Magazine Cinéma

Les griffes de la nuit

Publié le 19 juillet 2011 par Olivier Walmacq

Freddy Krueger, un tueur d'enfants, fut brûlé vif par les parents des bambins. Maintenant, il compte bien commettre à nouveau des crimes, mais dans les rêves des enfants d'Elm Street...

griffe nuit

La critique cauchemardesque de Borat

Après une légère traversée du désert depuis La colline a des yeux, Wes Craven revenait sur le devant de la scène avec Les Griffes de la nuit (A Nightmare on Elm Street en VO, soit littéralement, Un cauchemar à Elm Street), sorti en 1984. Il crée ainsi l'un des plus grands boogeyman du cinéma d'horreur, ce cher Freddy Krueger, immortalisé par Robert Englund, acteur dont ce sera le plus grand rôle.
Tueur qui reviendra avec six autres volets assez inégaux comme l'a montré Olivier il y a quelques temps, et particulièrement censuré; un spin off où il affrontait le tout aussi célèbre Jason Voorhees; et l'inévitable remake avec Jackie Earle Haley, dont on devrait subir une suite tôt ou tard.
D'ailleurs, Craven a fait un film assez similaire et ayant fait un flop, My Soul to Take. Un film dont Olivier vous parlera plus en détails dans quelques semaines.

Robert Englund dans Les Griffes de la nuit

Mais revenons au tout début. On retrouve Heather Langenkamp (qui en dehors des Freddy ne sera jamais réellement connue), John Saxon (les fans d'Opération dragon le connaissent), Ronee Blakley et un certain Johnny Depp (on ne peut ne pas en parler). Le film obtiendra le prix de la critique au défunt Festival d'Avoriaz. Je l'ai découvert en BR, après une traque acharnée dans les magasins, et je dois avouer que ça a légèrement vieilli. Par différents plans, on voit que la HD dévoile quelques défauts comme un cascadeur avec un vrai masque et non le visage crâmé de Freddy.
Mais après rien de bien méchant. On voit déjà quelques thèmes de Scream, avec cette jeunesse sans repère et laissée un peu pour compte.
Comme le prouve le personnage de Nancy, que personne ne veut croire dans sa lutte contre l'ami Freddy.

Heather Langenkamp dans Les Griffes de la nuit

Ce dernier désire se venger de ceux qui l'ont tué et pour cela rien de mieux que de tuer les enfants de ses bourreaux. Le premier meurtre se révèle particulièrement impressionnant, soit celui de la copine de Nancy, tuée en lévitation. L'autre grosse mort du métrage est celle de cher Johnny, littéralement bouffé par son lit. Et autant dire que cela reste toujours aussi saisissant 25 ans après.
Bien que peu présent dans le film, Freddy est indéniablement la star du film, gardant une présence néfaste tout du film durant. Englund excelle ici en boogeyman, gardant encore une part de sérieux, ce qui ne sera plus vraiment le cas par la suite, où ce sera plus un numéro de grand guignol.
Les autres acteurs sont assez crédibles dans l'ensemble. Quant au final, il confirme le titre original avec le rêve rattrapant la réalité.

Heather Langenkamp et Robert Englund dans Les Griffes de la nuit

Un premier volet inventif et avec un tueur véritablement original.

Note: 16/20


BA LES GRIFFES DE LA NUIT - WES CRAVEN


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines