Magazine Cinéma

X-Men Le Commencement

Publié le 09 juillet 2011 par Olivier Walmacq

Affiche de 'X-Men: le commencement'

L'histoire: Années 60. Sebastian Shaw, mutant pouvant absorber différentes énergies, menace le monde en se ralliant avec les Soviétiques. Charles Xavier, télépathe et scientifique émérite; et Erik Lensherr, polonais juif ayant survécu aux camps de concentration et pouvant contrôler le métal; décident de contre-carrer les plans de Shaw en créant les X Men...

La critique d'Alice In Oliver:

Evidemment, ce nouvel épisode, en forme de préquelle, était attendu au tournant, surtout qu'il fait suite à deux chapitres décevants: X-Men L'Affrontement Final et X-Men Origines: Wolverine.
Il était donc temps de rattraper une saga en chute libre. Toutefois, X-Men Le Commencement est confié à Matthew Vaughn, réalisateur du surprenant Kick-Ass.

X MEn

Visiblement, le réalisateur est un fan de comics et de super héros. Soucieux de retranscrire fidèlement l'univers des mutants, Matthew Vaughn s'attaque aux origines des X-Men. Ce qui nous permet de découvrir Magneto et le Professeur Xavier dans leurs jeunes années, ce qui va les amener à s'unir, puis, à se combattre par la suite. Pour cela, il est important d'aborder les points fondamentaux qui tissent les liens avec le premier épisode de la saga (réalisé par Bryan Singer).

Ainsi, le début du film nous entraîne dans un camp de la mort. Erik Lensherr, un jeune juif, montre des facultés étonnantes et sert de cobaye aux expériences nazies. Il attire toute l'attention de Sebastian Shaw, qui tue sa mère sous ses yeux. C'est une expérience qui marquera à tout jamais Erik.
Bien des années plus tard, en 1962, Erik recherche la piste de Shaw. Ainsi, la première demie heure du film ressemble à une banale histoire de vengeance.

X-men-2

Mais très vite, Matthew Vaughn pose d'autres intrigues parallèles. Le réalisateur situe son histoire dans un contexte de Guerre Froide et de guerre des missiles entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique.
Le Professeur Xavier doit intervenir, former un groupe de mutants et empêcher une Troisième Guerre Mondiale.

A partir de ces différents éléments, Matthew Vaughn signe un film de super héros plus complexe qu'il n'y paraît.
Ce n'est pas un hasard si les X-Men se forment durant la Guerre Froide, apparaissant ainsi comme les enfants victimes du nucléaire.
Ils doivent déjà affronter le regard de la société et vivre avec leur différence.

X-men-first-class%20(6)

Pourtant, tous ces mutants ont conscience de ce qu'ils sont: l'évolution logique et naturelle de l'espèce humaine.
De ce fait, un choix s'opère dès ce préquelle: doivent-ils s'adapter à la société humaine ou la combattre ?
Pour Matthew Vaughn, il est donc important de jongler avec ces différents enjeux. On sent parfois le réalisateur un peu à la peine, visiblement dépassé par toutes ces intrigues parallèles et la profusion des personnages.

X-Men-First-Class-Havok


D'où quelques baisses de rythme, mais rien de grave non plus, le film proposant quelques séquences spectaculaires.
Au final, un épisode convaincant dans la lignée des deux premiers opus et qui permet d'oublier ses deux tristes prédécesseurs.
C'est déjà pas mal !

Note: 14.5/20


X-MEN : LE COMMENCEMENT- BANDE-ANNONCE FINALE VOST Full HD


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines