partie consacrée à l'audition de Pâques de Blaise Cendrars par M. Pierre Bertin.IIIe partie consacrée à l'audition des deux « atmosphères » Pâleur et la Blessure de Canudo par Mlle Eve Francis.Des deux nocturnes Neige et Chant de Marche nocturne le long du Vardar de Canudo par M; de Max.IVe partie consacrée à l'audition de la Sonatine pour cordes, quatuor de Germaine Tailleferre par Mlle Hélène Jourdan-Morhange, F. Capelle, Lutz et Clément.Des Choses vues à droite et à gauche (sans lunettes) de Erik Satiea) Choral hypocrite ;b) Fugues à tâtons ;c) Fantaisie musculaire.Par Mlle Hélène Jourdan-Morhange et Erik Satie.Troisième Festival(dans l'atelier de Mlle Jeanne Ronsay)pour honorer le poète helleniste Mario Meunier, prisonnier de guerreL'Ame antique dans le lyrisme moderne.Ire partie consacrée à l'audition dea) Un poème de André Picquet, de l'armée d'Orient par Mme Larab) Le Dieu Pan, de Paul Fort par M. Bertin.c) Fragments de Sappho, transcrits par Mario Meunier, et l'Ode à la solitude, de Mario Meunier par Mme Germaine Dermoz.d) Fragments du Banquet de Platon, transcrits par Mario Meunier par M. Pierre Bertine) Deux « atmosphères », Promenade sentimentale devant l'Olympe et Nocturne en Vieille-Grèce, de Canudo, de l'armée d'Orient par M. de Max.IIe partie consacrée à l'audition des Choeurs des Suppliantes d'Antigone, transcrits par Mario Meunier par les choreutes : Mlles Alevy, Dubois, Fargue, Le Quérée et Sevé, réglées et dirigées par Mme Lara.IIIe partie consacrée à l'audition de a) Gymnopédies, sarabande, gnossiennes, de Erik Satie par M. Ricardo Vinèsb) Chansons de Bilitis, de Claude Debussy par Mme Marie-France de Montaut et Mlle Germaine Tailleferre.c) Epigraphes antiques, de Claude Debussy par Mme Marcelle Meyer et M. Ricardo Vinès.d) Daphnis et Chloé (2e suite), de Maurice Ravel par Mmes Juliette Meerovitch et Yvonne Lefébure.e) Chansons grecques, de Maurice Ravel par Mme Marie-France de Montaut et M. Maurice Ravel.f) Fragment de Pénélope, de Gabriel Fauré, et Epigrammes, de Koeklin par Mme Marie-France de Montaut g) Prélude de Salomé, de Florent Schmitt par Mlle Meerovitch et M. Florent Schmitt.h) Trio (dit Dyonisien), de Maurice Ravel par Mmes Jourdhan-Morhange, Juliette Meerovitch et M. Félix Delgrange.
Fernand Divoire dans Livrenblog : Bibliographie. Fernand Divoire Deuxième partie . Art et stratégie, de Divoire à Turpin. Anatole France autopsié par Cendrars, Divoire,Morand, Delteil... Faut-il devenir Mage ? La Malédiction des Enfants (Les proses rimées de l' "Urbs" : II). Canudo dans Livrenblog : Canudo adapte La Roue d'Abel Gance. R. Canudo : Les Libérés. Mémoires d'un aliéniste. Paul Adam : Préface aux Libérés.Le Théâtre d'Oscar Wilde par Canudo

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bruno Leclercq 1643 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines