Magazine Afrique

Rdpc: Vide juridique sur la durée du mandat de Paul Biya

Publié le 18 juillet 2011 par 237online @237online

Écrit par Mutations   

Lundi, 18 Juillet 2011 12:21

éèé«é»éàèééàéàéééééééé«èéèèéé

Rdpc: Vide juridique sur la durée du mandat de Paul Biya
Un congrès ordinaire sera toutefois convoqué «avant la présidentielle» pour, entre autres, élire le candidat du parti à ce scrutin. Le verre du congrès du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) est désormais à moitié plein ou à moitié vide, c'est selon. En effet, dans un communiqué signé vendredi dernier, le secrétaire général du comité central du Rdpc, René Sadi indique qu' «après consultation du bureau politique, le président national, Son Excellence Paul Biya convoquera le troisième congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais avant l'élection présidentielle». L'avancée est donc décisive sur la forme du congrès, ordinaire et non extraordinaire, mais le flou persiste sur la date de la tenue de cette instance attendue depuis 15 ans. 

Quant au débat sur la durée du mandat du président national du Rdpc, il est à peine éclipsé par le communiqué de René Emmanuel Sadi. D'après Tobie Ndi, candidat déclaré à la présidence de cette formation politique, «ce mandat doit arithmétiquement s'achever le 21 juillet 2011 parce que le président national est élu pour 5 ans, or Paul Biya a été réélu le 21 juillet 2006, au cours du congrès extraordinaire». Dans la foulée de l'annonce de la tenue d'un congrès ordinaire dans les trois prochains mois, le secrétaire à la Communication du parti au pouvoir a rappelé l'alinéa 2 de l'article 18 des textes de base du Rdpc, qui dispose que «le congrès se tient tous les 5 ans. Toutefois en cas de nécessité, cette période peut être prorogée ou abrégée par le bureau politique. Le Congrès élit le président national». Pour le ministre Fame Ndongo, il n y a pas violation des statuts et règlements du parti, car aucune disposition statutaire n'indique la durée du mandat du président national du Rdpc. Ce qui passe pour un «vide juridique» est simplement une «translation juridique» que d'aucuns échafaudent, pense-t-il.

Liberté
Christophe Mien Zok, le directeur des organes de presse, de l'information et de la propagande au comité central du Rdpc élaborait déjà sur ce point dans le dernier numéro de l'hebdomadaire l'Action, le journal du «parti de la flamme» : «Que les exégètes, authentiques ou autoproclamés des textes de base, nous citent une seule disposition statutaire ou réglementaire relative à la fin du mandat du président national et rendant obligatoire son renouvellement dans tels délais avant ou après son expiration. Une telle disposition n'existe pas pour la simple raison que le parti, en tant qu'association n'a pas voulu s'enfermer dans un carcan juridique. Toutefois, cette souplesse ne saurait entraîner ou signifier une violation systématique et permanente des textes», écrit le directeur de la rédaction de l'Action.

Cela dit, ce «vide juridique», tout à fait curieux pour un parti vieux de 26 ans, qui proclame sa foi en la modernité, ne légitime-t-il pas la revendication du candidat Tobie Ndi, qui indiquait dans les colonnes de Mutations mercredi de la semaine dernière la nécessité de toiletter les textes du parti, lesquels ont été rédigés dans le contexte du parti unique ? En tout cas, devant «l'arrogance» que lui oppose la caravane du Rdpc qui «passe et poursuit son chemin sereinement et tranquillement vers son congrès», Tobie Ndi précise, sans résignation affichée : «Au nom du principe de discipline, je prends acte de la convocation du congrès ordinaire du Rdpc. Reculer un congrès, ce n'est pas l'annuler. Mais nous nous réservons le droit d'ester en justice s'il y a tromperie sur la marchandise». Ce conseiller municipal Rdpc insiste par ailleurs sur la «solidification des principes démocratiques sur lesquels se fonde le Rdpc. [Notamment] la liberté d'expression, la liberté d'ambition [et] le libre choix des dirigeants» au cours du congrès annoncé.
En attendant les prochaines batailles, Paul Biya s'est envolé, quant à lui, hier pour l'Europe où il séjournera avant d'atterrir en Chine mercredi prochain pour une visite officielle de deux jours, sur invitation du président Hu Jintao.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte