Magazine Conso

Slash au Zenith, le live report

Publié le 19 juillet 2011 par Remouille

Slash au Zenith, le live report

Je suis guitariste, inconditionnel de Slash et bien d’autres (Jimi Hendrix, Clapton, Knopfler, Nono, Sebastien Chouard, John Frusciante…). Alors, comme tout « fan » d’un musicien, je me suis rendu à son concert.

C’était le 12 juillet, un baptême du feu qui s’annonçait proustien, j’allais assister à mon premier live du guitar hero, j’avais loupé son passage à l’Elysée Montmartre et au Stade de France (en première partie de AC/DC). J’étais assez excité depuis plusieurs mois à l’idée de me rendre à ce show.

D’un point de vue technique, je n’ai pas été déçu, la prestation a été excellente, je n’ai perçu qu’un seul pain… (oui les plus grands font aussi des erreurs)

  • La section rythmique basse/batterie composée de Todd Kerns et Brent Fintz est ultra efficace, la mise en place est irréprochable, de plus Todd Kerns assure des backing vocals à en faire pâlir Axl Rose.
  • Côté guitare rythmique, on retrouve Bobby Schneck (il a un nom à coucher dehors…). Difficile pour lui de se faire une place au côté de Slash malgré son talent, il est plutôt effacé et est resté scotché sur la partie gauche de la scène. Il est par ailleurs très efficace malgré son erreur sur « Promise ».
  • Au chant, Myles Kennedy a joué son rôle de frontman avec un professionnalisme dont certains devraient s’inspirer (cf: voir plus haut). En revanche je ne suis pas fan de son timbre de voix, trop nasillard à mon goût

Si je m’arrête là, ce concert peut paraitre de très bonne facture, voir excellent. Mais pour être honnête, je me suis passablement ennuyé et dès les premières notes de « Been There Lately ». J’ai été particulièrement choqué par la qualité sonore de l’ensemble. Le volume générale était un peu trop élevé et plus particulièrement au niveau des basses (beaucoup de bourdonnement), la balance était assez mauvaise. Le groupe a joué de nombreux titres du dernier album (Slash), j’ai pu me rendre compte, à cette occasion, que celui ci ne me plaisait plus. J’ai aussi regretté ce côté show à l’américaine où tout est réglé (ça c’est bien) comme une horloge, tout est millimétré, plus rien ne dépasse (moins bien). Je ne suis pas du tout fan de ces moments ou Slash enchaine des solos interminables. J’aime les solos, les chorus, mais je crois qu’ils doivent toujours rester au service de la musique.

Passé quarante ans, c’est pathétique de jouer les enfants gâtés du solo. Slash n’est pas le seul dans ce cas (je ne ferai pas un inventaire des shredders), « The Godfather » m’a semblé too much.

Je me suis probablement trompé de place, j’aurais du me rendre au concert de Velvet Revolver, il y a quelques années, c’est dans ce genre de formation que je préfère Slash, au service d’un groupe.

La playlis du concert

Been There Lately (Snakepit)
Nightrain (Guns)
Ghost
Mean Bone(Snakepit)
Back From Cali
Rocket Queen (Guns)
Civil War (Guns)
Nothing to Say
We’re All Going to Die
Speed Parade (Snakepit)
Starlight
Promise
Watch This
Rise Today
Patience (Guns)
Sweet Child O’ Mine (Guns)
Slither (Velvet Revolver)

Rappel

By The Sword
Mr Brownstone (Guns)
Paradise City (Guns)

Je n’ai pas pris de photos, mais Nicolas Gaire a fait du très bon travail, visible sur son blog

Voici une playlist où retrouver tous les projets post Guns N’ Roses de Slash

Get Shareaholic

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Remouille 138 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte